"Le syndrome de la grande sœur" ou de "la sœur aînée" est un terme devenu populaire sur TikTok.
Il désigne l’ensemble des devoirs et des responsabilités imposés à la première fille d’une fratrie.
Se sentant comme une seconde maman, les filles aînées peuvent avoir le sentiment qu’on leur a volé leur enfance.

Terme devenu populaire sur TikTok, le syndrome de la grande sœur, aussi appelé syndrome de la sœur aînée, désigne une jeune femme à qui l’on a accordé des responsabilités précoces au sein du foyer. Considérée comme la seconde maman au regard de la fratrie, elle est confrontée au phénomène de la parentification, qui peut avoir de lourdes conséquences sur sa santé mentale.

Qu’est-ce que le syndrome de la grande sœur ?

La parentalité s’apprend en partie avec le premier-né. Il arrive naturellement aux jeunes parents de faire des erreurs, d’être autoritaires et parfois stricts, puis de faire preuve de davantage de souplesse avec les autres enfants. Ils peuvent notamment s’appuyer sur la fille aînée de la fratrie, qui, dès son plus jeune âge, doit remplir des responsabilités. Elle devient le modèle à suivre pour ses frères et sœurs, qu’elle doit soutenir dans toutes les sphères. Plus elle grandit, plus les tâches se multiplient et gagnent en importance. De l’aide ménagère, elle peut désormais assister aux courses, aux devoirs des plus jeunes, quand il ne faut pas les garder ou les emmener à l’école lorsque les parents ne sont pas disponibles. Les filles souffrant du syndrome de la grande sœur ont le sentiment d’avoir été forcées à devenir des femmes trop tôt. "Être la fille aînée n'est pas une tâche facile. On attend souvent de vous que vous soyez un deuxième parent, un modèle et un médiateur, tout en naviguant dans votre propre vie", explique notamment la psychothérapeute Mia Amini sur TikTok.

Comment le syndrome de la soeur aînée affecte-t-il la santé mentale ?

Le syndrome de la grande sœur a un lourd impact sur la santé mentale des jeunes femmes puisque ce rôle est très isolant. Soumise à beaucoup de pression, la fille aînée ne peut passer du temps avec ses amis ou construire son identité tout en secondant les parents sur la bonne gestion du foyer. Comme l’explique Amirah, infirmière aux urgences de Brooklyn, sur Tiktok, cette pression était difficile à gérer : "Faire tout cela à un si jeune âge m'a fait réaliser à quel point il est difficile d'avoir des enfants." La plupart du temps, les jeunes femmes ont mal vécu leur jeunesse, parce qu'en tant que "modèle à suivre", elles se devaient constamment d’être la seconde figure d’autorité. 

Les jeunes femmes souffrant du syndrome de la grande sœur sont nombreuses à témoigner des conséquences que ces trop nombreuses responsabilités précoces ont eues sur leur vie : stress, obsession du contrôle, sentiment de ne pas avoir eu d’enfance… Adultes, certaines d’entre elles refusent d’avoir des enfants, car elles ont l’impression d’avoir déjà vécu la parentalité avec leurs frères et sœurs. 

Comment permettre à sa fille aînée de trouver sa juste place au sein de la fratrie ?

Parents, il est très bien d’apprendre l’autonomie et l’entraide à votre fille aînée. Néanmoins, veillez à ne pas confondre les nouvelles responsabilités aux charges. Pour vous aider aux tâches ménagères ou bien à l’éducation des enfants, de nombreuses solutions, comme les services à la personne, existent. Bien que plus âgée que les autres membres de la fratrie, la première-née a aussi besoin de grandir à son rythme et qu’on lui consacre un temps précieux, que ce soit pour discuter, jouer ou l’accompagner dans son apprentissage. 


Marjorie RAYNAUD pour TF1 INFO

Tout
TF1 Info