Jordan Bardella assure soutenir l'Ukraine dans son mandat de député européen.
Selon le ministre Jean-Noël Barrot, l'élu du RN ne s'est pourtant pas prononcé en faveur de l'utilisation des avoirs russes gelés.
Nous avons vérifié sa position sur le sujet, voté au Parlement de Strasbourg en février dernier.

À deux semaines des élections européennes, l’heure est au bilan pour les candidats sortants. À commencer par Jordan Bardella, donné favori dans les sondages, qui cherche à affirmer son soutien envers l’Ukraine, envahie il y a plus de deux ans par la Russie. 

Face au Premier ministre Gabriel Attal jeudi soir sur France 2, la tête de liste Rassemblement national (RN) a assuré avoir soutenu Kiev "à des dizaines de reprises au Parlement européen". Des propos qui n’ont pas manqué de faire réagir au gouvernement. 

"Jordan Bardella dit déplorer l’agression de l’Ukraine par la Russie. Mais alors pourquoi n’a-t-il pas voté l’utilisation des revenus des avoirs russes gelés pour soutenir l’Ukraine ? Parce qu’on ne s’oppose pas à son banquier", a dénoncé le ministre délégué chargé de l'Europe, Jean-Noël Barrot, dans un message sur le réseau social X faisant allusion au financement russe du RN en 2014.

Soutien en public, abstention dans l'hémicycle

Le 22 mars sur France Info, Jordan Bardella déclarait soutenir "l'utilisation des bénéfices des avoirs russes pour financer l'effort de guerre en Ukraine" et même avoir porté la mesure "auprès du chef de l’État, qui y était d'ailleurs réticent, lors de la réunion des chefs de parti le jeudi 7 mars à l’Élysée". Pourtant, un mois plus tôt, l'élu RN ne votait pas en sa faveur lorsque le Parlement européen a été appelé à se prononcer sur la "nécessité d’un soutien sans faille de l’Union à l’Ukraine". 

À Strasbourg, Jordan Bardella s’est abstenu lors du vote de cette résolution, aux côtés d’autres membres de son groupe Identité et Démocratie (ID), selon le procès-verbal du 29 février. Dans ce texte, adopté avec 451 voix, les eurodéputés ont réaffirmé "l’urgence de mettre en place un régime juridique solide permettant de confisquer et d’utiliser les avoirs d’État russes gelés par l’UE pour reconstruire l’Ukraine et indemniser les victimes de la guerre". 

Le même jour, une autre résolution a été votée pour "soutenir les prisonniers politiques et la société civile opprimée en Russie", dans le sillage de la mort d’Alexeï Navalny dans une colonie pénitentiaire. Cette fois, Jordan Bardella a voté pour, selon le procès-verbal. Comme le relève le Huff Post, sur les 14 résolutions sur le soutien apporté à l’Ukraine ou la condamnation de la Russie, votées entre mars 2022 et février 2024, il s'agit de la seule approuvée par l'eurodéputé d'extrême droite. 

Dernier exemple en date, le 25 avril, avec un texte sur la condamnation des "élections présidentielles non démocratiques en Russie et leur extension illégitime aux territoires occupés". Un vote auquel Jordan Bardella n'a pas participé, d’après nos recherches

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur X : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Caroline QUEVRAIN

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info