La présidence Macron

LIVE PRÉSIDENTIEL - Elections législatives : la majorité présidentielle favorite, loin devant le FN, les Républicains et la France insoumise

La rédaction de LCI
Publié le 18 mai 2017 à 23h04, mis à jour le 18 mai 2017 à 23h17
JT Perso

DIRECT - Après plus de 72 heures de rumeurs et tergiversations pour connaître (enfin) l'identité du Premier ministre puis de son gouvernement, les hommes et femmes chargés de mettre en œuvre le programme du président sont passés aux choses sérieuses ce matin. Avec ce premier Conseil des ministres du quinquennat d'Emmanuel Macron, c'est sans doute le plus dur qui a commencé pour Edouard Philippe et son équipe.

Comme un air de rentrée des classes. Si les élèves de France et de Navarre se préparent tranquillement à la fin de cette année scolaire ou, avec peut-être moins de sérénité pour certains, au bac et autres examens qui marquent cette période, en politique, on semble revenir au mois de septembre. Car quatre jours après la passation de pouvoirs entre Emmanuel Macron et François Hollande, le premier gouvernement du nouveau président de la République, emmené par son Premier ministre Edouard Philippe, s'est mis véritablement en marche ce jeudi avec le premier conseil des ministres. L'occasion de faire évidemment la "photo de famille".

#BONNE NUIT

C'est la fin de cette nouvelle journée politique. A demain et bonne soirée !

#L'EMISSION POLITIQUE

Un mot sympa de Léa Salamé pour David Pujadas, récemment écarté du 20h de France 2 : "Je dois vous dire toute l'estime pour le professionnel que vous êtes et l'amitié que j'ai pour l'homme.

#SONDAGES

Petit rappel : avec 34% des voix en 2012, le PS avait obtenu la majorité absolue.

#SONDAGE

Harris Interactive redispense les chiffres de son sondage des législatives :


32% pour l'alliance REM ! et Modem

Les Rép/UDI : 19

Front national : 19

La France insoumise : 15

Parti socialiste : 6%

EELV : 3%

Debout la France : 3%

PCF : 2%

NPA/LO : 1%

#REM

De droite ou de gauche, Marie Sara ? "Je suis ni de gauche ni de droite, je suis En Marche, d'ailleurs j'ai avec moi une ancienne candidate du Parti socialiste."

#REM

Marie Sara : "Je n'envisage pas de carrière politique. Je veux juste servir les gens de ma circonscription et de ma région."

#LÉGISLATIVES

Marie Sara : "Je fais partie de ces Français qui ont été déçus par la vie politique et j'ai trouvé qu'avec l'élection d'Emmanuel Macron, il y a eu un espoir extraordinaire. Quand le Président m'a appelé, je n'ai pas mis longtemps à dire oui."

#LÉGISLATIVES

Marie Sara, candidate de la REM ! face à Gilbert Collard, est en duplex.

#COLLARD

"Je suis très attaché à l'identité, aux traditions. Mais je ne vois pas où il y aurait de fracture entre Marion Maréchal Le Pen et Marine Le Pen."

#PARACHUTAGE GAGNANT ?

#COLLARD

"Je considère que l'euro est une mauvaise idée. Mais je considère qu'on ne peut pas obliger une opinion à accepter une idée qu'elle ne supporte pas."

#COLLARD

Le député apparenté FN à propos de l'euro : "On ne gagne jamais contre l'opinion. On n'a pas trouvé la clé pédagogique pour faire comprendre aux gens que la sortie de l'euro ne serait pas l'abîme."

#COLLARD

"J'ai toujours dit que l'euro allait mourir de sa triste mort. Je l'ai dit une fois et on m'a répondu, collectivement, on m'a dit : 'Non, c'est la doctrine de dire qu'on veut sortir'. Je suis démocrate, je me suis incliné."

#COLLARD

"Monsieur Darmanin avait traité Emmanuel Macron de poison. Monsieur Le Maire, qu'est-ce qu'il lui a mis à Macron... et maintenant il est ministre de l'Economie."

#COLLARD

Député sortant du Gard, Gilbert Collard regrette l'abandon de Marion Maréchal Le Pen mais "ne discute pas sa décision".

#BEGAG

Ancien ministre délégué à l'Egalité des chances, Azouz Begag, dont l'expérience n'est pas restée dans les mémoires, est extrêmement enthousiaste à l'idée de voir Nicolas Hulot aux responsabilités.

#MITTERRAND

"François Mitterrand a su rassembler au-delà de sa personne, obtenant même une majorité d'affection, d'intérêt, de reconnaissance, qui était dûe à sa capacité à s'insérer dans une vision historique. Mais de son temps, il n'y avait pas encore autant de précaires et de chômeurs."

