VIDÉO - "Je ressemble à un vampire" : premier jour en uniforme pour 700 écoliers de Béziers

par La rédaction de TF1info | Reportage Aurélie Erhel, Manon Scarzello
Publié le 26 février 2024 à 16h14

Source : JT 13h Semaine

Une expérimentation de l'uniforme à l'école a débuté ce lundi à Béziers (Hérault).
Au total, 700 enfants scolarisés dans quatre écoles testent la nouvelle tenue unique.
Une équipe de TF1 a assisté à leur rentrée de vacances pas comme les autres.

Plus de marques affichées, plus de différences. Ces élèves de CE1 de Béziers expérimentent leur premier jour d'école dans leur nouvel uniforme, une tenue qui pourrait éviter les moqueries et les comparaisons entre enfants. "J'aime beaucoup plus ressembler à mes copines qu'être comme d'habitude, qu'à un moment on ne se dise pas 'ah toi t'es moche'... ( ) Parce que d'habitude, il y en a qui me traitent de moche", lance une fillette interrogée par notre équipe dans sa salle de classe. "On est tous pareils, personne n'est jaloux de personne", abonde une autre.

Pas de quoi tergiverser ce lundi matin sur le choix des vêtements, l'uniforme est obligatoire pour Naël, rencontré chez lui à l'heure du petit-déjeuner. C'est la première fois qu'il le porte, alors il a un peu l'impression d'être déguisé. "Je ressemble à un vampire, confie-t-il en se regardant dans le miroir. Et ça fait un petit peu bizarre parce que normalement, on n'est pas habillés comme ça. On est habillés avec des pulls, des tee-shirts, des jeans... Des vêtements comme ça, ça fait un mariage". "Moi, je trouve que c'est très beau, ça fait classe, juge de son côté sa mère. Il faut qu'ils pensent à mettre ça en place pour les collégiens : c'est là où ça commence vraiment, les problèmes de harcèlement, où les enfants sont mis à l'écart parce qu'ils ne sont pas habillés pareil, surtout les filles", poursuit la mère de famille.

Pour l'instant, l'expérimentation lancée ce lundi dans la ville de Robert Ménard concerne quatre écoles élémentaires. Les parents d'élèves y avaient voté majoritairement pour l'uniforme, mais face à notre caméra, certains sont partagés. "Ça fait sérieux et lui, il est content, il dit qu'il ressemble à Harry Potter", s'amuse une maman. Une autre soulève un point inattendu : "Se pose la question des enfants qui n'auront pas d'uniforme, qui déjeunent à la cantine et vont dans une autre école qui n'expérimente pas les uniformes. Ce midi, il y aura peut-être une petite rivalité", prévient-elle. "C'est une sacrée somme qui aurait pu servir à autre chose. On nous dit qu'on va sécuriser les abords de l'école, ça fait dix ans qu'on ne le fait pas", critique de son côté un père.

Un auditoire tout en uniforme, c'est un changement aussi pour les enseignants. "Ça fait bizarre de les voir tous habillés de la même façon. Je pense qu'on va s'y habituer et que ça ne va pas gommer leur caractère, leur façon d'être", estime Johanna Ligny, enseignante en CE2-CM1 et directrice de l'école La chevalière.  Les 200 euros pour l'uniforme sont pris en charge par la commune et par l'État. La municipalité a dépensé 140.000 euros pour ces 700 élèves.


La rédaction de TF1info | Reportage Aurélie Erhel, Manon Scarzello

Tout
TF1 Info