La forêt amazonienne touchée par des incendies ravageurs

Amazonie : Bolsonaro accuse DiCaprio de financer des pyromanes

La rédaction de LCI
Publié le 1 décembre 2019 à 8h55
JT Perso

Source : TF1 Info

ENVIRONNEMENT - L'acteur américain Leonardo DiCaprio a réfuté les accusations du président Jair Bolsonaro selon lesquelles il soutiendrait des organisations accusées par la police brésilienne d'avoir suscité des incendies en Amazonie.

ACCUSATIONS

La controverse entre l'acteur et le président s'inscrit dans le contexte très particulier de la détention de pompiers volontaires, enfermés parce qu'ils étaient suspectés d'avoir provoqué des incendies dans l'Etat amazonien du Para. 


Jugée "abusive" par de nombreuses ONG, cette détention avait été abrégée au bout de quelques jours par "le juge même" qui avait ordonné leur incarcération". La police locale avait fait valoir des "indices" selon lesquels ils étaient des pyromanes, provoquant des incendies pour les prendre en photo/vidéo pour ensuite revendre ces images au WWF, qui les aurait ensuite utilisées afin de récolter des fonds à l'étranger, selon la théorie chère à Jair Bolsonaro.

DI CAPRIO

Voici l'intégralité du communiqué diffusé par l'acteur sur son compte Instagram


"En ces temps de crise qui touchent la forêt amazonienne, je soutiens les Brésiliens qui travaillent à sauver leur héritage culturel et naturel. Leur engagement extraordinaire, émouvant, est nécessaire pour le sauvetage de l'environnement. 


C'est le futur de ces écosystèmes irremplaçables qui est en jeu. Je suis fier de me tenir aux côtés des groupes qui les protègent. Même si elles vaudraient le coup d'être soutenues, nous ne finançons pas les organisations citées. 


Je continue de m'engager auprès des communautés indigènes, des gouvernements locaux, des scientifiques, des éducateurs et de tous les Brésiliens qui travaillent sans faille pour la sécurité de l'Amazonie et pour le futur de tous les Brésiliens."

STATISTIQUES

Le 28 novembre, l'INPE, l'institut national des études spatiales, qui est notamment chargé d'évaluer l'évolution de la surface occupée par la forêt amazonienne, avait publié des chiffres particulièrement alarmants. En effet, plus de 10.000 km² de forêt avaient été déboisés en un an, entre août 2018 et juillet 2019, soit une hausse de 43% par rapport à  l'année précédente. 


Un chiffre qui n'avait plus été atteint depuis 2008. 


Ces données sont d'autant plus remarquables qu'elles font état d'une progression accrue sur les territoires indigènes, qui ont vu leurs surfaces brûlées s'accroître de 74,5% (423,3 km² contre 242,5 km²).

CLASH

C'est une des théories préférées de Jair Bolsonaro, cauchemar des ONG qui luttent pour la protection de l'environnement, et héraut des tenants de l'agro-business qui cherchent à exploiter la forêt amazonienne en vue d'étendre leurs surfaces d'exploitation. Les ONG mettraient elles-mêmes le feu à la forêt pour obtenir des financements à l'étranger.


Vendredi 29 novembre, le président d'extrême droite du Brésil a remis la théorie sur la table, en s'en prenant cette fois à l'acteur américain Leonardo DiCaprio, notoirement engagé dans la lutte pour la préservation de l'environnement. Sans apporter la moindre preuve de ce qu'il avançait, Bolsonaro a ainsi asséné : "Ce mec, Leonardo DiCaprio, il est cool, n'est-ce pas ? Il a donné de l'argent pour que l'Amazonie soit brûlée."


"WWF a fait une campagne contre le Brésil et a contacté DiCaprio. Il a donné 500 000 dollars", a poursuivi le chef de l'Etat. Une accusation à laquelle l'acteur oscarisé a répondu, samedi 30 novembre, dans un post sur Instagram, niant avoir financé pareille manœuvre. "L'avenir de ces écosystèmes irremplaçables est en jeu et je suis fier d'être au côté de deux qui les protègent", a-t-il écrit. "Bien qu'elles méritent d'être soutenues, nous n'avons pas financé les organisations ciblées".

Bonsoir, nous reprenons ce live à l'occasion de la controverse opposant Jair Bolsonaro à l'acteur Leonardo DiCaprio.

DÉFORESTATION

Le chiffre est extrêmement élevé et dit tout des ravages occasionnés par les incendies monstre constatés dans la forêt amazonienne ces derniers mois. En effet, l'Institut national de recherche spatiale a annoncé vendredi 11 octobre que la destruction de la forêt amazonienne constatée sur les neuf premiers mois de l'année 2019 avait été 93% plus élevée que sur la même période, en 2018. 


Au total, ce sont 7853 km² qui ont été dévastés, contre 4075 km² en 2018 sur la même période. Avec ce chiffre, la quantité de surfaces boisées réduites à néant dépasse déjà très largement les dégâts constatés sur l'ensemble de l'année 2018, qui s'était établi à 4947 km². Les experts convoqués par l'INPE craignent que la déforestation n'atteigne 10.000 km² d'ici la fin de l'année, son pire total depuis 2008. 


Au plus fort des incendies, en août et en septembre, ce sont respectivement 1700 km² et 1447 km² qui ont été détruits.

Bonsoir, nous reprenons ce direct, mis en sommeil depuis plusieurs jours, après la publication d'un rapport de l'INPE, vendredi 11 octobre, faisant état de la hausse de la déforestation de la forêt amazonienne.

BOLSONARO


Le président brésilien Jair Bolsonaro a affirmé mardi qu'il était "faux" de dire que l'Amazonie faisait partie du patrimoine de l'humanité, et accusé certains pays de se comporter de façon "coloniale" à l'égard du Brésil. "Au lieu de se nous aider", certains pays, sur la base de "mensonges des médias", "se comportent de façon irrespectueuse et coloniale, attaquant notre souveraineté", a déclaré le président brésilien depuis la tribune de l'ONU, sans citer de pays en particulier.