#MITTERRAND

"Je ne comprends rien à ce débat. Je vois un débat que j'aurais pu voir il y a un an, il y a deux ans... ce qui se passe, c'est infiniment plus grand et plus important que ces disputes. [...] Le général de Gaulle est arrivé en France après deux catastrophes : la guerre, puis l'Algérie. Nos catastrophes actuelles, ce sont des millions de chômeurs, de précaires, des gens qui sont pauvres, qui dorment dans les rues. C'est une catastrophe. A la suite de ces catastrophes, de Gaulle avait obtenu un rassemblement. Ce rassemblement, nous sommes en train de le vivre. Le reste est totalement détaché que vos disputes me semblent surréalistes."

#FENECH

"On est en train de faire comme s'il n'y avait plus de peuple de France. Quand on me dit qu'il faut répondre à la main d'Emmanuel Macron, pardon, mais je n'ai pas besoin de main secourable. Je sais quand travailler avec le camp adverse. Mais pardon de vouloir rester ce que je suis. J'attends avec hâte de savoir ce que feront les électeurs de Bruno Le Maire qui a choisi de quitter le parti !"

#FENECH

"Je voudrais qu'on arrête les clichés sur Laurent Wauquiez, qui vient de la droite sociale et qui est un humaniste. Il n'a pas basculé."

#COPÉ

"Au lendemain du 18 juin, il faudra tout revoir. Nous devrons éviter les tentations d'aller flirter avec le Front national, par exemple."

#BOURLANGES

Soutien d'Alain Juppé et candidat aux législatives pour la REM !, Jean-Louis Bourlanges commence par expliquer que, face à la radicalisation de ténors de la droite tels que Laurent Wauquiez, les grands partis de droite et de gauche sont désormais "incohérents".

#COPÉ

"Qu'au lendemain des législatives, on se pose la question de se mettre d'accord avec Emmanuel Macron, d'accord, mais pour l'instant, on n'y est pas, là. On n'a pas encore passé les législatives."

#MOTUS

Ministres interdits de parler à la presse, journalistes accompagnateurs très surveillés...

#KELLER

"Quand je demande aux électeurs de ma circonscription s'ils veulent qu'on s'oppose ou qu'on construise avec Macron, ils répondent qu'ils ne veulent pas perdre un mandat de plus."

#KELLER

Fabienne Keller, figure de la droite alsacienne et partisane de l'alliance de la droite avec Macron, salue "le gouvernement de centre-gauche et de centre-droit, ça penchait surtout au centre-gauche avant, mais maintenant, avec Gérald Darmanin, Bruno Le Maire et Edouard Philippe, ça s'équilibre."

#COPÉ

"Il y a des choses sur lesquelles on peut progresser : la réforme du Code du Travail, par exemple. Par contre, la CSG... Je ne vois pas comment ça peut bien se passer. Dans le domaine fiscal, nous devons assumer une baisse de l'impôt sur le revenu pour les classes moyennes."

#COPÉ

Le rassemblement porté par Emmanuel Macron ne met-il pas fin à des clivages artificiels ? 

"J'ai un peu le mauvais rôle, là... mais il y a un moment où les lampions de la fête vont finir par s'éteindre. Je ne sais pas quand mais c'est ce qui va se passer. Emmanuel Macron porte un projet avec un côté face et un côté pile. Le renouvellement, c'est indéniable. Mais il voudrait aussi qu'il n'y ait rien entre lui et le Front national et c'est extrêmement dangereux."

#PORTRAIT

#LES RÉPUBLICAINS

Georges Fenech, Jean-Louis Bourlanges, Frédéric Mitterrand, Azouz Begag, Jean-François Copé, Fabienne Keller se réunissent pour discuter de l'attitude que la droite doit adopter vis-à-vis d'Emmanuel Macron.

#HAMON

"Le Parti socialiste, c'est incroyable, il y a des gens partis chez Macron, d'autres qui sont épargnés par ce dernier avec aucun candidat face à ceux, et d'autres qui ne croient pas à l'efficacité de ce programme. Moi, je ne soutiendrai pas ceux qui se mettent à l'écart de la gauche."

#HAMON

"Je soutiendrai tous les candidats qui s'inscrivent dans le projet que j'ai défendu. Ce qu'a fait le PS vis-à-vis de mon programme ne portera pas chance à ceux qui l'ont fait."

