Tous les jours jusqu'aux élections européennes, nous mesurons avec notre partenaire Ifop-Fiducial les intentions de vote des Français.
Si le scrutin avait lieu dimanche prochain, quel score obtiendraient les principales listes ?
Retrouvez les résultats de notre sondage de ce jeudi 30 mai.

À dix jours du scrutin, alors que la campagne officielle des élections européennes a débuté lundi 27 mai, les rapports de forces se précisent. Pour convaincre les électeurs, les têtes de liste distillent leurs derniers arguments, comme ce mardi sur LCI dans notre émission spéciale "Vous avez 15 minutes". En parallèle, depuis début avril, l'Ifop-Fiducial analyse pour LCI, Le Figaro et Sud Radio les intentions de vote des Français. Quelles sont les tendances ce jeudi 30 mai ? Découvrez-le avec notre sondage du jour.

Le RN toujours large leader

À de rares exceptions près - NPA (+0,5) et UPR (-0,5) - parmi la vingtaine de listes de testés, les écarts restent stables ce jeudi. Le RN reste solidement installé en tête avec 33,5% (=) des intentions de vote. Derrière, la liste de Valérie Hayer est immobilisée à 16% (=) depuis près d’une semaine. La liste de la majorité présidentielle et celle du PS-PP menée par Raphaël Glucksmann reste, elle, à 14% (=). 

Le match pour la quatrième place reste quant à lui très indécis, avec quatre listes se tenant entre 6,5 et 7%. Celle des Écologistes de Marie Toussaint et celle de Reconquête! menée par Marion Maréchal ferment la marche (6,5%), tandis que la liste des Républicains emmenée par François-Xavier Bellamy et celle de La France insoumise avec Manon Aubry se situent légèrement devant (7%).

Euro Rolling IFOP

Une participation record

Autre enseignement : la participation électorale atteint un niveau record à 48,5%, toujours bien supérieure à son niveau de 2019 au même stade de la campagne (44%). Elle progresse notamment chez les femmes (46%, contre 40% en 2019), même si celles-ci votent toujours moins que les hommes (51%). Les jeunes ne sont pas en reste : 42% des 18-24 ans déclarent leur intention d’aller voter (contre 26% en 2019), et 37% des 25-34 ans (contre 25%). 

On remarque aussi que les ex-électorats des candidats populistes, de gauche comme de droite, semblent particulièrement mobilisés : 68% des ex-électeurs de Jean-Luc Mélenchon et 75% de ceux de Marine Le Pen à l’élection présidentielle 2022 ont l’intention de participer au scrutin. Ils étaient bien moins nombreux en 2019, puisque l’élection mobilisait, à ce stade de la campagne, seuls 40% des ex-électeurs de Jean-Luc Mélenchon et 52% de ceux Marine Le Pen en 2017.

Sur le plan de l’intérêt pour la campagne, la baisse entamée la semaine dernière suite au boost de mi-mai se maintient. Toutefois, les enjeux européens repassent devant les enjeux nationaux dans la construction du vote, alimentant une légère baisse du vote sanction à l’égard du gouvernement. L’Union européenne pâti quant à elle d’un fort vote sanction à son égard, jouant certainement sur la domination dans les intentions de vote de partis plutôt hostiles à l’UE.  

Enquête Ifop-Fiducial pour LCI, Le Figaro et Sud Radio réalisée en ligne entre le 27 et le 30 mai 2024, auprès d'un échantillon de 2701 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 2 999 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La marge d'erreur est comprise entre 1,1 et 2,5 points. Ces résultats doivent être interprétés comme une indication de l'état des rapports de forces actuels et non comme un élément prédictif des résultats le jour du vote.


V. F

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info