Présidentielle : le Grand débat

VIDÉO - Grand débat : Nicolas Dupont-Aignan quitte le plateau de TF1

La rédaction de LCI
Publié le 18 mars 2017 à 22h27, mis à jour le 19 mars 2017 à 19h38
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : Sujet JT LCI

PRÉSIDENTIELLE - Absent du débat entre les cinq "principaux" candidats à la présidentielle diffusé sur TF1 et LCI lundi 20 mars, le candidat de Debout la France a manifesté son mécontentement en quittant le plateau du JT, ce samedi soir. Le CSA comme le Conseil d'Etat l'avaient débouté de sa demande de participer au débat en estimant que son absence ne contrevenait pas au "principe d'équité".

"On ne peut pas se laisser voler la présidentielle. Au nom des millions de Français qui ne supportent plus cette loi du plus fort, j'ai le devoir de quitter votre plateau. [...] J'y suis obligé." C'est ainsi que Nicolas Dupont-Aignan, candidat de Debout la France, a signifié, sur le plateau du JT de TF1, son mécontentement, alors qu'il ne figure pas parmi les invités au Grand débat de la présidentielle, diffusé lundi 20 mars sur la première chaîne.

Depuis l'annonce, fin février, de l'organisation de ce débat, qui réunira Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, Marine Le Pen et François Fillon face à Gilles Bouleau et Anne-Claire Coudray, le député souverainiste a multiplié les prises de parole et actions à l'encontre de TF1, s'indignant que la chaîne n'invite que cinq candidats à son débat. Invité à développer son programme en compensation de cette absence, Nicolas Dupont-Aignan a donc préféré quitter le plateau du 20h.

Lire aussi

Débouté par le Conseil d'Etat

Les démarches du candidat contre la chaîne (à laquelle appartient également LCI), qui avait donc déposé un recours auprès du Conseil supérieur de l'audiovisuel et du Conseil d'Etat, ont toutefois été vaines. Lors de l'audience du 16 mars, la juridiction a décidé de le débouter en estimant que son absence ne contrevenait pas au "principe d'équité", d'autant plus que "le temps de parole et d'antenne dont il a bénéficié depuis le mois de février 2017 ne traduit pas une déséquilibre incompatible avec le respect du principe d'équité".

Présents sur place, des représentants du CSA avaient eux aussi opposé une fin de non-recevoir au candidat, expliquant ne pas intervenir en amont auprès des chaînes mais après la diffusion des programmes.

Lire aussi

La rédaction de LCI

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info