Le 13H

VIDÉO - Le Boléro de Ravel en "bodytap" : l’étonnante performance de 200 collégiens

TF1 | Reportage Victoria David, Julia Gardet
Publié le 25 janvier 2022 à 17h28

Source : JT 13h Semaine

Près de 200 collégiens de Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) se sont réunis pour interpréter le Boléro de Ravel version "bodytap".
Leur précédent clip avait fait plusieurs centaines de milliers de vues sur Internet.

Dans les rues de Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques), un drôle de spectacle se prépare. 200 collégiens en marinière investissent la place principale. "Ça fait longtemps qu'on révise donc on espère que ça va bien se passer", témoigne l'une des élèves dans le reportage du 13H de TF1 en tête de cet article. Ultime répétition avant que les premières notes ne retentissent. 

Voici le Boléro de Ravel version "bodytap". Comprenez, avec des percussions corporelles : sans autre instrument que leur corps, les enfants créent un moment suspendu. "Ça nous fait découvrir ce genre de musique autrement. Ça passe aussi par le corps. Ça apporte une touche un petit peu plus moderne à ce style de musique", affirme une collégienne. "On a l'impression de bien contribuer à la musique parce que c'est un peu comme si c'était nous qui la faisions", ajoute son camarade. 

Près de 850.000 vues pour une précédente vidéo de ce type

Ces élèves font partie de la chorale de leur collège. Mais depuis la crise sanitaire, il est difficile de chanter avec le masque. "Ma passion, c'est la direction de chœurs. Faire chanter les jeunes. Sauf que là, avec le masque, c'était inconcevable donc c'était au départ pour conjurer le sort et trouver un petit subterfuge, et donc avec la musique, la partie 'solfégique', j'ai essayé de trouver des timbres de percussions sur le corps", explique Nelly Guilhemsans, cheffe de chœur du collège. Au printemps dernier, ses élèves avaient interprété la cinquième symphonie de Beethoven. Sur Internet, la vidéo a fait un carton, récoltant près de 850.000 vues.

Pour ce nouveau clip, Maurice Ravel est donc à l'honneur. Le compositeur d'origine basque a séjourné plusieurs fois à Saint-Jean-de-Luz et revient presque en chair et en os pour l'occasion. En géant de papier. "Quand on voit le travail de l'enseignante et des enfants, c'est formidable", "Ce sont des jeunes qui nous font redécouvrir ces morceaux-là", se réjouissent des spectatrices. Une troisième prestation est déjà prévue dans quelques mois, en attendant de pouvoir enlever les masques et chanter de nouveau.


TF1 | Reportage Victoria David, Julia Gardet