EN CHIFFRES


Un pic d'incendies est attendu en septembre 

Environnement
La déforestation de l'Amazonie au Brésil a presque doublé en un an

La déforestation de l'Amazonie au Brésil a presque doublé en un an

BIEN COMMUN

Alertée par la situation en Amazonie, l'Unesco souhaite renforcer les outils juridiques du droit international pour renforcer la notion de "bien commun", à travers la protection de son patrimoine mondial, où figurent notamment 12 réserves de biosphère et six millions d'hectares de la forêt amazonienne, soit 1% de la surface totale. 


Si "'aucun de ces sites n'a été touché" pour le moment, la présidente de l'organisme, l'ex-ministre de la Culture Audrey Azoulay, a jugé nécessaire de "renforcer les outils [de protection], pousser davantage d’États à les ratifier, accroître et augmenter les surfaces protégées, renforcer les moyens de suivi et de mise en œuvre. C'est à travers eux, en s'y investissant plus et mieux, que nous trouverons des solutions de long terme"

REACTION

La fille de Brigitte Macron, Tiphaine Auzière, a pris la défense de sa mère, après les insultes prononcées par un ministre de Bolsonaro : "Nous sommes en 2019 et des responsables politiques ciblent encore une femme sur son physique. Alors, on ne va pas faire de leçons à l'international parce que la France n'a pas toujours été exemplaire. Mais réveillons nous. Réagissons. Dans nos familles, dans nos entreprises et dans les urnes pour qu'on balance nos misos"

SOMMET POUR L'AMAZONIE

La Bolivie, le Surinam, le Pérou, la Colombie, l'Equateur et le Brésil, qui partagent tous,  se réunissent ce vendredi en Colombie pour "ouvrir un espace de dialogue régional pour progresser dans la protection et l'exploitation durable de cette région, fondamentale pour la survie de la planète".


Pour ce sommet, quatre présidents, un vice-président (Surinam) et un ministre des Affaires étrangères (Brésil). Objectif de la réunion, la signature du pacte de Leticia (la ville hôte).


Outre des mesures de protection, auxquelles devront souscrire les six pays mais aussi les autres pays de la région et la communauté internationale, le texte prévoit notamment la création d'un réseau de coopération entre tous ces pays qui, chacun, dispose de leur institut de recherche météorologique, afin d'échanger des informations qui permettront de mieux anticiper les sécheresses qui touchent régulièrement la forêt.

SOUTIEN

Grand contempteur de la politique présidentielle, le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan s'est également ému de ces insultes.

SOUTIEN

L'indignation est palpable dans l'ensemble de la classe politique. Jean-Luc Mélenchon, qui ne compte pas précisément parmi les thuriféraires du couple présidentiel, a lui aussi eu un mot pour Brigitte Macron.

SOUTIEN

La présidente de la région Ile-de-France n'a pas pu contenir sa colère en découvrant les propos éhontés du ministre brésilien.

INSULTES

Déjà insultée par le ministre de la Défense, puis par le président lui-même, la première dame a reçu le soutien de la classe politique française.

RETORSION

L'enseigne H&M a annoncé, jeudi 5 septembre, qu'elle suspendait ses achats d cuir au Brésil pour raisons environnementales. 


"En raison d'importants incendies dans la partie brésilienne de la forêt amazonienne et des liens avec la production bovine, nous avons décidé d'interdire temporairement le cuir en provenance du Brésil", a indiqué le groupe suédois de prêt-à-porter, soulignant en creux la relation entre la déforestation, qui facilite les incendies, favorisées pour accueillir des cultures de soja, qui nourrissent les élevages bovins.


"L'interdiction restera en vigueur jusqu'à ce qu'il y ait des systèmes de garanties crédibles mis en place pour vérifier que le cuir ne contribue pas aux dégâts environnementaux en Amazonie", a prévenu H&M dans un communiqué.

CONSÉQUENCE

Répondant aux questions de l'AFP, Jean-Michel Martinez, directeur du Service national d'observation Hybam, une structure internationale de suivi scientifique de l'Amazonie, a indiqué que les incendies qui ravagent la forêt allait "déstabiliser complètement l'écosystème". 


En cause ? L'effet des flammes sur un des rôles cruciaux qu'à l'Amazonie : la gestion du cycle de l'eau. Les eaux du fleuve Amazone, alimentées par l'évaporation, représentent 20% de toutes celles déversées dans les océans, explique le spécialiste. Or, cette évaporation est gravement mise en danger par la déforestation observée. Qu'elle provienne, d'ailleurs, des incendies, de la pollution ou de la coupe des arbres.


Le phénomène, poursuit-il, "pourrait être responsable en partie du réchauffement de l'océan atlantique et influencer la naissance de cyclones tropicaux", insistant par ailleurs sur le fait que le Brésil, certes présidé par un climato-sceptique notoire, n'est pas seul responsable. L'Amazonie est en effet présente sur 8 pays, dont la France, présente en Amérique du Sud avec la Guyane.

DIPLOMATIE

Toujours pas d'accalmie sur le plan diplomatique du côté du Brésil. Toujours remonté contre Emmanuel Macron, le président Bolsonaro a répliqué aux critiques formulées par l'Onu, mercredi 4 septembre, par la voie de sa commissaire aux droits de l'Homme, l'ex-présidente chilienne Michelle Bachelet.


A cette dernière, qui s'inquiétait "du rétrécissement de l'espace démocratique" dans le pays, et mettait en garde contre le développement de la "violence liée à la protection de l'environnement" qui "frappe surtout les communautés indigènes", Bolsonaro a répliqué en dénonçant "l'ingérence dans la ligne de Macron", de l'Onu "dans les affaires intérieures et la souveraineté brésilienne".


Un thème très cher au président brésilien, qui l'a d'autant plus revendiqué depuis qu'Emmanuel Macron s'est alarmé des incendies au Brésil, et a centré une bonne partie du G7 sur les ravages constatés dans la forêt amazonienne.

BONNE NOUVELLE


Le "plus grand" arbre d'Amazonie mesure 88 mètres et n'est pas menacé par les feux qui ravagent de vastes régions de la forêt tropicale, selon des chercheurs brésiliens et britanniques.