#HAMON

"Quand le président de la République a 24% en sa faveur, et qu'au second tour, les gens votent pour lui parce qu'il y a Marine Le Pen en face... ce que je vois aujourd'hui c'est tous les vices de la 5e République avec notamment un Premier ministre qui doit gérer un gouvernement qu'il n'a pas choisi."

#HAMON

"Pour que la gauche se reconstruise, il faut des députés de gauche, mais dans leur diversité. Pour qu'ils puissent résister au démantèlement du code du Travail"

#HAMON

"La gauche n'a jamais gagné sous le rassemblement hégémoniqque d'un seul", dit-il en réponse à Jean-Luc Mélenchon.

#HAMON

"C'est mon nom qui sera associé à ce score."

#HAMON

"Le socialisme n'est pas mort, surtout s'il se régénère par l'écologie politique. Mais il ne représente plus cet espace là, parce qu'il s'est pour partie disqualifié pendant l'exercice du pouvoir, et pendant cette campagne, en ne soutenant pas le candidat choisi."

#HAMON

"Bonne chance à Nicolas Hulot. Parce que je ne crois pas que la pente de ce gouvernement est d'être un gouvernement écologiste."

#CODE DU TRAVAIL

En marge de la préparation de la réforme du Code du Travail, le Premier ministre Edouard Philippe a pris contact jeudi avec les principales organisations syndicales et patronales en leur faisant part de "l'importance qu'il accorde au dialogue social".

#HAMON

"Le PS a offert une vision si misérable de la politique, à travers les trahisons que j'ai pu voir, qu'assez naturellement, il en est devenu assez peu désirable."

#HAMON

"Michel Rocard a toujours été attaché au clivage droite gauche, dont il a toujours considéré qu'il restait pertinent sur les questions économiques, sociales et éducatives. Il y était férocement attaché."

#HAMON

C'est au tour de l'ancien candidat PS d'être sur le plateau. Il est interrogé sur son passé de rocardien... 

#MÉLENCHON

Pourquoi n'est-il pas parvenu à un accord avec le Parti communiste ?

"Le PCF est très divers. Les militants, les sympathisants... et l'organisation. Je leur ai dit : quand 7 millions de personnes votent pour moi, je ne peux pas aller les voir et leur dire que j'ai fait un accord avec Pierre Laurent et qu'ils vont désormais devoir voter, pour 50% d'entre eux, pour quelqu'un qui est pro-nucléaire, pour quelqu'un qui est contre le référendum révocatoire."

#MÉLENCHON

"N'allez pas me chercher des SMS parce que ça me met des abeilles. Que Pierre Laurent le fasse, c'est ses affaires."

#MÉLENCHON

"Pourquoi ne suis-je pas allé face à Stéphane Ravier, le sénateur FN ? Mais parce qu'il y a déjà quelqu'un. Elle s'appelle Sarah Soilihi, et je veux que ce soit elle qui gagne !"

#MÉLENCHON

"Pourquoi Marseille ? Parce que j'ai une responsabilité politique, le temps que les autres éclaircissent leur situation, notamment le PS. Moi, ma feuille de route, c'est mon programme. En 2012, j'avais tenté de sortir Marine Le Pen de son rail à Hénin-Beaumont, je n'y suis pas arrivé. Là, j'ai vu que dans certains de ses bastions, la France insoumise est parvenue à faire reculer le Front national. Et je veux donc créer un effet d'entraînement."

#MÉLENCHON

"L'élection est loin d'être faite, mais ça fait plaisir, je le prends."

#MÉLENCHON

Au deuxième tour, Jean-Luc Mélenchon recueillerait 56% et serait donc élu face à Corinne Versini (la REM !)

#MÉLENCHON

Dans la 4e circonscription des Bouches du Rhône, Jean-Luc Mélenchon recueillierait 35% des voix, la candidate de la REM ! 26% et Patrick Mennucci 13%.

#MÉLENCHON

"Je ne vois pas monsieur Macron se dédire de sa ligne libérale. Et par conséquent je m'y opposerai. Après, au fil des textes de lois, on peut se dire : 'Ça, c'est pas trop bête', donc pourquoi pas ? On verra."

#MÉLENCHON

"Si ces sept millions de personnes qui ont voté pour moi se retrouvent dans les 577 candidats de la France insoumise, alors ils seront au deuxième tour."

#MÉLENCHON

"Quand la victoire me passe entre les doigts, oui, je suis triste."

#MÉLENCHON

"La clarification de monsieur Macron est la bienvenue."

