LIVE POLITIQUE - Nicolas Bay (FN) dénonce "les angles morts" de la politique d'Emmanuel Macron

Publié le 12 juin 2017 à 19h30, mis à jour le 12 juin 2017 à 23h06

J+1 - Le premier tour des élections législatives a confirmé qu'une vague de candidats représentants La République en marche s'apprête à faire son entrée à l'Assemblée nationale. Suivez notre live politique pour découvrir tous les résultats du premier tour et suivre la campagne pour le second tour, qui aura lieu dimanche prochain.

#BONSOIR

Ce live est maintenant terminé. Merci de l'avoir suivi et rendez-vous demain à 7 heures pour une nouvelle journée de campagne !

#BAROIN

#APPEL

#BAROIN

#EL KHOMRI

Selon nos informations, Emmanuel Macron s'est entretenu avec Myriam El Khomri et lui a donné son accord pour se prévaloir de son soutien officiel, qu'elle fera figurer dans ses documents de campagne

#FN

Nicolas Bay, secrétaire général du FN, éliminé au premier tour des législatives (LCI) : "Beaucoup de Français ne perçoivent pas de façon très précise ce que sera la politique d'Emmanuel Macron. Il y a des angles morts considérables"

#MELENCHON #MENNUCCI

Le parquet a ouvert une enquête lundi pour une suspicion de fraude électorale dans un bureau de vote de la circonscription du député PS sortant Patrick Mennucci, sans que cela ne remette en cause son élimination et la qualification de Jean-Luc Mélenchon au second tour. Les policiers de la sûreté départementale ont été chargés de faire la lumière sur ce qui "semblerait ressembler à une échauffourée" dans un bureau de vote de la cité Félix-Pyat, et une "suspicion de substitution de bulletins", a précisé le procureur de la République Xavier Tarabeux à l'AFP.

#PHILIPPOT

#PS

VIDEO - La grosse colère de Gérard Filoche à la sortie du bureau national du PS : "On avait tout en 2012, et François Hollande nous a tout fait perdre"

#MAY #MACRON

Selon l'Elysée, la Première ministre britannique Theresa May, en visite à Paris mardi, s'entretiendra avec Emmanuel Macron au cours d'un "dîner de travail" autour de la coopération antiterroriste. Les deux dirigeants assisteront au match amical France-Angleterre au Stade de France, lors duquel une minute de silence sera observée en hommage aux victimes des attentats de Manchester et de Londres

#NKM

#SARKOZY

#CHÔMAGE

#ASSEMBLEE NATIONALE

Face à l'abstention record au premier tour, la Ligue des droits de l'homme (LDH) appelle à "une mobilisation citoyenne forte au second tour" et s'inquiète de la "faible représentation de la diversité des sensibilités au sein de la future Assemblée". "Son rôle et la qualité du débat démocratique risquent d'en être affaiblis", estime l'organisation.

#CHIFFRES

#REM

#UPR

Dans un communiqué, l'UPR de François Asselineau, ex-candidat à la présidentielle, se félicite d'avoir "poursuivi son enracinement dans toute la France au niveau local". La formation qui prône le "Frexit" souligne avoir obtenu "0.67% des suffrages" au premier tour "contre 0.00% aux législatives de 2012"

#CAZENEUVE BIS

#CAZENEUVE

#VALLAUD-BELKACEM

#FN

Wallerand de Saint-Just, trésorier du FN (LCI) : "Pas rapport à 2007, nous nous maintenons beaucoup plus [que face à Nicolas Sarkozy]. J'ai confiance dans l'avenir"


"Nous avons parfaitement résisté à la concurrence d'Emmanuel Macron"

#FN

#PARTI SOCIALISTE

"On ne va pas demander la tête de Cambadélis : elle a déjà roulé dans la sciure", a sommairement condamné Alexis Bachelay, lieutenant de Benoît Hamon pour la présidentielle, au sujet du patron du PS.