Situé dans le nord du Brésil, au sein d'un "sanctuaire" pour arbres géants, l'arbre de l'espèce Dinizia excelsa, a une circonférence de 5,5 mètres, révèlent des travaux scientifiques publiés récemment par le Secrétariat d'Etat à la Science et technologie de l'Etat d'Amapa (Setec).


Selon un responsable de la SETEC à l'AFP, le géant n'est pas menacé par les gigantesques incendies qui touchent la région depuis bientôt deux mois, notamment grâce à sa localisation à l'intérieur de la forêt.

CRISE POLITIQUE

Dans ce contexte, Jair Bolsonaro trouve tout de même un peu de temps pour alimenter un autre feu, celui des tensions diplomatiques avec la France. 


"Je suis reconnaissant à Macron, mon ami Macron, grâce auquel le peuple brésilien a pu connaître une Amazonie qu'il ne connaissait pas, avec ses richesses", a-t-il déclaré devant la presse à Brasilia.


Et, alors qu'il se gargarisait face au fait que "[leur] Amazonie [soit] plus grande que celle des autres pays", concernant la superficie de la forêt, partagée avec huit autres pays dont la France, il a poursuivi : "Nous avons des richesses incalculables, si nous savions exploiter ces richesses de manière rationnelle et avec de la valeur ajoutée (cela apporterait) une impulsion formidable à notre économie". Un discours qui n'a pas de quoi rassurer les militants de l'arrêt de la déforestation.

BILAN

Les feux qui frappent la forêt amazonienne ne connaissent pas de répit. Selon les derniers bilans de l'INPE, l'Institut national de recherche spatiale, 2000 nouveaux incendies avaient été répertoriés aux derniers jours du mois d'août, et 1284 le 2 septembre, portant à près de 90.000 le nombre de départs de feu au Brésil, dont plus de la moitié en Amazonie. Une chiffre considérable, et qui préoccupe d'autant plus que le mois de septembre s'annonce particulièrement sec. 

AIDE FRANÇAISE


Une équipe française de la sécurité civile va embarquer ce soir à destination de la Bolivie, qui comme les pays voisins connaît d'importants feux de forêt en Amazonie, selon le ministère de l'Intérieur.


Cette équipe de six militaires français appelée "élément de reconnaissance et d'évaluation" (ERE) est composée d'experts en feux de forêt, en logistique, en transmissions et en opérations terrestres. Ces hommes doivent apporter expertise et conseils aux autorités boliviennes et préparer l'arrivée d'un nouveau détachement français composé d'une quarantaine de personnes, la semaine prochaine, selon la direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises (DGSCGC).


Ce nouveau détachement sera composé de 46 personnes et ira au contact des feux qui sévissent dans l'est du pays. Il disposera également d'une petite équipe chargée de piloter des drones. 

SOMMET SUR L'AMAZONIE


Le président brésilien Jair Bolsonaro a annulé pour raisons médicales sa participation à un sommet régional sur l'Amazonie prévu vendredi à Leticia, en Colombie, a annoncé son porte-parole. "Le président doit suivre un régime à base de liquide à partir de vendredi", deux jours avant de subir une intervention chirurgicale à l'abdomen, ce qui rend son voyage "pratiquement irréalisable", a déclaré Oravio Rego Barros. Le Brésil enverra un "remplaçant" ou  demandera le report de ce sommet, a-t-il ajouté.

APPEL AU BOYCOTT


17 ONG et 45 députés français en appellent à l'Europe, dans une tribune publiée par Le Journal du Dimanche. Ils demandent à ce que les produits issus de la déforestation en Amazonie (viande bovine et soja OGM) cessent d'être importés sur le continent. "Les consommateurs français sont, malgré eux, complices de la déforestation", écrivent-ils. Les signataires de la tribune préconisent ainsi un "système de traçabilité simple et efficace", permettant aux PME de s'assurer de la provenance de leurs produits.


Il y a deux semaines déjà, au plus fort de la "crise amazonienne", un appel au boycott avait été lancé sur Internet, et sur Twitter notamment avec le hashtag "BoycottBrazil". 

AIDE 


Le Chili va envoyer quatre avions bombardiers d'eau dans la forêt amazonienne, avec le financement promis par les pays du G7. Le chef de l'Etat chilien Sebastián Piñera est devenu le coordinateur de l'aide apportée par le G7 aux incendies qui ravagent l'Amazonie. Un soutien à la Bolivie a également été proposé.

BOLSONARO VS BIC


En plein bras de fer avec la France, Jair Bolsonaro va bouder les stylos Bic, une entreprise "française". C'était pourtant sa marque de fabrique : jusqu'à présent, il signait les documents officiels avec ces stylos bon marché, qu'il a souvent brandis devant les caméras comme le symbole de la modestie. 


"Un stylo Compactor [une marque brésilienne], à la place de Bic, fera l'affaire", a déclaré le président brésilien devant la presse. 


L'entreprise n'a pas souhaité réagir à ces déclarations. Mais auprès de l'AFP, Bic s'est dit "flatté" d'être reconnu comme étant "une marque démocratique".

ÉTATS-UNIS


Le Brésil et les États-Unis sont "sur la même longueur d'onde" concernant les feux en Amazonie, a affirmé vendredi le ministre brésilien des Affaires étrangères Ernesto Araujo après une rencontre avec Donald Trump à la Maison Blanche. "Je pense que nous sommes sur la même longueur d'ondes, les gouvernements sont sur la même longueur d'ondes", a-t-il déclaré. Selon le ministre brésilien, cela signifie que les deux pays rejettent ce qu'il a qualifié d'ingérence dans les affaires du Brésil de la part de gouvernements étrangers inquiets pour l'avenir de la forêt amazonienne. 

BOLSONARO


"L'Europe n'a pas de leçon à donner" au Brésil, a lancé vendredi le président Jair Bolsonaro à propos de l'Amazonie où le nombre d'incendies a fortement progressé la veille en dépit de l'entrée en vigueur de l'interdiction des brûlis. Il a annoncé à des journalistes à Brasilia qu'il devait s'entretenir au téléphone avec la chancelière allemande Angela Merkel. Il a ajouté avoir perçu chez elle un désir "de retour à la normalité."