#MÉLENCHON

"Je ne retire pas mon amitié à Nicolas Hulot, mais je crois qu'il a fait une lourde erreur. Il ne connaît pas la logique des rapports de force en politique. Dans un mois et demi, deux mois, il découvrira qu'il est tout seul, avec un ministre de l'Agriculture qui a voté contre l'interdiction des néonicotinoïdes et un Premier ministre pro-nucléaire"

#MÉLENCHON

"Macron a réussi à faire un gouvernement de grands libéraux, ce que personne n'était parvenu à faire en France"

#MÉLENCHON

Le candidat de la France insoumise à la présidentielle, candidat aux législatives dans les Bouches-du-Rhône, commente les premiers jours d'Emmanuel Macron : "Cela me fait l'effet inverse d'un renouvellement. C'est de la langue de bois. On n'a passé vingt minutes sans parler une seule fois de ce qui fait souffrir les Français. Ils en ont rien à fiche de l'âge du capitaine et de qui fait la voilure."

#MACRON

Le sociologue Jean Viard, candidat de la REM dans le Vaucluse, explique pourquoi il a choisi de s'engager : "Emmanuel Macron fait un mariage entre l'entreprise, la société et l'Etat. Ca me paraissait indispensable. Pourquoi je me présente aux législatives ? Parce que dans la circonscription où j'habite, dans le Vaucluse, le Front national a fait 40%. Je me suis dit : "Moi qui passe un peu à la télé, je vais amener les deux, trois points de plus qui font que le FN n'aura pas la circonscription."

#DÉSOLÉE

#MACRON

Comment Bruno Le Maire, nouveau ministre de l'Economie, va-t-il ravaler certaines de ses propositions, notamment la baisse de 500.000 fonctionnaires quand le président en propose beaucoup moins ? 

"Il est d'accord avec Emmanuel Macron pour réduire la dépense publique et augmenter les investissements." 

#LÉGISLATIVES

Dans un premier temps, c'est un reportage sur la première journée du secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement Christophe Castaner, qui est diffusé.

#LÉGISLATIVES

Dans quelques minutes, nous vous faisons vivre le plateau fort chargé de L'Emission politique, sur France 2 : Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, Gilbert Collard et son adversaire dans le Vaucluse, la candidate de la REM !, la torera Marie Sarra.

#NICOLAS HULOT


La fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim "aura lieu"

#NICOLAS HULOT


"Le nucléaire qu'on soit pour ou contre, de toute façon on ne peut pas s'en passer demain matin"

#NICOLAS HULOT


Sur le nucléaire, avec Emmanuel Macron, "on a probablement sur la vision, une divergence, mais il  y a un chemin commun" 

#NICOLAS HULOT


Sur l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, "toutes les options sont sur la table"

#NICOLAS HULOT 


"Évidemment que j'ai peur de décevoir", a affirmé le ministre d'État à la transition écologique et solidaire, invité sur France 2

#MARINE LE PEN

"Pugnace, engagée, peut-être abrupte. J'accepte ces critiques. Mais c'était très important. Il fallait mettre l'éclairage sur ce que monsieur Macron va mettre en oeuvre."

#MARINE LE PEN

"Pugnace, engagée, peut-être abrupte. J'accepte ces critiques. Mais c'était très important. Il fallait mettre l'éclairage sur ce que monsieur Macron va mettre en oeuvre."

#MARINE LE PEN

"Et puis il y a eu ce débat, qui a été raté. J'ai fait un choix, mettre en lumière avec fougue et passion les craintes des Français."

#MARINE LE PEN

"J'ai bien conscience que le sujet de l'euro a inquiété les Français, de manière presque irrationnelle, mais c'est un fait. Nous en discuterons après les législatives, avec un congrès où chacun pourra s'exprimer."

#MARINE LE PEN

"C'est enthousiasmant de construire la politique de demain. Nous avons réussi à trouver des bases communes avec Debout la France et j'espère que nous serons rejoint par les Républicains qui refusent d'aller vers une politique immigrationnistes, de soumission à madame Merkel... après tout, pourquoi pas ?"

#MARINE LE PEN

"Cette fracture touche les Républicains, certains d'entre eux à rejoindre le président de la République, et les affaiblit, les conduit à ne pas être une opposition sérieuse."

#MARINE LE PEN

"Ce que Macron fait, c'est ce que j'avais annoncé depuis des années : la recomposition entre les européistes et les nationaux, ceux qui pensent que la Nation offre la protection la plus efficace des Français."

#MARINE LE PEN

"Avec Nicolas Dupont-Aignan, nous nous entendons très bien. Je trouve que c'est bien, c'est positif, que chacun de nos mouvements puisse conserver notre indépendance. Chacun nous avons nos personnalités, nos spécificités, et je souhaite qu'au cas par cas, nous puissions trouver des solutions."