#BOUTIN

Christine Boutin aka "Jesus Christ Superstar" a un message très évangélique aux électeurs troublés par les résultats du scrutin :

#PERCHOIR

Plusieurs noms circulent déjà pour le poste prestigieux de président de l’Assemblée nationale. Comme à chaque nouvelle législature, l’appétit des prétendants est tout aussi vorace que discret. Des rumeurs font état de l'arrivée d'une femme à ce poste très convoité. Ce qui serait une première.

#MACRON

"La légende du petit chose qui, tout seul, conquiert le pouvoir, elle est pathétique."

#LÉGISLATIVES

"Le quinquennat a déréglé les institutions. C'était une erreur de mettre les législatives à la suite de la présidentielle."

#LÉGISLATIVES

Les prévisions ne sont pas optimistes pour le parti d'extrême droite.

#GUAINO

"Nicolas Sarkozy, en 2007, ne s'est pas posé la question de l'intérêt de classes. Il avait ce souci de s'occuper des plus humbles, des plus faibles, mais aussi de préserver une union nationale. Aujourd'hui, il n'y a plus ce souci. Quand François Fillon a été élu, j'ai aussitôt dit que je ne pouvais pas voter pour un programme pareil, sans la moindre humanité."

#GUAINO

"Je reproche aux gens de n'aimer qu'eux-mêmes. C'est le cas de certains électeurs, et c'est pas mal de leur rappeler de temps en temps."

#GUAINO

"Le problème, c'est que la minorité est dans le cercle de la raison et qu'elle est verrouillée sur ce socle central. Autour, on a une majorité de Français qui sont renfermés dans une multitude de radicalités. Et ceux-là sont incapables de se remettre ensemble. C'était la même chose dans les années 50, et on a fini au bord de la guerre civile."

#GUAINO

"Macron a réussi le cercle de la raison en mettant ensemble ceux qui pensent la même chose à gauche et à droite."

#GUAINO

"La France qui souffre le plus et qui est la plus révoltée, elle n'est pas allée voter. Elle a pensé que tout était joué, que ça ne servait à rien. Une petite partie est allée voter FN ou France insoumise, mais les autres sont restés chez eux."

#GUAINO

"Ma famille politique, on s'est acharné à la faire disparaître. Ce n'est pas monsieur Lamour, monsieur Accoyer... Mon courant, c'est le gaullo-bonapartisme, qu'incarnaient très bien l'alliance Séguin et Pasqua, Chevènement aussi. Là, c'est un champ de ruines. Mais pourquoi les PS et LR sont-ils ainsi ? C'est parce qu'ils n'avaient plus rien à dire aux électeurs."

#GUAINO

"Je ne vais pas appeler à voter pour qui que ce soit au second tour : c'est Macron  ou Macron."

#GUAINO

"Les Républicains qui ont rejoint Emmanuel Macron l'avaient insulté pendant six mois. Et là ils n'ont que la CSG à la bouche. C'est vraiment pathétique."

#GUAINO

"Parler des débats, du fond, après les scrutins, c'est la politique la plus vieille qui soit. Enfin quoi, la seule différence entre En marche et les Républicains, c'est la CSG ? C'est vraiment la seule différence qui soit ?"

#GUAINO

Au lendemain de son coup d'éclat sur le plateau de BFM TV, Henri Guaino assume : "J'avais envie de dire ce que je pensais des citoyens de ma circonscription"

#MARIE SARA

L'ex-torera, candidate REM dans le Gard, a appelé lors d'un point presse à la formation d'un "front républicain" et à la mobilisation des abstentionnistes pour battre le FN Gilbert Collard dans la seconde circonscription du département. Marie Sara, qui a totalisé dimanche soir 48 voix de moins que le député sortant, a par ailleurs estimé que Pascale Mourrut, candidate LR-UDI arrivée troisième et éliminée, était "un peu sous l'emprise du choc de la défaite" lorsqu'elle a déclaré qu'elle ne donnerait pas de consigne de vote.

#RAFFARIN

Jean-Pierre Raffarin sera ce soir dans la 2e circonscription de Paris où il viendra soutenir Nathalie Kosciusko-Morizet, en ballotage défavorable.