Le président brésilien a ajouté être "prêt à parler avec un pays ou un autre, sauf (avec) notre cher Macron, tant qu'il ne se rétractera pas sur la souveraineté (du Brésil) sur l'Amazonie". 

BOLSONARO


Jeudi, le président brésilien Jair Bolsonaro a une fois de plus minimisé la gravité des incendies qui ravagent l’Amazonie, alors qu'est entrée en vigueur l'interdiction temporaire des brûlis agricoles dans tout le pays. Il "n'est pas vrai" que la forêt amazonienne soit "en feu", a affirmé M. Bolsonaro en direct sur Facebook, tout en assurant que "les incendies cette année sont inférieurs à la moyenne de ces dernières années". Le chef de l’Etat a accusé la presse brésilienne de "nourrir" l'inquiétude internationale à ce sujet.

DÉCRET 


Le président brésilien Jair Bolsonaro a signé tard mercredi un décret interdisant les brûlis agricoles dans tout le Brésil pendant soixante jours pour tenter de freiner la multiplication des incendies en Amazonie face à une pression internationale croissante. Certaines exceptions sont cependant maintenues, selon des sources gouvernementales citées par les médias brésiliens.


L'agriculture sur brûlis consiste à défricher une parcelle par le feu. Cette méthode, qui permet un transfert de fertilité, est pratiquée depuis la Préhistoire. Cependant au bout de quelques années, elle peut conduire à une dégradation durable des sols, obligeant les agriculteurs à trouver d'autres champs.

BOYCOTT

Ce sera sans les Etats-Unis. Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche Garrett Marquis a indiqué à l'agence Reuters que Washington ne participerait pas à l'initiative du G7 pour l'Amazonie, annoncée par Emmanuel Macron en clôture du sommet international. "Les Etats-Unis (...) n'ont pas donné leur accord à une initiative commune du G7, qui s'est faite sans consultation avec le président Bolsonaro", a déclaré Garrett Marquis dans un mail envoyé à l'agence Reuters. "L'aide la plus constructive nécessite une coordination avec le gouvernement brésilien".


Une prise de position qui ne surprendra pas, au vu du peu de coeur que le pays, dirigé par un président qui est sorti des accords internationaux contraignants sur le climat, met à s'impliquer dans l'urgence climatique. A ceci près qu'Emmanuel Macron avait tout de même pris soin de dire que cette aide serait évidemment conditionnée au fait qu'elle serait contrôlée et acceptée par le Brésil. Ce qui n'est pas le cas, attendu que Jair Bolsonaro répète ces derniers jours qu'il refusera toute aide tant qu'Emmanuel Macron n'aura pas retiré ce qu'il avait dit de lui.


L'aide en question était une enveloppe de 20 millions de dollars pour combattre, notamment par le financement de Canadair, les flammes qui ravagent actuellement la vaste étendue forestière américaine.

BOLIVIE


La Bolivie a annoncé mercredi que 85% des violents incendies qui ont dévasté l'est du pays étaient désormais sous contrôle. Mais pour de nombreux animaux, dévorés par les flammes, il est déjà trop tard. Dans le Parc naturel de Otuquis par exemple, plus de 160.000 hectares ont été réduits en cendres.

GRETA THUNBERG 


La jeune égérie suédoise des grèves pour le climat est arrivée ce mercredi soir à New York à bord d'un son voilier à zéro émission carbone.  Soulignant avoir entendu parler des incendies qui ravagent l'Amazonie, vitale pour la planète, pendant sa traversée, elle a estimé que c'était "désastreux" et que c'était un "signe clair qu'il faut arrêter de détruire la nature".

urgent

Urgent

BRÉSIL


Avant toute discussion, Jair Bolsonaro exige encore qu'Emmanuel Macron se "rétracte" après l'avoir accusé de mensonge et avoir "relativisé" la souveraineté du Brésil sur l'Amazonie.


Macron "m'a traité de menteur et à deux reprises a dit que la souveraineté (brésilienne sur) l'Amazonie devait être relativisée", a dit le chef de l'Etat à des journalistes. "Nous pourrons recommencer à nous parler quand il se sera rétracté après ce qu'il a dit contre ma personne", a-t-il 

URGENCE


Les incendies qui ravagent l'Amazonie sont "un tournant décisif" pour la survie de ce massif forestier, a estimé ce mercredi auprès de l'AFP le patron de l'Organisation internationale pour les bois tropicaux (Itto), appelant le monde à redoubler d'efforts pour sa sauvegarde.


La situation est "très urgente", a insisté Gerhard Dieterle, directeur exécutif de cette agence intergouvernementale pour la gestion durable des forêts tropicales, interrogé par l'AFP en marge de la Ticad, une conférence internationale sur le développement de l'Afrique organisée à Yokohama (Japon).


"Beaucoup d'experts redoutent qu'il s'agisse d'un tournant décisif" pour la plus grande forêt tropicale au monde, a-t-il rappelé, alors que des dizaines de milliers de départs de feu étaient recensés au Brésil, en dépit du recours à l'armée pour les combattre.

MEA CULPA


Jair Bolsonaro affirme ne pas avoir "voulu offenser" la Première dame Brigitte Macron après avoir moqué son physique et son âge ce weekend dans un post Facebook.

CHUTE LIBRE


Depuis le début de la crise, les Brésiliens jugent très sévèrement l'action du président brésilien Jair Bolsonaro. Sa cote de popularité est en chute libre. 

International
Brésil : la popularité de Bolsonaro en chute libre

Brésil : la popularité de Bolsonaro en chute libre

CRISE D'IMAGE


Les feux en Amazonie a eu un impact considérable sur l'image du Brésil selon les médias locaux.  Le pays fait face au " plus grand désastre de l'histoire de la diplomatie brésilienne depuis des décennies", se désole le quotidien Folha de S. Paulo, "nous nous retrouvons seuls et couverts de honte".


