Le ministre de l'Éducation nationale a annoncé, vendredi, la création d'un concours exceptionnel de titularisation des enseignants contractuels.
Il sera organisé au printemps 2023.
Une solution pour faire face à la crise de recrutement des enseignants.

La mesure est loin de faire l'unanimité, mais elle est la seule solution du gouvernement face à la crise de vocation des professeurs en France. Alors que cette année, plus de 4000 postes n'ont pas été pourvus aux concours enseignants - un taux historiquement bas - quelque 3000 enseignants contractuels sur un total de 850.000 professeurs ont été recrutés pour assurer une rentrée des classes normale aux 12,2 millions d'élèves français. 

Des professeurs qui vont pouvoir accéder à une titularisation expresse grâce à la mise en place d'un concours exceptionnel, au printemps 2023, a annoncé vendredi 26 août le ministre de l'Éducation. "Une organisation aussi vaste que l'Éducation nationale a besoin d'un volant d’enseignants contractuels. Nous allons ouvrir au printemps 2023 un concours exceptionnel de titularisation d'un certain nombre de ces enseignants (contractuels), selon des modalités qui seront bientôt précisées", a indiqué Pap Ndiaye, lors de sa conférence de rentrée.

La solution des listes complémentaires

Pour justifier cette décision, alors que le recrutement de ces contractuels est critiqué par les syndicats d'enseignants et de parents d'élèves, certains n'ayant reçu qu'une formation de quelques jours avant la rentrée, Pap Ndiaye a assuré que "la vaste majorité de nos enseignants contractuels enseignaient déjà l'année passée, voire même les années précédentes. On peut estimer que 80, 90% des enseignants contractuels ont déjà une expérience d'enseignement"

Pour tenter de pallier le manque de professeurs, l'Éducation nationale pourrait également se tourner vers les listes complémentaires des concours de professeurs, ceux qui ont passé le concours au printemps 2022 et n'ont pas été reçus. Le ministère "recense les besoins suite aux défections et aux démissions des lauréats reçus (au printemps 2022) sur les listes principales", a indiqué Pap Ndiaye. 

Pour remplacer ces démissionnaires, la rue de Grenelle pioche dans ces listes complémentaires sur lesquelles 1200 candidats ont été retenus. 260 personnes ont d'ailleurs déjà été rappelées pour prendre un poste à la rentrée "en qualité de fonctionnaire stagiaire". Des appels qui devraient continuer dans les jours à venir pour venir assurer les cours d'élèves qui se retrouveraient sans professeur pour les prendre en charge. 


A.B. avec AFP

Tout
TF1 Info