Marine Le Pen veut bien débattre avec Emmanuel Macron… mais à une condition

par A. Lo. avec AFP
Publié le 13 mai 2024 à 12h23

Source : TF1 Info

Marine Le Pen juge "très utile" un possible débat avec Emmanuel Macron.
Elle a néanmoins précisé que celui-ci devrait se tenir bien après les élections européennes.
Un autre débat, entre le chef du gouvernement, Gabriel Attal et la tête de liste du RN aux Européennes, Jordan Bardella, est attendu le 23 mai prochain.

Un débat, mais pas dans le cadre de la campagne des européennes. Dans une déclaration à l'AFP dimanche soir, Marine Le Pen a fait savoir qu'elle était prête à débattre contre Emmanuel Macron, mais bien après le scrutin du 9 juin prochain. "Il serait très utile que je puisse débattre avec le président en septembre sur ce qu'il compte faire des trois longues années qui lui restent" à la tête de l'État, a-t-elle déclaré.

Dans Le Parisien, un peu plus tôt dimanche, la présidente du groupe Rassemblement national à l'Assemblée a fait une réponse plus franche. "J'ai déjà répondu à cette question et j'ai dit oui", a-t-elle affirmé. 

Marine Le Pen "a choisi la fuite", selon Gabriel Attal

La temporalité imposée par la présidente du groupe RN à l'Assemblée risque néanmoins de ne pas convenir au camp présidentiel, dans lequel cette hypothèse circule pour relancer une campagne des européennes, pour le moins laborieuse. Celle-ci accuse effectivement un important retard, alors que la tête de liste, Valérie Hayer, recueille, dans le dernier baromètre Ifop-Fiducial pour TF1/LCI, 17% des intentions de vote, loin derrière le candidat RN, Jordan Bardella, à 32%. L'idée a notamment été soufflée à Emmanuel Macron, le 30 avril, à l'occasion d'un dîner à l'Élysée après la remise de la Légion d'honneur à l'ancien sénateur LR Pierre Charon, selon La Tribune Dimanche. "J'y pense", a répondu le chef de l'État, d'après le journal.

Dans le cas d'un débat autour des élections européennes, cette confrontation se serait ajoutée à celle déjà prévue entre le Premier ministre, Gabriel Attal et le candidat RN, le 23 mai prochain. "J'ai confiance dans ma tête de liste", a d'ailleurs fait savoir Marine Le Pen. "Je trouve très humiliant pour Gabriel Attal de laisser fuiter cette proposition (d'un débat entre le président et moi, NDLR) avant celui qui doit se tenir entre le Premier ministre et Jordan Bardella". Selon elle, "cela prouve le peu de confiance qu'Emmanuel Macron a dans son Premier ministre."

De son côté, Gabriel Attal a déclaré dans un entretien au Progrès avoir souhaité débattre avec la leader d'extrême droite. "La logique institutionnelle aurait voulu que je débatte avec Marine Le Pen. En tant que Premier ministre, je suis responsable devant le Parlement national et la présidente du premier groupe d'opposition à l'Assemblée nationale, c'est elle", a-t-il expliqué. Mais, "elle a peur des débats" et "a choisi la fuite", a-t-il accusé, justifiant par conséquent avoir accepté de débattre contre Jordan Bardella.


A. Lo. avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info