"C'est la pire crise de son image que le Brésil traverse en 50 ans", a également estimé l'ancien ministre et ambassadeur Rubens Ricupero au quotidien O Globo


Depuis le début des incendies une partie de la twittosphère se déchaîne contre Jair Bolsonaro, jugé aussi très sévèrement par la presse brésilienne et internationale pour sa gestion des incendies depuis une semaine. "A force de gaffes, d'idiotie, de chauvinisme, d'ignorance, et avec des coups de pied, Bolsonaro façonne son image dans le monde et détruit celle du Brésil", écrit ainsi un internaute.

CHANGEMENT DE TON


Après le rejet, la veille, par le président Bolsonaro de l'aide financière de 20 millions de dollars proposée par le G7 afin de l'aider à lutter contre les incendies qui touchent la forêt amazonienne, le Brésil s'est finalement dit "ouvert" mardi à "une aide financière d'organisations et de pays de l'étranger". 


"Le point essentiel est que cet argent, une fois entré au Brésil, n'aille pas à l'encontre de la souveraineté brésilienne et que la gestion des fonds soit sous notre responsabilité", a déclaré un porte-parole de la présidence brésilienne.

TRUMP À LA RESCOUSSE


Le président américain, dans un tweet, a expliqué qu'il avait appris à bien connaître son homologue brésilien durant les échanges avec le Brésil. Ainsi, Donald Trump assure que Bolsonaro "travaille dur pour éteindre les feux au Brésil et, avec tout mon respect, il effectue un excellent travail pour son peuple. Et c'est pas facile." Et Donald Trump d'assurer le président Bolsonaro "du soutien plein et inconditionnel des Etats-Unis"

PRESSION


Finalement, Jair Bolsonaro dit qu'il pourrait être prêt à discuter d'une aide internationale... si Emmanuel Macron "retire les insultes proférées contre [s]a personne"... 

DONNÉES SATELLITES


L'Agence Spatiale Européenne (ASE) révèle des données satellites indiquant que les incendies en Amazonie sont quatre fois plus nombreux que l'année dernière à la même période. L'ASE a recensé 3951 incendies entre le 1er et le 24 août, contre 1110 en 2018. Ces données prennent en compte les incendies au Brésil au Pérou, en Bolivie, au Paraguay et en Argentine.

RÉSEAUX SOCIAUX


Suite à la sortie de Jair Bolsonaro à propos de l'âge de Brigitte Macron, le hashtag #DesculpaBrigitte (#PardonBirgitte) est en tendance sur Twitter ce mardi. Des milliers de brésiliens adressent ainsi un message d'excuse, souvent rédigé en français, à la première dame. 

REPORTAGE AU CŒUR DE LA RÉGION INCENDIÉE


Dans l’Etat de Moto Grosso au Brésil, les pompiers et les soldats de l’armée sont mobilisés. Ils ratissent le territoire incendié à la recherche d’indices laissés par d’éventuels pyromanes. De leur côté, les agriculteurs locaux nient toute implication dans ces départs feux et ne cachent pas leur soutien envers le président brésilien Jair Bolsonaro.

Amazonie : au coeur d'une région incendiéeSource : TF1 Info
JT Perso

BOLIVIE


Le président bolivien Evo Morales est lui aussi la cible de critiques. Des écologistes pointent du doigt sa politique agricole qui serait responsable des incendies dans l'est du pays. Près d'un million d'hectares ont déjà été dévastés.


Au coeur des critiques des organisations environnementales, le "chaqueo", pratique de la culture sur brûlis largement répandue et ouvertement encouragée, selon elles, par le gouvernement qui soutient l'extension des activités agricoles intensives.


Mis sous pression, le dirigeant de gauche a finalement accepté dimanche les offres d'aide de plusieurs pays de la région et de l'Espagne pour combattre les incendies incontrôlés. Il a également annoncé la suspension temporaire de sa campagne électorale, alors qu'il brigue fin octobre un quatrième mandat contesté.

CHUTE DE POPULARITÉ DE BOLSONARO


Un sondage révélé par l'AFP fait état d'une forte chute de popularité pour le président brésilien Jair Bolsonaro. Seuls 41% des personnes interrogées approuvaient en août l'action du chef de l'Etat d'extrême droite contre 57,5% en février, dans la foulée de sa prise de fonction le 1er janvier. 


Le taux de désapprobation a lui bondi de 28,2% à 53,7% au cours de la même période, a indiqué l'institut MDA, qui a réalisé son enquête entre le 22 et le 25 août, en pleine polémique sur les incendies en Amazonie. 


Le sondage montre aussi que la part des personnes interrogées qui juge négativement l'action du gouvernement est passée de 19% en février à 39,5% six mois plus tard. A l'inverse, le pourcentage de ceux qui la jugent positive à chuté, de 38,95% à 29,4%, sur la même période. Ce sondage a été réalisé à la demande de la Confédération nationale des transports (CNT).

OPPOSITION


Le Brésil a décidé de rejeter l'aide proposée par les pays du G7 pour combattre les incendies en Amazonie, a annoncé le chef de cabinet du président Jair Bolsonaro, qui a conseillé au président français Emmanuel Macron de s'occuper "de sa maison et de ses colonies", dans une référence directe au premières attaques de son président, qui avait fustigé la "mentalité colonialiste" du président français quand ce dernier avait dans un premier temps réagi aux feux amazoniens.


"Nous remercions le G7 pour son offre d'aide mais ces moyens seront peut-être plus pertinents pour la reforestation de l'Europe", a déclaré le chef de cabinet, Onyx Lorenzoni, sur un blog du portail d'information G1.

AMÉLIORATION


Le ministre brésilien de la Défense a affirmé que les incendies en Amazonie étaient "sous contrôle", après le déploiement de plus de 2.500 militaires et des pluies signalées dans plusieurs des régions concernées.

APPEL A L'AIDE

INTERVIEW

INCENDIES 


Les feux sont liés à la déforestation au profit de la culture intensive de soja, que la France importe en masse.

LA FRANCE COMPLICE ?


Invité du journal de France 2, Emmanuel Macron est revenu sur la situation de l'Amazonie, touchée par d'importants incendies. Des feux liés à la déforestation soutenue par le président brésilien Jair Bolsonaro, notamment pour développer la culture du soja, estime-t-il. Interrogé sur les importations françaises, le chef de l'Etat a reconnu que "sur le soja, on a une part de responsabilité", expliquant que la "dépendance en termes de protéines" est liée à des décisions prises "dans les années 60". Emmanuel Macron souhaite que l'Europe retrouve désormais une "souveraineté protéinique". 

