Tête de liste du Rassemblement national aux élections européennes du 9 juin, Jordan Bardella était l'invité de "Partie de Campagne" dans le 20H de TF1 ce dimanche soir.
Le candidat a défendu sa proposition de "double frontière".
Il a par ailleurs plaidé en faveur d'une transition énergétique "réaliste" et non pas "punitive".

C’est un concept clé du programme de Jordan Bardella aux élections européennes. La tête de liste du Rassemblement national (RN) a défendu sa proposition de "double frontière" au 20H de TF1 dimanche 26 mai. Pour le député, cette idée de "double frontière à l’extérieur de l’UE et dans l’espace Schengen" a pour but de "contrôler des non-européens". Il s’agit, selon lui, de "renforcer les contrôles aux frontières sur les points de passage de l’immigration clandestine". Cela passerait par "un renforcement des contrôles aléatoires", comme le fait l’Allemagne. "Je ne veux plus de cette immigration du fait accompli et le 9 juin ce sera aussi un référendum pour ou contre l’immigration", a souligné Jordan Bardella, qui souhaite par ailleurs "refouler systématiquement les bateaux de migrants qui arrivent sur les cotes européennes"

Interrogée sur ses positions environnementales, la tête de liste RN, qui mène largement dans les sondages, a dit ne pas vouloir "d'écologie punitive". "La transition énergétique doit être réaliste mais pas punitive", a-t-il affirmé. Jordan Bardella "défend le nucléaire", "un atout français" qui "doit nous permettre d’avoir une énergie pas chère". "Le réchauffement climatique est l'un des grands enjeux de ma génération, mais si vous pensez qu'il faut imposer à nos concitoyens l’achat de véhicules non thermiques à l’horizon 2035, alors vous avez une vision bien naïve", a poursuivi le candidat.

Jordan Bardella a par ailleurs dénoncé une Union européenne "qui prend trop souvent des décisions contraires aux intérêts de la France". La tête de liste du RN a appelé à "changer les règles de fonctionnement de l'UE". "Il faut surtout que la France défende ses intérêts en Europe", a expliqué le candidat. Celui-ci plaide en faveur d’une Europe "qui fait le patriotisme économique, qui impose la réciprocité dans les accords commerciaux et qui assume le soutien à notre industrie et à nos entreprises".


Julien CHABROUT

Tout
TF1 Info