Quelques semaines seulement après les élections européennes, les Français vont à nouveau être appelés aux urnes pour des élections législatives anticipées.
Pour certains, les tractages et le porte-à-porte ont déjà commencé.
Mais au sortir des élections européennes, les imprimeries risquent de peiner à suivre.

Quelques semaines seulement après les élections européennes, les Français vont à nouveau être appelés aux urnes. Même pas le temps de digérer la nouvelle qu'il faut déjà retourner labourer le terrain. Un nouveau tract tout frais est désormais disponible, avec une date à faire entrer dans tous les esprits. Essayer de mobiliser les abstentionnistes, convaincre les plus inquiets, c'est tout l'objectif de Violette Spillebout, députée de la majorité sortante, qui repart à la rencontre des électeurs pour les trois prochaines semaines. 

Alors que les premiers tractages commencent, il vaut mieux nonobstant économiser les tracts, car les imprimeries risquent d'avoir du mal à suivre les commandes. Pour les affiches et les professions de foi, un papier particulier doit être utilisé : plus écologique, il est aussi plus difficile à se procurer. Pas le choix donc, ce seront les premiers arrivés, les premiers servis.

Manque d'assesseurs

Et quand ce n'est pas le papier, ce sont les salles qu'il faut trouver. À Drusenheim (Bas-Rhin), un gala de zumba doit être annulé pour installer des isoloirs dans cet espace municipal, mais impossible de reporter un mariage prévu dans cet autre bureau de vote la veille du premier tour.

A Drusenheim, plus de 40 assesseurs sont nécessaires pour tenir les bureaux de vote. Mais à cette heure, seuls cinq ont répondu présent.


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : Matthieu Desmoulins et Ilana Azainecott

Tout
TF1 Info