CONTRIBUTION


Le groupe de luxe LVMH annonce qu'il va  donner 10 millions d'euros pour lutter contre les incendies qui ravagent l'Amazonie.  "La défense de l’environnement, ce ne sont pas seulement des paroles, des discours ou des pétitions de principe, c’est agir collectif et concret, quand les périls sont là, en donnant des moyens aux experts de terrain pour ensemble sauver notre planète", a expliqué dans un communiqué le photographe  Yann Arthus-Bertrand, membre du Conseil d’Administration de LVMH.

AIDE D'URGENCE


Le G7 a décidé de débloquer une aide d'urgence de 20 millions de dollars pour l'Amazonie, principalement afin d'y envoyer des avions bombardiers d'eau Canadair basés dans la région lutter contre les incendies, a annoncé Emmanuel Macron lors d'un point presse à la mi-journée, lundi 26 août.


Outre cette flotte aérienne, le G7 est tombé d'accord sur un volet d'aide à moyen terme destiné à la reforestation, qui sera présenté à l'Assemblée générale de l'ONU fin septembre et pour lequel il faudra l'accord du Brésil et travailler en lien avec les ONG et les populations locales, a précisé l'Elysée.

"CLIMATICIDE"

L'engagement d'Emmanuel Macron en faveur de l'Amazonie ? "De la blague, de la foutaise, un jeu de communication", a fustigé Yannick Jadot ce lundi matin sur France Info, rappelant que "la France favorise le développement d'un élevage où les animaux ne voient jamais la nature mais sont nourris au soja brésilien." 


Quant à la sortie d'Emmanuel Macron portant sur la suspension de son engagement à suspendre sa ratification de l'accord entre l'UE et le Mercosur, le leader d'EELV tente de croire aux promesses présidentielles... et à leur extension aux précédents accords signés par la France, et notamment le Ceta, avec le Canada : "Si Emmanuel Macron ne suspend pas mais arrête l’accord avec le Mercosur qui va structurellement décimer l’Amazonie, bravo, tant mieux. Mais à ce moment-là, puisque la ratification du Ceta n’a pas passé l’étape du Sénat, il va lui-même se rendre compte que l’accord avec le Canada est lui aussi climaticide, participe de la destruction de l’agriculture paysanne et il va revenir là-dessus"

AIDE

Par la voix de son Premier ministre Boris Johnson, le Royaume-Uni a promis, lundi 26 août, de débloquer 10 millions d'euros pour aider à la reforestation de l'Amazonie. "Au cours d'une semaine où nous avons tous regardé, horrifiés, la forêt tropicale amazonienne brûler sous nos yeux, nous ne pouvons échapper à la réalité des ravages que nous infligeons au monde naturel"

RÉACTION


Invité d’Europe 1 ce lundi matin, l’ambassadeur du Brésil en France, Luis Fernando Serra, s’est exprimé sur la situation en Amazonie : "On veut de l'aide pour combattre le feu, mais on ne veut pas d'ingérence internationale. (…) C'est notre territoire. Quatre millions de kilomètres carrés de forêt appartiennent au Brésil." Selon lui, "les incendies sont sous contrôle. L'armée brésilienne de l'air est là avec beaucoup de moyens pour éteindre le feu. Il y a encore des foyers, mais les choses se normalisent."

SÉGOLÈNE ROYAL

Comment contrer Bolsonaro?"Il y a l'accord de Paris, qui lie chaque partie prenante." Croit-elle au mea culpa d'Emmanuel Macron sur le climat ? "Dont acte. Il a tout de même autorisé l'exploitation de gisements fossiles au large de la Guyane".

SÉGOLÈNE ROYAL

"Ça fait longtemps qu'on a pris acte qu'il y avait un danger sur les forêts primaires. Il faut prendre l'initiative pour faire davantage corps autour d'elles. Il y a un Cop au Chili, à la  fin de l'année. C'est l'occasion ou jamais d'aller vers la replantation de ces forêts, leur préservation et la parole donnée aux populations autochtones, qui sont menacées de disparition."

SÉGOLÈNE ROYAL

"On ne peut pas ratifier le Mercosur quand des parties prenantes dénoncent des règles obligatoires qui les lient à ce traité, je pense notamment à l'accord de Paris sur le climat".

SÉGOLÈNE ROYAL

"C'est une très bonne idée d'Emmanuel Macron d'avoir mis la question de l'Amazonie à l'ordre du jour du G7." 


Quant à la remise en question du Mercosur... "En tout cas, il l'a dit, cela dit qu'il a entendu les très fortes inquiétudes liées au Ceta, de la part des agriculteurs. Il en a pris acte et a dénoncé le Mercosur ce qui n'est pas évident, quand on voit la position de l'Allemagne. J'en tire la conclusion que l'Europe doit être unie, faire valoir son rôle de terre d'accalmie."

SÉGOLÈNE ROYAL

La sortie de Jair Bolsonaro à propos de l'âge de Brigitte Macron est "intolérable". "Il y en a assez de ces poussées de testostérone imposées par des leaders qui nous imposent leur machisme et leur violence. [...] Il ne faut pas s'abaisser à y répondre".

SEGOLENE ROYAL

L'ex-ministre est l'invitée d'Elizabeth Martichoux : "On ne peut pas faire confiance à Bolsonaro. Cela fait des mois qu'on le sait. Il a même accusé les ONG environnementales d'être à l'origine de ces incendies alors qu'il y a manifestement des actes criminels à l'origine de ces feux."

TRIBUNE


Dans une tribune publiée sur Franceinfo dimanche, le Grand conseil coutumier des peuples amérindiens et bushinengé dénonce notamment l'extractivisme, qui selon lui, a sa part de responsabilité dans le drame qui frappe la forêt amazonienne.


S'il affirme que le feu "n’est pas le seul danger qui menace ou qui détruit l’Amazonie", le Conseil pointe également du doigt la politique d'Emmanuel Macron,  qui dénonce "la destruction de l’Amazonie brésilienne ou bolivienne", et "attribue 360 000 hectares de forêt aux entreprises minières, en Guyane, en Amazonie française."