#MARINE LE PEN

"Nous allons nous engager, après les législatives, dans la modernisation du mouvement, c'est le chantier que nous ouvrirons.3

#MARINE LE PEN

"Je comprends Marion. C'est un gros sacrifice de faire de la politique dans l'opposition, surtout quand on voit la façon dont la majorité l'a traité."

#MARINE LE PEN

"Oui, je serai candidate dans ma circonscription de Hénin-Beaumont", répond la candidate du Front national à la présidentielle.

#20HEURES

Candidate ou pas, son avis sur le gouvernement Philippe, la bataille à venir pour le FN aux législatives... la candidate du FN fait le point.

#20HEURES

#BUZYN

La ministre de la Santé a décidé de se mettre en retrait des questions ayant trait à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale, à la tête duquel se trouve son mari, rapporte Le Monde.

#MACRON

Une quinzaine de rédactions se sont associées pour faire part à Emmanuelle Macron de leur inquiétude, concernant "l'organisation de la communication présidentielle". Tout en convenant de la nécessité de "constituer des pools de journalistes", après que le Palais a annoncé son souhait de contrôler quels journalistes accompagneraient le président lors de ses voyages, "il n'appartient en aucun cas à l'Elysée de choisir ceux d'entre nous qui ont le droit ou non de couvrir un déplacement".

#ET LES CHASSEURS ? 

Pour le proche de Nicolas Sarkozy Pierre Charon, sénateur de Paris, la nomination de Nicolas Hulot à la tête du ministère de la Transition écologique est une "provocation pour les chasseurs". Et le secrétaire national à la chasse des Républicains de fustiger la nomination d'un "ministre anti-chasse", alors qu'il avait envisagé la réouverture des "chasses présidentielles".

#BIENVENUE

#CONSEIL DE DÉFENSE

#BIENVENUE

A noter que la CFDT et FO ont, de leur côté, "salué" cette nomination, pour la réussite de Muriel Pénicaud dans le "développement du dialogue social chez Danone" (FO) et pour sa sensibilité sur le dossier du "stress" au travail (CFDT). A noter que, selon L'Obs, Muriel Pénicaud a obtenu le peu glorieux surnom de "Madame Burn-out" lors de son passage à Business France.

#BIENVENUE

La CGT de l'agroalimentaire a fustigé la nomination de Muriel Pénicaud, ancienne DRH de Danone, à la tête du ministère du Travail. Cette dernière, qui aura notamment pour tâche de faire passer la pilule de la réforme du Code du Travail aux partenaires sociaux, a été décrite comme étant "dans la droite ligne des politiques antisociales et de sacrifices imposés aux salariés sur l'autel des profits et de la stratégie". Voilà qui donne l'ambiance.

#MACRON

Notre éclairage sur la pratique peu orthodoxe proposée par le nouveau Président vis-à-vis des journalistes.

#CONSEILS

#FASHION POLICE

Epinglée pour sa robe (devenue célèbre depuis) portée à l'Assemblée nationale, Cécile Duflot n'a pas pu s'empêcher de remarquer que l'absence de cravate chez Nicolas Hulot n'avait pas déclenché autant de cris d'orfraie, loçrs de la photo de famille du gouvernement.

#NUANCE

L'ancien candidat du "renouveau" à la primaire de la droite et du centre voulait des baisses d'impôts, de lourdes suppressions de postes dans la fonction publique... Autant d'ambitions qu'il va devoir revoir à la baisse.

#AYRAULT

L'ancien ministre des Affaires étrangères et Premier ministre Jean-Marc Ayrault a dispensé un conseil au nouveau président Macron, à l'occasion d'une interview à France Bleu Loire Océan : "S'il faut vraiment adresser un message au nouveau président, c'est vraiment : pas de réforme sans dialogue sociale". Un conseil à mettre en perspective avec la volonté présidentielle de réformer le Code du Travail par ordonnances, cet été.

#OPTIMISME

#CONSEIL DE DÉFENSE

Le Premier ministre Edouard Philippe, la ministre des Armées Sylvie Goulard, celui de l'Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, celui de l'Intérieur Gérard Collomb et celui de la Justice François Bayrou sont réunis autour d'Emmanuel Macron pour le premier Conseil de défense du quinquennat. Ce dernier se tient alors qu'Emmanuel Macron doit s'envoler juste après pour le Mali, théâtre (entre autres) de la luttre extérieure de la France contre le terrorisme.

