"Je ressemble à un ministre" : les élèves essaient leur uniforme pour la première fois à Béziers

par Hamza HIZZIR | Reportage TF1 Antoine Cazabonne, Jean-Vincent Molinier
Publié le 16 février 2024 à 11h29, mis à jour le 16 février 2024 à 16h12

Source : JT 20h Semaine

Dès la fin de ces vacances de février, les élèves de Béziers porteront l’uniforme à l’école.
Des essayages de cette tenue avaient lieu ce jeudi 15 février.
D’ici la rentrée de septembre, il en sera de même dans une cinquantaine de communes volontaires.

Comme un parfum de rentrée en pleines vacances scolaires. Ce jeudi 15 février, environ 200 écoliers du primaire de la ville de Béziers (Hérault), sur les 719 scolarisés dans les quatre écoles concernées, avaient rendez-vous au Palais des Congrès pour prendre possession de leurs uniformes, première étape de la "grande expérimentation" lancée par le gouvernement. Ces enfants seront tenus de les porter quotidiennement à partir du 26 février, date de leur retour en classe.

"En vrai il est plutôt joli"

"C’est magnifique. Lui-même dit qu’il ressemble à un ministre habillé comme ça", rigole la maman d’Ethan, 9 ans, en découvrant la nouvelle allure de sa progéniture. "C’est léger, je ne les sens presque pas donc c’est bien, ça ne gêne pas", réagit l’enfant au micro de TF1. De son côté, Anaïs, élève de CM1, se montre rassurée : "Je n’étais pas super emballée au départ, mais en vrai, il est plutôt joli."

Un pantalon noir, un bermuda ou une jupe, un pull gris, un blazer et deux exemplaires pour le seul polo blanc… Pas de tenue de sport, en revanche. C’est le principe même de l’uniforme à l’école : tout le monde est logé à la même enseigne. "Il y a un pantalon et une jupe-short, alors s’il fait beau tous les jours, elle a une seule jupe-short pour toute la semaine, et s’il ne fait pas beau un seul pantalon pour toute la semaine. C’est ce qui me fait un peu peur", pointe, pour sa part, la mère d’Anaïs.

Un budget non négligeable

Pour la municipalité, la quantité de vêtements offerte est déjà conséquente. Elle représente aussi un budget non négligeable. “Tout ça par enfant, ça représente une dotation globale de 200 euros, pris en charge par l’État à 50% et par la collectivité à 50%, détaille Frédéric Brossard, directeur des services à la maire de Béziers. En tout, ça nous coûte plus de 140.000 euros." 

Ailleurs en France, l’uniforme ne fait pas l'unanimité. Une quinzaine d'établissements, selon RMC, ont récemment décidé de renoncer à l'expérimentation. La commune administrée par Robert Ménard sera, elle, la première du pays à plonger dans le grand bain.


Hamza HIZZIR | Reportage TF1 Antoine Cazabonne, Jean-Vincent Molinier

Tout
TF1 Info