Jean-Luc Mélenchon, l'"insoumis"

Sondage LCI : Le Pen et Mélenchon, leaders de la campagne sur Twitter et Facebook

par Vincent MICHELON
Publié le 26 février 2017 à 18h00
Sondage LCI : Le Pen et Mélenchon, leaders de la campagne sur Twitter et Facebook

Source : SIPA

PRÉSIDENTIELLE NUMERIQUE - Selon notre enquête Kantar Sofres - OnePoint publiée ce dimanche, la candidate du FN et celui de "La France insoumise" figurent loin devant leurs concurrents en terme d'activité sur les réseaux sociaux. Emmanuel Macron, Benoît Hamon et François Fillon sont en retrait.

Marine Le Pen, qui fait la course en tête des intentions de vote au premier tour de la présidentielle, entretient scrupuleusement sa notoriété digitale. Avec 1.16 million d'abonnés sur Facebook (dix fois plus que Benoît Hamon) et 1.29 million sur Twitter, la candidate du Front national fait la course en tête dans cette campagne sur les réseaux sociaux.

Selon notre enquête Kantar Sofres - One Point, la candidate FN a assuré, au cours de la dernière quinzaine, une présence très forte sur les réseaux sociaux, avec notamment la publication sur son compte Facebook de sa pétition de soutien à la police, ses interventions au Parlement européen et son passage au JT de TF1, repris massivement par ses soutiens. 

Mélenchon star politique de YouTube

Dans le sillage de Marine Le Pen, l'autre candidat dont la présence sur les réseaux sociaux est particulièrement virale est Jean-Luc Mélenchon. Le candidat de La France insoumise, dont la chaîne YouTube connaît un succès spectaculaire (son double meeting avec un hologramme a été vu par plus de 600.000 personnes), s'est illustré ces derniers jours avec la retransmission de son meeting à Strasbourg et son marathon vidéo de 5 heures sur YouTube dédié au chiffrage de son programme. 

Lire aussi

Derrière ces deux candidats figurent, plus ponctuellement, les autres candidats de la présidentielle. François Fillon a vu notamment ses indicateurs frémir sur Twitter grâce à son meeting à Compiègne le 15 février (avec le ralliement de Xavier Bertrand). Emmanuel Macron a de son côté profité cette ssemaine de la séquence du ralliement de François Bayrou

Pour alimenter son "indicateur d'engagement", l'étude tient compte de la capacité des candidats à susciter des réactions d'engouement sur les réseaux sociaux, qu'il s'agisse de "like" ou de "retweets", et plus généralement du volume de partage de leurs interventions. Les deux graphiques ci-dessous rendent ainsi compte de la présence des principaux candidats sur Facebook et Twitter au cours des deux dernières semaines. 

Choix stratégique

Par son utilisation des réseaux sociaux depuis le lancement de la candidature de Marine Le Pen, le FN confirme en fait une pratique bien antérieure à cette campagne.  "Cette solution a été retenue dès la période 2007-2012, lorsque le parti avait peu de moyens pour faire passer ses messages", explique à LCI Emmanuel Rivière, chez TNS Sofres. "Le FN théorise sur ce sujet beaucoup plus clairement que d'autres partis, voyant dans les réseaux sociaux un moyen alternatif aux médias traditionnels de faire passer ses messages." Dernière illustration en date, le lancement de la chaîne YouTube de Florian Philippot, le numéro 2 du FN, qui n'a de cesse de dénoncer les grands médias. 

Quant à Jean-Luc Mélenchon, cette stratégie digitale lui donne, estime le politologue, "une grande efficacité pour contrer Benoît Hamon". Ce dernier aurait pu, au lendemain de sa victoire à la primaire de la gauche, bénéficier de sa dynamique pour aspirer vers lui les sympathisants de La France insoumise. De son côté, François Fillon, qui avait utilisé à plein régime les réseaux sociaux durant la primaire de la droite, est désormais plus en retrait dans cette campagne numérique.  

Comment Jean-Luc Mélenchon est devenu une superstar de YoutubeSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

Vincent MICHELON

Tout
TF1 Info