Il lâche le PS mais reçoit un accueil glacial d'En Marche : Manuel Valls va-t-il perdre sur tous les tableaux ?

La rédaction de LCI
Publié le 9 mai 2017 à 12h13, mis à jour le 9 mai 2017 à 12h44
Il lâche le PS mais reçoit un accueil glacial d'En Marche : Manuel Valls va-t-il perdre sur tous les tableaux ?

MALMENÉ - Manuel Valls a déclaré mardi matin vouloir se présenter sous l’étiquette de la majorité présidentielle "La République en Marche" lors des législatives. Mais le mouvement d’Emmanuel Macron ne semble pas disposé à tendre les bras à l’ancien Premier ministre.

Jusqu’où ira le supplice de Manuel Valls ? L’ancien Premier ministre, qui s’était permis de soutenir Emmanuel Macron avant le 1er tour en dépit de son engagement à faire campagne pour Benoît Hamon, pourrait voir cette prise de risque se retourner définitivement contre lui. 

En froid avec le PS, et en particulier avec les hamonistes qui avaient réclamé son exclusion il y a plusieurs semaines, l’ex-locataire de Matignon, qui souhaite être réélu député de la première circonscription de l’Essonne, a poussé le bouchon ce mardi jusqu’à revendiquer l’étiquette "La République en Marche" pour les élections législatives. Sauf que le mouvement d’Emmanuel Macron ne se montre guère accueillant. 

Lire aussi
Manuel Valls : "Je serai candidat de la majorité présidentielle"Source : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

Un candidat En Marche déjà "positionné" dans sa circonscription

En effet, à peine quelques minutes après cette annonce, les partisans du nouveau Président se sont empressés d’expliquer que Manuel Valls n’avait pas déposé de candidature auprès de la commission chargée d’attribuer les investitures. "Si vous ne déposez pas votre candidature, vous ne pouvez pas être investi par En Marche", a indiqué le porte-parole d’Emmanuel Macron, Benjamin Griveaux sur Europe 1. Avant d’ajouter avec un brin d’ironie qu’il lui "restait encore 24 heures" pour le faire (les noms des candidats investis par En Marche doivent être communiqués jeudi). 

Le président de cette commission, Jean-Paul Delevoye, a lui aussi refroidi les ardeurs de Manuel Valls. "A ce stade, nous n'avons pas reçu la demande de candidature de monsieur Valls. Nous apprécions le soutien qu'il apporte au président de la République et au projet présidentiel. Et si sa parole n'est pas anodine - c'est un ancien Premier ministre -, les procédures sont imposables à tous, quels qu’ils soient", a-t-il déclaré sur LCI.

Lire aussi
En Marche "n'a pas reçu la demande de candidatures de Valls" selon DelevoyeSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

Il rappelle à Manuel Valls que "personne ne peut revendiquer cette investiture, c'est la commission, qui en totale indépendance, décide de l'accorder ou de ne pas l'accorder". D’ailleurs, un candidat ou une candidate serait déjà "positionné" dans cette circonscription, indique Jean-Paul Delevoye. Boudé par le mouvement d’Emmanuel Macron, l’ex-Premier ministre pourrait finalement se rétracter et se contenter de l’étiquette PS pour les législatives.

Mais là encore, il n’est pas certain que les socialistes le tolèrent encore parmi eux. En affirmant ce mardi que le PS était désormais "mort", Manuel Valls a fini de se marginaliser.  "Je pense qu'il ne remettra plus les pieds à Solférino", estime d'ailleurs le député Alexis Bachelay. 

Les atermoiements de Manuel Valls incitent même ses proches à prendre leurs distances avec lui. Sur Twitter, le sénateur-maire d’Alfortville, Luc Carvounas, assure qu’il ne le suivra pas puisqu’il reste "attaché à son Parti et ses valeurs". "Ce n'est pas dans les moments difficiles qu'on doit tourner le dos à sa famille politique", a lancé de son côté la secrétaire d’État en charge des Personnes âgées, Pascale Boistard. Six mois après son départ de Matignon, l’avenir politique de Manuel Valls s'écrit de plus en plus en pointillé...

La vallsiste Pascale Boistard se dit "extrêmement déçue" par VallsSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

Découvrez comment votre commune a voté sur nos pages résultats de l’élection présidentielle


La rédaction de LCI

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info