COLLABORATION


Le président colombien Ivan Duque a indiqué dimanche qu'il présenterait la proposition d'un pacte régional pour la conservation de l'Amazonie devant l'assemblée générale des Nations unies à New York en septembre, en réponse aux incendies affectant le "poumon" de la planète.

CAGNOTTE


L'organisation Earth Alliance a créé "une cagnotte d'urgence" dotée d'une somme initiale de 5 millions de dollars pour aider "le poumon de la planète".  "Ces fonds seront distribués directement aux partenaires locaux et aux communautés autochtones qui protègent l’Amazonie, l’incroyable diversité de la faune qui y vit et la santé de la planète dans son ensemble".


L'association est notamment co-fondée par l'acteur Léonardo Dicaprio, engagé pour la protection de l'environnement.

LES INCENDIES VUS DU CIEL


Les équipes du JT de TF1 ont capturé des images inédites des incendies qui touchent la forêt amazonienne depuis plusieurs jours. L’ampleur des fumées est considérable rendant le survol des principaux foyers parfois impossible. Les feux ont laissé derrière eux un paysage de désolation.

DOCUMENT TF1 - Amazonie : les incendies vus du cielSource : TF1 Info
JT Perso

 "#Amazonie" tagué sur la permanence d'une députée LaREM


La permanence de la députée de La République En Marche (LaREM) Huguette Tiegna à Figeac (Lot) a été vandalisée dans la nuit, et une personne a été interpellée.


Sur une photo postée par l'élue sur Twitter montrant la porte d'entrée de sa permanence, on peut voir sur le mur extérieur un tag avec l'inscription "G7 envie de tout péter" et "#Amazonie". "Les vitres ont également été brisées à trois endroits", a affirmé la députée à l'AFP.


Depuis la ratification du Ceta- traité controversé de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada - le 23 juillet, plusieurs permanences de députés LaREM ont été dégradées ou murées en France.

BOLIVIE


Des incendies ravagent également la Bolivie, pays voisin du Brésil. Le pays annonce accepter l'aide internationale pour combattre les incendies qui ravagent les forêts de Chiquitano (sud-est).


"L'aide d'organismes internationaux, de personnalités ou de présidents est la bienvenue. Je laisse le ministère des Affaires étrangères s'occuper de ce dossier", a déclaré le président bolivien en conférence de presse. Evo Morales, qui se présente pour un quatrième mandat, a aussi annoncé qu'il suspendait sa campagne électorale pour au moins une semaine. Le chef d'Etat avait été critiqué après avoir refusé les aides internationales pour les incendies qui ont ravagé près d'un million d'hectares en Bolivie, et pour avoir continué à faire campagne dans une situation de crise. 


Evo Morales a aussi demandé à son ministre des Affaires étrangères d'examiner la proposition de la France de former une alliance pour la diversité en Amazonie. Le chef d'Etat a aussi souligné l'importance d'une réunion d'urgence avec les pays qui composent l'Organisation du traité de coopération amazonien (ACTO) pour discuter de l'avenir de l'Amazonie, insistant pour que la rencontre ait lieu au plus haut niveau.

L'ACCORD UE-MERCOSUR EN DANGER ?


Le Luxembourg annonce sa volonté de geler sa participation à l'accord commercial entre l'Union européenne et le Mercosur, en raison de doutes sur la volonté du Brésil de respecter l'accord de Paris de 2015 sur le climat.


"Le ministre (des Affaires étrangères et européennes) Jean Asselborn proposera au prochain Conseil de gouvernement de geler la décision relative à la signature de l’accord", indique un communiqué ce dimanche. Il souligne que l’accord négocié avec les pays sud-américains du Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay) contient un chapitre dédié au développement durable, incluant "l’obligation de ratifier et de mettre en œuvre l’accord de Paris sur le changement climatique".


"Un changement de cap est nécessaire", dit le communiqué du ministre luxembourgeois. "Le Luxembourg appelle l’ensemble des partenaires à s'ouvrir au dialogue et à la concertation pour œuvrer à ce revirement", ajoute-t-il.


Vendredi, Emmanuel Macron a affirmé que devant "l'inaction de Jair Bolsonaro face au changement climatique, y compris sur les incendies", la France dira "non" au traité de libre-échange entre l'UE et le Mercosur.


De leur côté, l’Espagne et l’Allemagne se montrent opposées à un blocage de cet accord. Quant au président du Conseil européen Donald Tusk, il a reconnu qu'il serait "difficile d'imaginer" que l'UE puisse ratifier le traité avec le Mercosur tant que le Brésil "permettra la destruction" de l'Amazonie.

DEUX AVIONS LUTTENT CONTRE LES FEUX 


La Force aérienne brésilienne (FAB) a déployé dimanche deux avions C-130 Hercules pour lutter contre les feux qui détruisent une partie de la forêt amazonienne et dont le nombre a encore progressé d'un millier en 24 heures.


Les C-130, capables de transporter 12.000 litres d'eau, ont commencé à larguer leurs cargaisons, a annoncé le ministère de la Défense. Ils opèrent à partir de la ville de Porto Velho, dans l'Etat de Rondonia, qui s'est encore réveillée sous un couvercle de fumée.


Des régions de cette zone proche de la Bolivie sont en proie à des incendies incontrôlables qui envoient des colonnes de fumées dans le ciel et d'énormes quantités de carbone.

TRIBUNE


La ministre des Outre-mer, Annick Girardin, et des élus de Guyane réclament dimanche la création d'un fonds international "contre les feux de forêt et pour le reboisement" alors que les incendies qui font rage en Amazonie ont provoqué une émotion planétaire.


"La France, pays d'Amazonie. Préservons ce bien commun de l'humanité", s'intitule leur tribune publiée par le Journal du Dimanche et qui rappelle que la Guyane, territoire français d'Amérique du sud, est touchée directement par ces incendies.