#MACRON

Le Kremlin fait savoir qu'Emmanuel Macron et Vladimir Poutine ont eu leur premier entretien téléphonique. "Vladimir Poutine a félicité Emmanuel Macron pour sa prise officielle de  fonctions et pour la formation d'un nouveau gouvernement", a indiqué le Kremlin dans un communiqué. "Les deux parties ont exprimé leur volonté de développer  les relations russo-françaises traditionnellement amicales dans les domaines  politique, économique et culturel", selon la même source qui n'indique pas quel chef d'Etat a appelé l'autre.

#LALANNE

Le chanteur Francis Lalanne n’apprécie pas que sa candidature aux législatives soit qualifiée de "loufoque". Ce jeudi, l’artiste a assuré vouloir porter "une alternative citoyenne à la politique politicienne" incarnée, selon lui, par l'ex-Premier ministre Manuel Valls, qu'il défie comme suppléant aux législatives dans son fief de l'Essonne. "Ma candidature, elle n'est pas loufoque. Elle est celle d'un activiste citoyen et responsable politique sur le terrain depuis (...) 2008", a déclaré François Lalanne lors d'une conférence de presse à Evry.

#ORAL

Avant d’être officiellement nommés mercredi, les ministres ont été interrogés entre lundi et mardi par un magistrat de la Cour des comptes, révèle RTL ce jeudi. Ces entretiens, en tête à tête et d'une durée d'une heure trente environ, visaient à débusquer d’éventuels conflits d’intérêts avec leurs emplois passés ou encore des embauches de proches ou de membres de leur famille. Le ministre Bruno Le Maire et la secrétaire d'État Marlène Schiappa confirment à LCI avoir passé un tel entretien.

#COTE DE CONFIANCE

Moins d'une semaine après avoir pris ses fonctions à l'Elysée, Emmanuel Macron obtient la confiance de 45 % des Français, selon le baromètre Elabe pour Les Echos et Radio Classique. Une cote inférieure à tous ses prédécesseurs en début de mandat. Même chose pour son Premier ministre.

#PHOTO

Le compte Twitter de l'Elysée a diffusé la photo officielle du gouvernement. Elle a été prise cette année sur les marches du hall d'entrée du palais, et non dans le jardin, comme traditionnellement.

Élections
Voici la "photo de famille" du gouvernement d'Emmanuel Macron

Voici la "photo de famille" du gouvernement d'Emmanuel Macron

#CASTANER

Christophe Castaner a précisé que pour les législatives, les ministres devraient soutenir les candidats de La République en marche.

#CASTANER

Le président de la République a précisé que le chef de l'Etat devait fixer la stratégie, donner un cap, tenir l'équilibre des institutions, et que le Premier ministre devait arbitrer, a dit Christophe Castaner devant les journalistes.

#CASTANER

Selon le porte-parole du gouvernement, le chef de l'Etat a fixé plusieurs cap et priorités : la réforme du travail, la préparation de la rentrée, la préparation budgétaire, et la loi de moralisation de la vie publique (qui sera présentée en conseil des ministres avant les législatives).

#CASTANER

Selon Christophe Castaner, Emmanuel Macron a dit qu'une "politique industrielle ne peut être moderne si elle ne prend pas en compte les enjeux d'écologie".

#CASTANER

Christophe Castaner, nouveau porte-parole du gouvernement, a tenu son premier point presse après le Conseil des ministres. Il a indiqué que le président avait déclaré à ses ministres : "Nos origines politiques ne doivent pas jouer",  "les ministres ne sont plus cantonnés à des étiquettes".

#LES RÉPUBLICAINS

Alain Juppé se prononce contre l'exclusion d'Edouard Philippe, de Bruno Le Maire et de Gérald Darmanin des Républicains. "Je n'ai jamais été pour les exclusions dans la vie politique de notre formation politique", a indiqué le maire de Bordeaux, en présence de François Baroin.

#ÉLYSÉE

Plusieurs journalistes et photographes déplorent que l'Élysée leur interdise de couvrir la sortie du Conseil des ministres.  

#TWITTER

Bruno Le Maire et Gérald Darmanin sont devenus des ministres du gouvernement Edouard Philippe. Si les deux hommes ont régulièrement marqué leur opposition à Emmanuel Macron, ils ont probablement dû raviser leurs jugements lorsqu'il a été question qu'ils intègrent son équipe. Le problème, c'est qu'Internet, et a fortiori Twitter, n'oublie rien... Voici quelques tweets que les débauchés devraient supprimer.

#CONSEIL DES MINISTRES

VIDÉO. Tous les ministres ont pris place à la table du Conseil du ministres. Gérard Collomb est assis à droite d'Emmanuel Macron tandis que François Bayrou est à sa gauche. 

