BLESSURE - Dans "Les Chatouilles", en salles ce mercredi 14 novembre, Andréa Bescond, abusée sexuellement à 9 ans par un "ami de la famille", raconte aussi comment une partie de sa famille a remis en cause son récit après le procès, même en ayant entendu aux assises les aveux de son violeur. Subissant ainsi après son viol, un deuxième traumatisme : le déni familial.

Dans Les Chatouilles, en salles mercredi 14 novembre, le personnage d’Odette ne dit rien à ses parents de l'abus sexuel qu'elle subit, enfant, de la part d'un ami de la famille. Ce n’est que bien plus tard, sous l’impulsion d’une psy, qu’elle va oser réunir ses parents et leur dire ce qui s’est passé. Et les parents de réagir différemment au moment de la confession, entre le terrible sentiment d’impuissance du père (Clovis Cornillac) et le non moins terrible déni de la mère (Karin Viard) qui accuse presque sa fille de vouloir salir l'image publique de son violeur.

Pour Andréa Bescond, actrice et coréalisatrice des Chatouilles, il n’était pas possible de parler du traumatisme dans son film sans évoquer le déni familial  - celui qu'elle a vécu -  et comment il peut impacter les différents membres d’une famille, même en dépit des aveux de l'agresseur : "Ce type de drame est une bombe à fragmentation dans une famille, voire dans les familles, celle de la victime et celle de l’agresseur, engendrant de réels dommages collatéraux, affirme-t-elle à LCI. Et de manière générale, les gens murés dans le déni, dans le refus d’écouter l’autre, sont légion dans une famille. On en connait tous autour de nous." 

Des paroles d'amour qui n'arrivent pas

Que faire alors, lorsqu'on a été victime d'abus sexuel et que cette histoire traumatique est niée par ses parents, par ceux qui sont censés comprendre et aimer de manière inconditionnelle - ce qui se passe entre Odette et sa mère dans Les Chatouilles et qui nous glace le sang ? Leonor Bruny, psychologue clinicienne, assure à LCI que "les victimes doivent accepter l’idée que leurs parents dans le déni n'assument pas leur responsabilité" ("si leurs parents l'avaient voulu, ils auraient vu leur détresse d'enfant abusé") et explique ce déni par un non-accès à la compréhension de la psychologie de l’enfant : "Parmi mes patient.e.s, j’ai des cas de victimes abusées dans des institutions que les parents n’ont pas voulu croire : comme il y a des décennies, les institutions avaient tout pouvoir, il était impensable qu’un prêtre ou un instituteur s’en prenne à un enfant. Alors l’enfant était d’emblée considéré comme un mythomane. C’est au-delà de la double peine." 

Pour Andréa Bescond, qui a dû affronter cette double peine, "il faut que la victime apprenne à lâcher prise et arrête d’espérer d’attendre des choses de personnes dont on pensait l’amour absolument inconditionnel et se dire que ce qu’elles vont dire vont nous faire du bien. Des fois, ces paroles d'amour n’arrivent pas, il faut faire avec. Et en tant qu'adulte, il faut alors se construire autrement, pas forcément en opposition mais peut-être construire sa famille ailleurs, se respecter soi en étant en dehors de toute attente."

L’adulte doit prendre conscience qu’il peut avoir sur un enfant, c’est sa responsabilité
Andréa Bescond, réalisatrice des "Chatouilles"

La co-réalisatrice et actrice principale des Chatouilles place de l'espoir dans les générations futures et les prises de conscience : "Par rapport à l'ancienne génération, on est quand même en train de sortir du contexte où l’enfant doit être obéissant, doit écouter à tout prix. Il existe des familles plus sévères que d’autres mais les parents d'aujourd'hui prennent plus conscience de l’importance du dialogue avec l’enfant, de ce besoin qu'il a de voir et de recevoir la bienveillance de l’adulte. C’est à l’adulte de prendre soin de l’enfant, dans la parole qu’il diffuse et dans la manière qu’il a de l'écouter. Sans lui laisser une liberté totale, en lui donnant un cadre, une limite, une structure pour qu'il soit rassuré. L’adulte doit prendre conscience qu’il peut avoir sur un enfant, c’est sa responsabilité."


Romain LE VERN

Tout
TF1 Info