Le second tour de l'élection présidentielle 2017

Pourquoi les repas de famille virent à la bataille rangée dès qu'on parle politique ?

Sibylle LAURENT
Publié le 3 mai 2017 à 15h35, mis à jour le 6 mai 2017 à 12h14
Pourquoi les repas de famille virent à la bataille rangée dès qu'on parle politique ?

SECOND TOUR - C’est presque une tradition française : la politique, on adore en parler, en famille, à table. Avec un risque : que le repas familial ne tourne à la foire d’empoigne généralisée. Pourquoi ? Comment éviter cela ? Eléments de réponse avec Caroline Kruse, membre de l’Association nationale des conseillers conjugaux et familiaux.

"J’ai presque fondu en larmes d’énervement !" Marie s’en souvient encore, de son dernier repas de famille où l’on a parlé politique. Pourtant c’était il y a quelques années. "Il y avait cet oncle qui votait Front national... Personne ne s’entendait parler. Je me suis promise de ne plus jamais me remettre dans un état comme ça, ça ne servait à rien", raconte-t-elle. "Les discussions politiques, c’est intéressant à partir du moment où l’on peut échanger, convaincre. C’est peut-être plus dur avec les extrêmes... Mais j’arrête les frais." Le combo week-ends à rallonge, réunions familiales et élections qui approchent peut être fatal dans les familles ; laissant beaucoup de prétextes, à l’heure du déjeuner, à des discussions politiques enflammées. 

La politique est-elle vraiment un sujet à risque dans les discussions entre proches ? Comment éviter que le dîner familial ou entre amis ne tourne au mauvais remake de Festen, cette réunion de famille qui vire au psychodrame ? LCI a posé quelques questions à Caroline Kruse, conseillère conjugale et familiale, membre du bureau de l’Association nationale des conseillers conjugaux et familiaux.

Lire aussi

Sibylle LAURENT

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info