Le pouvoir d'achat est la préoccupation numéro un des Français avant d'aller voter le 9 juin prochain pour élire leurs députés européens.
Crise du logement, précarité énergétique, alimentation : comment les candidats comptent-ils redonner du pouvoir d'achat aux citoyens français et européens ?

Selon l'Ifop-Fiducial, partenaire de TF1 et LCI, le pouvoir d'achat est le premier enjeu dont les électeurs tiendront compte le 9 juin prochain au moment d'élire leurs eurodéputés. Une problématique qu'ils placent devant l'immigration, le système de santé et l'environnement. L'occasion pour TF1info de s'intéresser à ce que proposent les sept principales têtes de liste - celles susceptibles d'envoyer des représentants au Parlement européen - en la matière. 

Outre l'adoption d'un impôt sur la fortune européen ou une taxe sur les transactions financières, l'Insoumise Manon Aubry veut bloquer les prix des produits de première nécessite au niveau européen pour lutter contre l'inflation causée par les superprofits. La candidate propose de lutter contre la pauvreté en garantissant l'accès des plus précaires au logement, à l'alimentation, à l'eau et à l'énergie. LFI promet de doubler le Fonds social européen et de renforcer les financements pour l'aide alimentaire aux plus démunis, de créer un programme d'aides aux étudiants précaires ou encore de refuser l'abaissement du salaire minimum pour les jeunes travailleurs. 

Une sécurité sociale alimentaire

Du côté de Raphaël Glucksmann (PS-Place publique), on propose de lutter contre la crise du logement en mettant en place un plan Marshall pour la rénovation et la construction massive de logements. Pour baisser les factures d'énergie, il veut faire annuler en France les augmentations de taxes sur l'électricité et instaurer une tarification sociale de l'énergie pour que les consommateurs paient à la hauteur de leurs moyens. L'eurodéputé sortant veut aussi interdire les écarts de salaires supérieurs à 20 dans une même entreprise percevant des subventions européennes et faire voter une directive européenne pour un revenu minimum. Enfin, il propose d'augmenter l'aide alimentaire et d'expérimenter une sécurité sociale alimentaire. 

Marie Toussaint (les Ecologistes) propose d'agir sur plusieurs leviers pour augmenter le pouvoir d'achat. Le premier est la mise en place d'une TVA "verte et circulaire", soit une TVA "réduite voire nulle pour la réparation des produits, le recyclage, les biens sans produits toxiques ou faits en Europe avec de hautes ambitions sociales et environnementales". Elle plaide pour la création d'un revenu minimum européen, et d'un revenu européen de formation pour que tous les jeunes puissent se former. Marie Toussaint défend des sécurités sociales de l’alimentation au sein des États membres pour que tout le monde ait accès à une alimentation saine et durable. Pour l'accès au logement, les Ecologistes souhaitent un plan d’investissement massif dans la construction de logements sociaux et la rénovation des logements sans reste à charge pour les ménages n’en n’ayant pas les moyens.

Le nucléaire pour faire baisser les factures d'électricité

Pas beaucoup de mesures consacrées au pouvoir d'achat dans le programme de Valérie Hayer, mais la candidate de la majorité propose de lancer un nouveau Pacte européen des solidarités en augmentant les aides européennes pour les associations caritatives ou l'adoption d'une loi européenne pour relocaliser la production des médicaments stratégiques afin de réduire leur prix. Un Pass culture européen ou un Pass rail européen peuvent aussi être vus comme des mesures favorisant le pouvoir d'achat des plus jeunes.

Pour rendre du pouvoir d'achat aux Européens, François-Xavier Bellamy (Les Républicains) estime que l'Europe doit investir et choisir le progrès technologique. Il propose donc de lever les interdictions des aides d'Etat dans les secteurs stratégiques ou de mettre en place un plan "Made in Europe 2030" pour relocaliser la production en Europe. Il souhaite construire de nouvelles centrales nucléaires pour une énergie bon marché et décarbonée. 

Jordan Bardella (Rassemblement National) propose de rendre du pouvoir d'achat aux Français en redonnant à la France sa "souveraineté énergétique". Pour cela il souhaite baisser de 30 à 40% la facture d'électricité en rétablissant un prix français de l'électricité et protéger le mix énergétique français en investissant dans les technologies d'avenir, le nucléaire de nouvelle génération, l'hydrogène ou la géothermie.

Marion Maréchal souhaite augmenter le pouvoir d'achat en luttant contre l'"assistanat" et la "fraude" ou de diminuer les impôts et les taxes. Pour baisser les factures d’électricité des Français, Reconquête propose de réduire les taxes sur l’énergie, en supprimant les règles de concurrence du marché européen de l’électricité. 


Justine FAURE

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info