Tour de table du premier Conseil des ministresSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

#CONSEIL DES MINISTRES

VIDÉO. Revoir l'arrivée des ministres à l'Élysée

Bayrou, Le Drain, Collomb... L'arrivée des ministres au premier Conseil des ministres du quinquennatSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

#CONSEIL DES MINISTRES

Le premier Conseil des ministres du quinquennat Macron vient de débuter.

#CONSEIL DES MINISTRES

Les premiers ministres sont arrivés à l'Élysée pour assister au premier Conseil des ministres du quinquennat. Tous sont arrivés seul, un par un, à l'exception de Jean-Yves Le Drian et Marielle de Sarnez, qui sont sortis de la même voiture, ainsi que les deux pensionnaires de Bercy, Bruno Le Maire et Gérald Darmanin.

#RETROUVAILLES

Les deux hommes ne s'apprécient guère mais en période électorale, il faut savoir serrer les rangs. Le chef de file des Républicains pour les élections législatives, François Baroin, est en déplacement ce jeudi en Gironde, chez Alain Juppé, pour aider les candidats LR.

#LAGARDE

Le député de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde (49 ans), a été transporté ce matin à l'hôpital, après un malaise cardiaque, rapporte Le Parisien.

#FERRY

Invité sur LCI ce matin, le philosophe et ancien ministre de l'Éducation nationale, Luc Ferry, n'a pas caché le peu d'estime qu'il a à l'égard de la ministre sortante de l'Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem. A ses yeux, c'était tout simplement la "pire ministre de l'histoire de la République"

#CONSEIL DES MINISTRES

Dans un peu moins d'une heure, Emmanuel Macron présidera son premier Conseil des ministres, l'occasion de fixer le cap de son quinquennat à un gouvernement qu'il veut "collégial", "collectif" et à l'image de la recomposition politique lancée pour les législatives. Le nouveau président "fixera à cette occasion les grandes orientations de son quinquennat et la feuille de route du gouvernement", mais aussi "la méthode de l'action gouvernementale qui doit reposer sur deux piliers : la collégialité, et l'action collective", explique-t-on à l'Elysée.

#LÉGISLATIVES

Marine Le Pen annoncera ce soir sur TF1 sa décision concernant son éventuelle candidature à Hénin-Beaumont aux élections législatives.

#DARMANIN

Conséquence de son entrée au gouvernement, Gérald Darmanin perd la vice-présidence de la région Hauts-de-France. C'est le président du conseil régional, Xavier Bertrand, qui l'a annoncé ce matin en séance.

#FISCALITÉ

Le nouveau ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, a assuré ce jeudi sur Cnews qu'il "n'y aura pas d'augmentation d'impôts pour les plus faibles" mais a refusé de s'engager sur d'éventuelles baisses. Il a également précisé que le prélèvement à la source "ne se fera pas" s'il se révèle être une "source de complexité pour les entreprises". "On a beaucoup de dépenses publiques et il y a un gros déficit. On doit rassurer nos partenaires européens, et protéger les plus faibles en relançant notre économie", a-t-il avancé. "Ce ne doit pas être la purge mais on va essayer d'être non démagogue sur la baisse des impôts", a-t-il poursuivi.

#BAROIN

Le chef de file des Républicains pour les élections législatives, François Baroin, a raillé sur RTL la "prise d'otages" de Bruno Le Maire et Gérald Darmanin, les deux dirigeants des Républicains ayant intégré le gouvernement d'Edouard Philippe et Emmanuel Macron. "Ce n'est pas une prise de guerre, c'est plutôt des prises d'otage. Ils sont très isolés. Edouard Philippe a sans doute tenté d'en amener beaucoup plus; en réalité il a perdu ses arbitrages", a déclaré le sénateur-maire de Troyes.

#DÉMISSION

Après l’annonce du gouvernement Philippe, l’Élysée a indiqué que les ministres devraient abandonner leurs fonctions locales. Trois d’entre eux sont visés par cette décision.

#PHILIPPOT

Invité sur LCI jeudi matin, le vice-président du FN, Florian Philippot, a ironisé sur la composition du gouvernement en le comparant à "un gratin de restes".

Philippot : "Ce gouvernement est un gratin de reste"Source : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

#DIEUDONNÉ

#PHILIPPOT

Sur LCI, le vice-président du FN, Florian Philippot, a ironisé sur la composition du gouvernement en le comparant à "un gratin de restes". "C'est recyclage et recasage. En matière culinaire, on appelle ça un gratin de restes. Vous avez des restes et vous essayez d'accommoder un nouveau plat sauf que ça ne fait pas un nouveau plat. Ce sont des restes malgré tout", a déclaré l'eurodéputé FN.

