L'affaire Penelope Fillon

Candidature, neutralité ou ralliement à Macron : les 3 options de François Bayrou

Justine Faure
Publié le 22 février 2017 à 8h43
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : Sujet JT LCI

PRÉSIDENTIELLE - Ce mercredi 22 février, François Bayrou mettra fin au suspens qui entoure sa candidature à la présidentielle. Le maire de Pau se présentera-t-il une quatrième fois pour essayer d'accéder aux plus hautes fonctions de l'Etat ?

"Je ferai une déclaration à la presse mercredi à 16h30" au siège du MoDem à Paris, a annoncé lundi François Bayrou. Le maire de Pau va mettre fin au suspense qui entoure sa candidature à l’élection présidentielle. "Il a arrêté sa décision. Elle est prise il y a quelques jours", a expliqué l’eurodéputée Marielle de Sarnez, proche du Béarnais. Selon elle, "dans l’hypothèse où François Bayrou y va, rien ne devrait représenter un problème : ni les parrainages, ni l’argent pour la campagne." Alors ira, ira pas ? Trois options se présentent à François Bayrou.

Il y va

Le 31 janvier dernier, alors que François Fillon était dans la tourmente en raison des révélations du Canard Enchaîné, François Bayrou avait esquissé un pas vers la candidature en se disant prêt à tout faire "pour que la France s’en sorte". 

François Bayrou, invité du 20h, réagit sur l'affaire Penelope Fillon Source : JT 20h Semaine
Cette vidéo n'est plus disponible

Le 8 février sur France 2, il avait également estimé que jamais "un candidat aux plus hautes fonctions n’a été ainsi sous l’influence des puissances d’argent", et avait ajouté qu’il n’hésiterait pas "à prendre ses responsabilités". A plusieurs reprises, le président du MoDem a invité François Fillon à se retirer de la course à la présidentielle. 

Lire aussi

Parmi les proches de l'ancien député des Pyrénées-Atlantiques, beaucoup croient savoir qu'il ajoutera son nom à la liste des candidats déjà déclarés. "Sur le plan de l’amitié, je lui conseillerai de ne pas y aller mais je crois qu’il a très envie d’y aller", a déclaré l’ancien ministre Dominique Bussereau (LR). "Mais non, il doit y aller ! S’il n’y va pas, il est mort. C’est un général sans armée mais c’est le plus capé de tous et il a un vrai espace face aux déboires et à la droitisation de Fillon mais aussi aux énormes faux pas de Macron. Bayrou c’est le Macron authentique, sans l’argent, avec l’expérience et le sérieux", explique à LCI une source parlementaire LR. Hervé Morin (UDI), longtemps porche du maire de Pau, est lui aussi persuadé qu’il ira. Mais il lui déconseille fortement de le faire : "Où se situe le renouvellement quand vous avez un candidat qui a les mêmes mots pour évoquer les mêmes situations avec les mêmes solutions depuis 2002 ?", a-t-il estimé ce mercredi matin sur LCI. 

Lire aussi

"Il dit des choses qui ne sont portées par personne dans cette campagne."

Yann Wehrling, porte-parole du mouvement cité dans le Figaro, déclare : "Nos militants et nos cadres trouvent le paysage et l’offre politique tellement nuls…." "Il dit des choses qui ne sont portées par personne dans cette campagne." Jean Lassalle, député ancien du MoDem et candidat à la présidentielle, dit de son côté dans l’Obs : "François Bayrou sera candidat, moi je le sais depuis le premier jour. Il ne me l’a pas dit, mais on se connaît, c’est dans son ADN. Il veut être président de la République, il sera candidat et moi aussi, et c’est la grandeur qu’il reste de notre démocratie que de choisir." 

Déjà candidat à la présidentielle à trois reprises, François Bayrou aurait plaisanté récemment dans Paris Match, disant que "le chiffre quatre, à la présidentielle, porte bonheur ! Mitterrand, Chirac, Le Pen ont tous fait leur meilleur score à leur 4e candidature".

Il n'y va pas

François Bayrou a déjà été candidat trois fois à l’élection présidentielle. Il avait réalisé 6,84% en 2002, 18,57% en 2007 et 9,13% en 2012. Aujourd’hui dans les sondages, il est crédité de 5 à 6% d’intentions de vote. Loin des 20% promis à Emmanuel Macron, qui occupe plus ou moins le même position que lui sur l'échiquier politique. 

François Bayrou pourrait également renoncer et opter pour la neutralité à cause du cas de conscience qui se pose à lui : le danger d’une victoire de Marine Le Pen, favorisé par la multiplication des candidatures. "Mais il peut toujours se lancer, quitte à se retirer ensuite", explique l’un de ses proches.

Il se rallie à Emmanuel Macron

C’est sans doute l’hypothèse la moins probable, mais elle fait tout de même partie des possibilités qui se présentent à François Bayrou. Alors que son entourage a confirmé qu'il avait récemment rencontré l’ancien ministre de l’Economie, celui-ci lui a fait un appel du pied vendredi, affirmant qu’il aurait "une discussion avec quiconque le veut" et jugeant que "la famille politique et les convictions que porte François Bayrou se retrouvent dans notre rassemblement et ont vocation à travailler avec nous. Il s’agit de dépasser certains clivages afin d’avoir un projet d’avenir pour le pays". Les deux hommes ont quelques opinions semblables, notamment sur l’Europe et la volonté de casser le clivage gauche-droite.

Lire aussi
Lire aussi
Bayrou soutiendrait Juppé s'il revenaitSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

Justine Faure

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info