Emmanuel Macron dans la course à l'Elysée

Après son soutien à Macron, Valls va-t-il être exclu du PS ?

Vincent Michelon et Antoine Rondel
Publié le 29 mars 2017 à 12h55, mis à jour le 29 mars 2017 à 13h42
Après son soutien à Macron, Valls va-t-il être exclu du PS ?

EVOLUTION - C'est la question qui brûle bien des lèvres. Le soutien affiché par Manuel Valls à son ancien ministre, mercredi 29 mars, signifie-t-il qu'il devrait quitter le PS ? Les statuts du parti sont clairs. Le discours de son chef, un peu moins...

Après avoir annoncé son soutien à Emmanuel Macron, Manuel Valls doit-il être exclu du PS ? Pour l'intéressé, la réponse est évidemment non. Questionné par Jean-Jacques Bourdin sur le sujet, il s'est même offusqué que l'hypothèse soit envisagée, se référant aux incartades du quinquennat des députés frondeurs : "Moi ? Je serais exclu par ceux qui n'ont respecté aucune règle pendant 5 ans ?"

Valls annonce qu'il votera MacronSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible
Lire aussi

Tout juste a-t-il reconnu que "le PS ne sera plus comme il a été jusqu'à maintenant après cette élection", et appelé à "une clarification et un dépassement" au sein du parti. En clair, assumer le schisme entre les sociaux-libéraux (aile droite) et les frondeurs (aile gauche).

Ce n'est d'ailleurs pas tellement le problème du moment. Agacés par les ralliements quotidiens des élus du PS auprès d'Emmanuel Macron, les soutiens de Benoît Hamon réclament un peu de discipline au sein de leur parti. Et le respect de la parole donnée par le Premier secrétaire du PS. A commencer par Laura Slimani, ex-patronne du Mouvement des jeunes socialistes, qui a réclamé "l'exclusion" du Premier ministre.

Laura Slimani, porte-parole de Benoît Hamon, sur le soutien de Valls à Macron : "Je trouve que c'est très indécent et que ça dénote le peu d'humilité dont il fait preuve"Source : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

Mais depuis, l'hémorragie au PS (400 néo-alliés de Macron, selon le décompte de Gérard Filoche) Jean-Christophe Cambadélis a mis de l'eau dans son vin. Le 16 mars au Point, après que Manuel Valls avait annoncé qu'il refusait de choisir entre Benoît Hamon et Emmanuel Macron, toujours très haut dans les sondages, il se contentait d'un rappel à la règle : "Il faut toujours respecter les instances, les votes démocratiques".

En marge du grand meeting de Benoît Hamon à Bercy, il se faisait encore plus souple : "Le PS est un parti libre, contrairement à d'autres où vous n'avez pas la possibilité de prendre ce genre de positions. Ce n'est pas notre façon de concevoir la démocratie."

Cette dernière est d'ailleurs rejointe par le membre du bureau national du PS Gérard Filoche :

Et si les appels à l'exclusion de Manuel Valls restent encore assez discrets parmi les hiérarques du parti, difficile d'oublier les promesses de Jean-Christophe Cambadélis ces derniers mois. En septembre 2016, il affirmait : "Nul ne peut soutenir un candidat contre celui du PS sans s'exposer à une exclusion". En février 2017, il annonçait que "ceux qui parraineraient Emmanuel Macron ne seraient plus au PS".

Les statuts du parti sont clairs. Les élus ayant adoubé Emmanuel Macron en perdront l'étiquette s'ils comptent se présenter aux prochaines législatives, ou à d'autres élections, à une date ultérieure. "Un maire, un député ou autre qui soutient formellement un autre candidat n'a pas vocation à être candidat socialiste, c'est dans les statuts", confirmait auprès de LCI le député pro-Hamon Alexis Bachelay. 

A minima, quiconque conteste la candidature de Benoît Hamon, validée par le PS au terme de la primaire, devrait faire l'objet d'un contrôle du conseil national du parti et, le cas échéant, être déféré devant la commission nationale des conflits. La suspension et l'exclusion sont aussi une possibilité, comme le dit l'article 1 des statuts de la "loyauté" des militants : 

Lire aussi
Cambadélis chez HamonSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

Il a fini de ravaler ses menaces de sanction dans un communiqué, quelques heures après l'annonce du député d'Evry. Au menu, un premier secrétaire "triste", un tacle à Macron qui se voit "déjà élu président", un rappel que le PS "sera, comme toujours, au rendez-vous du combat contre le Front national", argument si souvent utilisé par les nouveaux "marcheurs"... mais aucune annonce de sanction.

"A priori, on ne sanctionne pas ceux qui ne font pas la campagne ou qui restent en retrait", croyait comprendre Alexis Bachelay quand LCI l'avait interrogé. "Mais je ne sais pas comment Jean-Christophe Cambadélis interprète ces règles."

Quid de ceux qui participent activement à la campagne d'Emmanuel Macron, et a fortiori de ceux qui le parrainent ? La décision pourrait bien être prise par... Emmanuel Macron qui, ce mardi, avait affirmé refuser à ses nouveaux alliés la "double appartenance" avec son mouvement En Marche !. 

De son côté, le patron du PS voit grandir le risque d'une claque aux prochaines législatives. Le seul moyen pour l'éviter : sauver un parti au bord de l'éclatement qui devra bien se retrouver au lendemain du premier tour pour peser à gauche. Des considérations qui valent bien un peu de souplesse avec les règles.


Vincent Michelon et Antoine Rondel

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info