Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Coronavirus : l'école "a su s'adapter", selon une majorité d'enseignants, parents et lycéens

La rédaction de LCI
Publié le 28 juillet 2020 à 16h42
Après le confinement, élèves et enseignants se sont retrouvés (masqués) en salle de classe

Après le confinement, élèves et enseignants se sont retrouvés (masqués) en salle de classe

Source : T. Samson / AFP

COVID-19 - Une large majorité d'enseignants, de parents et de lycéens estime que l'école, fermée pendant plus de trois mois pour certains, "a su s'adapter" à la crise sanitaire, d'après un sondage Ipsos pour le ministère de l'Education nationale.

Ces résultats d'une enquête réalisée par l'institut de sondage Ipsos devraient ravir le ministre Jean-Michel Blanquer. Plus de trois quarts des enseignants (77%), des parents (83%) et des lycéens (76%) estiment que l'école "a su s'adapter" à la crise sanitaire, jugeant notamment que la "continuité pédagogique" s'est "plutôt bien" voire - mais dans une bien moindre mesure - "très bien" passée. En mars 2020, le ministère de l'Education nationale avait du se mettre en branle en l'espace de quelques jours pour proposer aux 12,7 millions d’élèves et enseignants l’enseignement à distance suite à la décision de fermer les établissements scolaires.

Selon les informations relevées par l'étude d'Ipsos intitulée 'À quoi ressemblera la rentrée scolaire de septembre ?', 61% des professeurs ont le sentiment que les liens avec leurs élèves se sont renforcés pendant cette période d'enseignement à distance. En revanche, les lycéens sont plus mitigés. Ils se divisent à parts égales entre ceux qui pensent ces liens "affaiblis" (41%) de ceux qui les voient comme "renforcés" (42%).

L'enquête a été réalisée en ligne du 1er au 15 juillet auprès d'un échantillon représentatif de 500 professeurs et 500 parents d'élèves, de la maternelle au lycée, et de 500 lycéens des trois filières générale, technique et professionnelle, selon la méthode des quotas. 

Crainte d'une "génération sacrifiée"

Après plusieurs mois de cours à distance, le ministère de l'Education nationale a décidé d'un retour en classe le 22 juin. Une décision motivée par la volonté de ne pas laisser les élèves sans revoir leurs enseignants avant les grandes vacances d'été. Les résultats de l'enquête d'Ipsos montrent que les avis sont partagés sur le sujet. Une courte majorité des enseignants (57%) et des parents (53%) considèrent que la reprise des cours le 22 juin pour tous les élèves des écoles primaires et collèges était "plutôt inutile d'un point de vue pédagogique". Plus d'un tiers des lycéens (37%), dont certains ne sont pas retournés en classe depuis mi-mars, disent même craindre d'être "une génération sacrifiée".

Lire aussi

Concernant la rentrée, prévue le mardi 1er septembre 2020, les élèves se montrent moins inquiets dans leur capacité à suivre les cours (43%) comparés aux enseignants (58%) ou à leurs parents (47%). D'ailleurs, ces derniers (89%) jugent "indispensable" ou "important" d'évaluer le niveau des élèves à la rentrée. La mise en place d'un dispositif de soutien scolaire fait en revanche l'unanimité chez les professeurs (88%), les parents (97%) et les élèves (94%).

Enfin, si la crise a permis d'expérimenter davantage d'outils numériques, ceux-ci ne sont pas jugés prioritaires pour améliorer l'école selon le sondage d'Ipsos. Les sondés donnent tous leur préférence au développement des travaux en petits groupes d'élèves. 


La rédaction de LCI

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info