Elections présidentielles

Présidentielle : combien ont dépensé ceux qui n’ont pas franchi les 5% ?

A.B | Reportage TF1 Sehla Bougriou, Noé Gandillot
Publié le 11 avril 2022 à 15h21, mis à jour le 12 avril 2022 à 14h47
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Huit des douze candidats en lice au 1er tour de l'élection présidentielle n’ont pas dépassé la barre fatidique des 5% dimanche.
Alors que plusieurs lancent des appels aux dons, on fait le point sur les sommes engagées dans la campagne.
Des dépenses qui ne leur seront donc remboursées qu’à hauteur de 800.000 euros maximum.

C’est désormais l’heure, douloureuse, des comptes pour les candidats défaits lors de ce premier tour de l’élection présidentielle. D’après les résultats définitifs, ils sont huit à ne pas avoir dépassé le seuil symbolique des 5%, synonyme de remboursement des frais de campagne à hauteur de 8 millions d’euros. 

Quelques minutes après l’annonce des premières estimations dimanche soir, Yannick Jadot a pris la parole devant ses sympathisants. "L’écologie a besoin, dès ce soir, de votre soutien financier pour poursuivre ses indispensables combats", a déclaré celui qui a récolté 4,63% des voix, selon les résultats définitifs. Au début de la campagne présidentielle, un budget total de "8 à 10 millions d’euros" avait été prévu par le candidat écologiste. D’ici à deux semaines, les Verts doivent rembourser deux millions d’euros, alors qu’un prêt de 8,5 millions d’euros avait été contracté auprès d’une banque. 

Au lendemain de la soirée électorale, Valérie Pécresse a également lancé un appel aux dons. "Sept millions de remboursement manquent pour boucler le budget de la campagne. Les Républicains ne peuvent pas faire face à ces dépenses. Je suis endettée personnellement à hauteur de cinq millions", a-t-elle déclaré face aux caméras. D’après BFMTV, sa campagne aurait coûté entre 14,5 et 15 millions d’euros. 

Autre candidate à ne pas avoir atteint la barre fatidique des 5%, Anne Hidalgo. La socialiste n’envisage pas de faire appel à la générosité des Français car sa campagne a été principalement financée par les fédérations départementales du PS, et aucun emprunt n’est à rembourser. 

Petits budgets pour "petits candidats"

Pour rappel, les dépenses de campagne ne peuvent pas excéder 16.851.000 euros. Si un candidat obtient plus de 5% des voix, ses frais sont remboursés à hauteur de 47,5%. En cas de résultat inférieur, le remboursement ne correspond qu’à 4,75% de la somme, soit un maximum d'environ 800.000 euros. Les "petits candidats" connaissent très bien cette règle et font en sorte de ne pas dépasser ce seuil afin d’être totalement remboursé.

Comme en 2017, Jean Lassalle, Nicolas Dupont-Aignan, Philippe Poutou, Nathalie Arthaud et Fabien Roussel n’ont pas obtenu assez de suffrages pour dépasser la barre des 5%. Si le montant exact de leurs campagnes respectives n’est pas connu, il y a fort à parier que celui-ci ne dépasse pas, ou de peu, les 800.000 euros. Lors de l’élection présidentielle précédente, Philippe Poutou avait dépensé 770.000 euros, Nathalie Arthaud 930.000 euros et Jean Lassalle, seulement 240.000 euros. Nicolas Dupont-Aignan avait également limité les dépenses afin de pouvoir être remboursé par l’État.


A.B | Reportage TF1 Sehla Bougriou, Noé Gandillot

Tout
TF1 Info