#MANDON

#REM

Ils sont une poignée à ne pas avoir bénéficié de la vague En Marche !, dimanche soir, à l'occasion du premier tour des élections législatives.

#BOUTIN

#ZÉRO VOIX

A l'heure du dépouillement, certains résultats sont plus étonnants que d'autres. Notamment ceux concernant ces candidats qui, dimanche soir, n'ont obtenu aucune voix. En particulier à Paris et dans les Bouches-du-Rhône.

#FERRAND

#EN CHIFFRES

Comment passe-t-on de 34 triangulaires en 2012 à seulement une en 2017 ? De 35 élus d’office au premier tour à seulement 4 ? LCI s’est plongé dans les chiffres et vous expliquent le grand chambardement survenu depuis le dernier scrutin des législatives.

#AVIA

Laetitia Avia, candidate REM dans la 8e circonscription de Paris, a dit ce matin sur franceinfo qu'elle n'hésiterait pas à s'opposer au gouvernement si nécessaire une fois élue. 

#GRIVEAUX

VIDÉO - Benjamin Griveaux, porte-parole de La République en marche, a déclaré sur RTL que le débat sur l'instauration d'une dose de proportionnelle aurait lieu. Il a estimé que "au regard des projections qui sont sorties hier suite aux résultats, il y a effectivement une disproportion".

#HORTEFEUX

VIDÉO - Brice Hortefeux sur France Inter : "Il va nous falloir construire et reconstruire une droite forte".

#DRAY

Le socialiste Julien Dray a appelé Jean-Luc Mélenchon à se prononcer "pour la réciprocité" au second tour des élections législatives, les candidats PS appelant à voter pour La France insoumise et inversement dans les circonscriptions où l'un ou l'autre serait en position de gagner. "Je suis pour le rassemblement de la gauche sans condition, mais il faut qu'il y ait de la réciprocité" a-t-il déclaré sur CNews. 

"A Marseille, Jean-Luc Mélenchon a besoin pour être élu des électeurs socialistes. Nous sommes prêts à participer à cela, mais dans un certain nombre d'autres endroits, nous avons besoin du rassemblement de la gauche."

#RAFFARIN

L'ex-Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a estimé que le raz de marée REM qui s'annonce aux législatives était "un big bang". "Les gens nouveaux arrivent, il n'y a plus d'encadrement ni à gauche ni à droite, de nouvelles forces arrivent, (...) il n'y a pas d'organisation" a-t-il dit sur RTL. "Il va falloir structurer un parti qui n'existait pas et va devoir être au centre de la vie politique française."

#PATRIAT

VIDÉO - Retrouvez l'intégralité de l'interview de François Patriat, sénateur de Côte d'Or, membre de la Commission d'investitures d'En marche.

#MANDON

VIDÉO - Regardez en intégralité l'interview de Thierry Mandon, ancien député PS, sur notre antenne.

#BERTRAND

Xavier Bertrand a estimé qu'il était dangereux d'avoir une trop large majorité. "Si j'étais député, je ne voterais pas la confiance. Pas de chèque en blanc" a-t-il déclaré. 

#BERTRAND

"Aujourd'hui, ce que les Français attendent d'Emmanuel Macron ce sont des actes", a dit Xavier Bertrand, président LR de la Région Hauts-de-France sur BFMTFV. 

#CARVOUNAS

Luc Carvounas, porte-parole du PS pendant les législatives, a estimé sur LCI que le parti pouvait toujours obtenir une centaine de sièges à l'Assemblée nationale.

#PHILIPPOT

Florian Philippot, vice-président du FN, pense que le parti peut "avoir beaucoup plus de députés que ce qui a été annoncé". Sur Europe 1, il a estimé qu'il fallait "un maximum de députés de l'opposition", mais que l'objectif du FN de constituer un groupe à l'Assemblée (15 députés) était hors de portée.

#PATRIAT

François Patriat pense que Jean-Luc Mélenchon ne "pourra pas demain rassembler la gauche autour de lui". 

#PATRIAT

"Il y aura une opposition, des débats à l'intérieur de la majorité, des amendements. La majorité doit dialoguer avec les citoyens, les forces vives de la nation" a déclaré François Patriat.