#PHILIPPE


Interrogé sur le texte de la moralisation de la vie publique, sur lequel doit plancher François Bayrou au ministère de la Justice, le Premier ministre assure que celui-ci sera proposé "rapidement". Et d'ajouter : "Nous irons très loin dans cette loi (…) en réponse à la défiance des Français".

#PHILIPPE


Sur l'aéroport Notre-Dame-des-Landes : "Je crois beaucoup qu'en matière de choix publics, il faut faire des choix éclairés, c’est quelque chose qui est mûri, pensé et assumé. Il y aura un médiateur nommé et ensuite nous prendrons une décision."

#PHILIPPE


"Je ne m’en excuse pas, je l’assume et j’en suis fier.  Est-ce que cela veut dire que je ne vois des solutions que dans le nucléaire", s'interroge Edouard Philippe.

#PHILIPPE


Interrogé sur le peu de femmes présentes dans des postes régaliens, le Premier ministre a assuré à France Inter : "Je vois une femme, Sylvie Goulard,  ministre des Armées, ainsi que des femmes dans des postes ministériels difficiles."

INTERVIEW


Edouard Philippe sur France Inter : "Manuel Valls voulait que le gouvernement soit à l’image de la recomposition que nous sommes en train d’effectuer. Il fallait arriver à cet équilibre, ce n’est pas un exercice facile. Mais je pense que le gouvernement nommé hier est un gouvernement resserré, à parité, qui associe des membres compétents de la société civile."

#LE MAIRE

En entrant au gouvernement, Bruno Le Maire a perdu son étiquette LR pour les élections législatives. Il concourra finalement sous les couleurs de la "République en Marche" et portera l'étiquette de la majorité présidentielle. 

#LE MAIRE

A peine nommé, le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, se réjouit de la baisse du chômage au cours du 1er trimestre 2017 et y voit "un signal encourageant" pour la suite.

#DIEUDONNÉ

Dieudonné est candidat aux élections législatives en Essonne. C'est officiel depuis que l'humoriste controversé a été aperçu en Préfecture d'Evry, dans les bureaux chargés d'enregistrer les candidatures pour les législatives de juin. Il n'occuperait toutefois pas la place de titulaire et serait le suppléant de... Nolan Lapie, le jeune breton qui avait giflé Manuel Valls en janvier.

Élections
Législatives : Dieudonné affontera Valls dans l'Essonne

Législatives : Dieudonné affontera Valls dans l'Essonne

#BAROIN

En dépit des nominations de Bruno Le Maire et de Gérald Darmanin, François Baroin prétend que le nouveau gouvernement ne défend pas une "ligne politique de droite", prenant pour exemple l’augmentation de la CSG, à laquelle les Républicains sont opposés. Invité sur RTL ce matin, il a tout de même salué les entrées de Jean-Michel Blanquer et de Nicolas Hulot dans la nouvelle équipe gouvernementale.

#ILS ONT LA PRESSION

Six ministres sont, pour l'heure, candidats aux élections législatives du mois de juin. Selon la règle édictée par l'Elysée, ils devront démissionner s'ils ne remportent pas leur circonscription.

#VALLS

Sans parti pour les élections législatives de juin, l'ancien Premier ministre Manuel Valls a publié ce mercredi sur les réseaux sociaux son affiche de campagne sur laquelle il revendique l'étiquette "majorité présidentielle" (inscrite en lettres capitales dans un bandeau bleu clair). L'affiche, dévoilée sur Twitter, présente un portrait de l’ex-Premier ministre, accompagné du slogan "Toujours avec vous !".

#SONDAGE

Selon un sondage Harris Interactive pour France Télévisions publié ce jeudi, le mouvement "La République en Marche" recueillerait 32% des suffrages au premier tour des élections législatives le 11 juin prochain, devant Les Républicains (19%) et le Front national (19%).

#AGENDA

Au menu de cette journée, les dernières passations de pouvoirs entre les ministres sortants et les nouveaux entrants. Puis à 11 heures, le premier Conseil des ministres du président Macron.

Bonjour ! Au lendemain de l'annonce du casting gouvernemental, suivez toute l'actualité politique de ce jeudi sur LCI.fr

Lire aussi
VIDÉO : Le carrousel des ministres et secrétaires d'État du gouvernement d'Édouard PhilippeSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

Dans la foulée, Emmanuel Macron, qui a parlé au téléphone pour la première fois avec Vladimir Poutine, a également présidé un Conseil de défense consacré au terrorisme.


La rédaction de LCI

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info