Et Jean-Luc Mélenchon annonça "le premier meeting politique mondial en hologramme" (pour contrer Marine Le Pen)

Vincent Michelon
Publié le 12 janvier 2017 à 12h35, mis à jour le 12 janvier 2017 à 13h45
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : Sujet JT LCI

SANS APPEL - En annonçant officiellement avoir obtenu ses parrainages jeudi matin, Jean-Luc Mélenchon a détaillé comment il comptait contrer le meeting de Marine Le Pen à Lyon le 5 février. "Je vais me dédoubler", explique le candidat : il sera présent à Lyon, mais aussi à Paris sous forme d'hologramme.

Jean-Luc Mélenchon, qui vient d'annoncer qu'il avait obtenu "517 parrainages" pour pouvoir se présenter à la présidentielle, va faire appel à la technologie du futur pour affronter sa bête noire : Marine Le Pen. Jeudi matin, le candidat de "La France insoumise" à l'élection présidentielle a en effet annoncé, avec une certaine gourmandise, sa trouvaille pour contrer le lancement de campagne de la patronne du Front national.

Ainsi, le 5 février à Lyon, alors que son adversaire organise sa convention à Lyon, il va inaugurer ce qu'il considère comme une "première mondiale". 

Le 5 février je vais me dédoubler. Je serai présent physiquement à Lyon et par hologramme à Paris

Jean-Luc Mélenchon

Ce sera donc le "premier meeting politique en hologramme", insiste le fondateur du Parti de gauche. Qui conclut, rigolard, à l'adresse de ses adversaires politiques : "Je peux me dupliquer en plusieurs exemplaires".

Plus sérieusement, Jean-Luc Mélenchon a prévenu que ce contre-meeting serait "pacifique". "Je me désolidarise de tout ce qui ne pourrait pas l’être", a-t-il précisé, anticipant d'éventuels heurts entre manifestants. 

Candidat "quoiqu'il arrive"

Jean-Luc Mélenchon souhaite ainsi, d'une part, témoigner de son goût pour les avancées scientifiques et technologiques, mais aussi "marquer le gouffre qui sépare le programme politique de Marine Le Pen" et les valeurs politiques qu'il souhaite incarner. "Je n'ai jamais accepté la banalisation de sa candidature et de son parti", clame l'ancien ministre. 

Le FN n'est pas sa seule cible. Jean-Luc Mélenchon a également réitéré sa proposition faite à François Fillon, candidat de la droite, de "dialoguer". "S'il s'en sent la force, s'il est prêt à argumenter", ironise le leader de la gauche radicale. "J'ai le temps... On peut se voir pendant ce mois de janvier... S'il ne me regarde pas de trop haut."  

Mélenchon : "Marine Le Pen commence sa campagne à Lyon dans une convention qui singe la nôtre"Source : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

Muet sur la primaire à gauche

En revanche, Jean-Luc Mélenchon n'a pas eu un mot pour la primaire de la gauche, dont le premier débat se tient jeudi soir, en attendant le premier tour le 22 janvier. Fort de ses parrainages, il a simplement lancé une réponse cinglante à ceux qui pensaient encore pouvoir le rallier à une candidature commune, Vincent Peillon en tête

Je serai candidat quoiqu'il arrive, quelque coup de téléphone que l'on souhaite me passer

Jean-Luc Mélenchon

Mélenchon revient sur le "verrouillage" du PS pour l'empêcher de rassembler ses parrainagesSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

Vincent Michelon

Tout
TF1 Info