#PATRIAT

François Patriat, soutien d'Emmanuel Macron et membre de la Commission d'investiture d'En marche, est lui aussi l'invité de LCI ce matin. Selon lui, les résultats du premier tour sont "la validation d'une vision d'Emmanuel Macron d'avoir senti que les partis de gouvernement étaient en train de perdre leur position".

#MANDON

Thierry Mandon pense que la gauche se relèvera et se reconstruira avec la force du collectif. "Benoît Hamon a sûrement les ressouces mais je ne crois pas en l'homme providentiel."

#MANDON

"Le Parti socialiste doit se reconstruire. Il a besoin d'une équipe collective qui réflechisse à l'ampleur de la catastrophe, pas d'un chef" a estimé Thierry Mandon, visant Jean-Christophe Cambadélis. "Ceux qui sont là depuis longtemps doivent tourner la page et transmettre à une nouvelle génération."

#MANDON

Thierry Mandon, ancien député PS qui ne s'est pas présenté à ces élections législatives, a dit sur LCI ne pas avoir pressenti une telle défaite du Parti socialiste. "Il y a des raisons à cet échec : un défaut de travail intellectuel, une insuffisante réflexion sur le monde, une fin de quinquennat difficile avec des choix qui ont énormément pesé et des divisions internes." Il a aussi pointé du doigt "un retard dans le renouvellement". 

#PORTELLI

VIDÉO - Sur LCI, l'ancienne porte-parole de François Fillon Florence Portelli a affirmé que "non", les Républicains n'étaient "pas morts". Selon elle, il "faut se méfier des morts en politique".

#CASTANER 

Christophe Castaner a admis que pour tous les députés sortants ou cadors politiques éliminés parfois dès le premier tour, "il y a une forme d'injustice. Ils n'ont pas été battu par manque de travail". Il a également estimé que le Parti socialiste avait payé ses incohérences, ses frondeurs.

#CASTANER

Christophe Castaner, secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement et qualifié pour le second tour des législatives dans les Alpes-de-Haute-Provence, a dit sur France 2 que la forte abstention constatée au premier tour du scrutin rendait "humble".

#RÉSULTATS

Si vous ne savez pas qui est arrivé en tête dans votre circonscription, regardez les résultats sur notre carte interactive :

Bonjour et bienvenue sur notre live politique ! Nous sommes au lendemain du premier tour des élections législatives, qui a vu une large victoire de La République en marche. 

Résultats, invités, réactions... : pour ne rien manquer du début de la campagne d'entre-deux-tours, restez bien avec nous tout au long de la journée.

Si le live ne s'affiche pas, cliquez ici.

Dimanche 11 juin pour le premier tour des élections législatives, les Français ont peu voté, et quand ils l'ont fait ils ont plebiscité le mouvement d'Emmanuel Macron. Ainsi, un mois après son entrée à l'Elysée, le président est en position de force pour s'assurer une très large majorité. Selon les premiers résultats, la République en marche arrive largement en tête avec 32,32% des voix, devant LR-UDI (21,56%), le FN (13,20%) et La France insoumise (11%). Le Parti socialiste ne recueille que 9,5% des suffrages. Surtout, de nombreux cadors de la politique et d'anciens membres du gouvernement ont été éliminés dès le premier tour, à l'instar d'Aurélie Filippetti, Jean-Christophe Cambadélis, Cécile Duflot ou Benoît Hamon.

Ce lundi, la campagne redémarre pour les candidats qualifiés au second tour des élections législatives. Ils ont une semaine pour convaincre les électeurs de les pousser jusqu'à l'Assemblée nationale. Selon les projections, La République en marche et son allié du MoDem raviraient dimanche prochain entre 400 et 455 sièges sur les 577 que compte la chambre basse du Parlement. 

Résultats, sondages, candidats : Découvrez notre page spéciale consacrée aux élections législatives 2017

Qui sera votre député(e) ? Découvrez ici tous les résultats des élections législatives 2017 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info