VIDÉO - La colonisation, "un crime contre l'humanité" ? Des propos "irresponsables", juge Florian Philippot

La rédaction de LCI
Publié le 16 février 2017 à 9h03, mis à jour le 16 février 2017 à 10h22
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : Sujet JT LCI

POLITIQUE – Sur le plateau de LCI ce jeudi matin, Florian Philippot a jugé "irresponsables" les propos d’Emmanuel Macron sur la colonisation insistant sur la volonté du Front national de "stopper la repentance nationale".

La déclaration du candidat Emmanuel Macron sur la colonisation fait des remous. Invité de LCI, le vice-président du Front national Florian Philippot a jugé les propos du candidat "extrêmement choquants". En visite en Algérie, Emmanuel Macron a en effet qualifié la colonisation de crime contre l’humanité. "Quel est l’objectif d’Emmanuel Macron ?", s‘est interrogé Florian Philippot. "Quelles plaies veut-il raviver ?" 

Et le cadre du FN de citer "les routes, les écoles, les hôpitaux, la langue et la culture française" que la France a laissé à l’Algérie. "Il dit ce qu’une salle veut entendre puisqu’il est en Algérie", a estimé le vice-président du parti d’extrême droite. "L'autre problème de cette déclaration c'est qu'elle va raviver des tensions, a-t-il poursuivi. Comment voulez-vous facilter l'assimilation de jeunes issus de l'immiration quand vous leur dites que leur nouveau pays est coupable vis-à-vis de leurs parents et de leurs grand-parents de crime contre l'humanité." 

"Nous voulons stopper la repentance d’Etat"

Les déclarations d’Emmanuel Macron sont intervenues dans le cadre d’un entretien accordé à la chaîne algérienne Echorouk News, diffusée mardi 14 février. "En même temps", a-t-il poursuivi, "il ne faut pas balayer tout ce passé. Et je ne regrette pas cela parce qu’il y a une jolie formule qui vaut pour l’Algérie : la France a installé les droits de l’homme en Algérie. Simplement elle a oublié de les lire."

Des propos "irresponsables" prononcés par un candidat "sans programme", "l’homme qui est aux mains des banques, l’homme de la mondialisation sauvage", a encore attaqué  Florian Philippot. "Nous voulons stopper la repentance d’Etat", a poursuivi le n°2 du parti d'extrême droite, déclinant le projet du FN de réapprendre (à l’école) "le récit nationale, les gloires de l'histoire de France", sans préciser lesquelles. 


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info