Les élus plaident pour la création d'un "fonds international, qui ne serait pas directement dépendant des États, et qui pourrait, en fonction des montants rassemblés, lancer des actions de lutte concrètes, ponctuelles, ciblées directement sur les acteurs locaux, contre les feux de forêt et pour le reboisement". Les signataires demandent par ailleurs "à l'Union européenne de doubler son fonds de développement interrégional dédié à la biodiversité et au développement de l'Amazonie".

RÉACTION DE MACRON


Emmanuel Macron s'est exprimé en marge du premier jour du G7 à Biarritz. Il a évoqué à nouveau l'Amazonie comme sujet prioritaire de ce sommet. Les pays du G7 se sont mis d'accord pour "aider le plus vite possible les pays qui sont frappés" par les feux toujours en cours, a déclaré le président. "Respectant la souveraineté (des pays amazoniens), on doit avoir un objectif de reforestation. (…) Nous travaillons à un mécanisme de mobilisation internationale pour pouvoir aider de manière plus efficace ces pays, mais avec eux."

LE PAPE INQUIET


Le pape François s'est dit "inquiet" pour l'Amazonie toujours en proie aux flammes, "poumon vital de notre planète". Ce dernier a appelé les 1,3 milliard de catholiques du Monde entier à "prier pour que, grâce à l'engagement de tous, ces incendies soient éteints le plus vite possible". En mai dernier, le poncif argentin avait rencontré le chef indigène Raoni, venu alors alerter l'Europe sur la déforestation de l'Amazonie.

EFFECTIFS 


Deux avions de l'armée de l'air, capables de transporter 12 000 litres d'eau et de produits chimiques, ont décollé hier de la ville de Porto Velho. En plus des 43 000 soldats envoyés par le gouvernement, une trentaine de pompiers, le commissariat de police fluviale de Porto Velho et le centre de surveillance régional participent aujourd'hui aux opérations, prévues dans six états du Brésil.

"BOYCOTT BRAZIL"


Face à la crise internationale provoquée par les incendies en Amazonie, les Brésiliens craignent un boycott de leurs produits, selon O Globo. Sur Twitter, un appel a été lancé en ce sens, avec le hashtag "Boycott Brazil". Les internautes demandent ainsi de ne plus consommer de produits d’origine animale ou bien d’annuler des voyages dans le pays. 

UN BUDGET POUR L'AMAZONIE


Le ministère de l'Economie va débloquer 38,5 millions de réal brésiliens (8,5 millions d'euros) pour financer la lutte contre les incendies en Amazonie, rapporte le quotidien O Globo. La libération de cette somme devrait être "immédiate".

MANIFESTATIONS


Les rassemblements devraient se poursuivre ce dimanche au Brésil, alors que Jair Bolsonaro a envoyé l'armée à Porto Velho (Rondonia) pendant un mois pour lutter contre les feux en Amazonie. La population juge ce délai insuffisant. 

PEUPLES AUTOCHTONES


"Pour le futur de nos enfants et nos petits-enfants, nous disons non à l’exploitation minière de nos terres." Découvrez en images l'appel de la tribu de Xingu, qui vit au Mato Grosso, état le plus touché par les incendies en cours. Comme la majorité des indigènes d'Amazonie, elle subit depuis des années l'invasion et la destruction de leurs terres, pourtant protégées par la Constitution depuis 1973. 

L'appel d'une tribu indigène contre la déforestation en AmazonieSource : TF1 Info
JT Perso

L'ARMÉE EN RENFORT


Près de 43 000 soldats envoyés à Porto Velho pour combattre les feux en Amazonie : qu’en est-il de la mobilisation mise en place au Brésil ? Ecoutez notre journaliste sur place. 

En Amazonie, l'armée envoyée à Porto Velho pour combattre les feuxSource : TF1 Info
JT Perso

BOLIVIE


La surface ravagée par les incendies qui touchent la Bolivie depuis plusieurs jours a atteint samedi 950.000 hectares selon les chiffres communiqués par les autorités, malgré les opérations des pompiers et le soutien d'un Boeing Supertanker 747-400 loué par le gouvernement à une entreprise américaine.


Cliver Rocha, le directeur de l'Autorité des forêts et des terres (ABT), a déclaré que la zone touchée par l'incendie en Bolivie atteignait 950.000 hectares, et que les flammes avaient détruit 32% de la forêt de Chiquitano, où 1.871 familles dans 11 communes et 35 communautés autochtones ont également été affectées.

AMAZONIE


Quelle est l'ampleur des incendies dans la forêt amazonienne ? On fait le point.

Incendies en Amazonie : quelle est l'ampleur des feux ?Source : JT 20h WE
JT Perso

L'ARMÉE EN RENFORT

Incendies en Amazonie : l'armée en renfortSource : JT 20h WE
JT Perso

ALLOCUTION TÉLÉVISÉE DE JAIR BOLSONARO 


Le président du Brésil, Jair Bolsonaro, a publié deux vidéos de son allocution télévisée sur son compte Twitter. Ce vendredi, il s'adressait face caméra "au Brésil et au monde" et annonçait le déploiement de l'armée pour lutter contre les incendies.


Le dirigeant brésilien dénonce une "campagne de désinformation construire contre la souveraineté de la nation".  "Nous sommes dans une saison traditionnellement chaude, sèche, avec des vents forts durant laquelle, malheureusement, des incendies se produisent chaque année dans la région amazonienne (...) Les feux de forêts existent ailleurs et ne peuvent servir de prétexte pour de possibles sanctions internationales", a-t-il déclaré.

CONSÉQUENCES DES FUMÉES SUR LA SANTE DES HABITANTS DU BRÉSIL


Les habitants du Mato Grosso (centre du Brésil) souffrent en raison des fumées qui recouvrent le ciel depuis plusieurs jours. 


La situation est un véritable problème de santé publique qui touche également d'autres Etats du Brésil (Rondonia, Amazonas, Roraima).

Amazonie : l'armée en renfort, les habitants du Mato Grosso souffrent en raison des fuméesSource : TF1 Info
JT Perso

MERCOSUR 


L'Espagne annonce s'opposer à un blocage de l'accord Union Européenne-Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay et Paraguay). 


Le pays "ne partage pas la position de blocage de l'accord" commercial entre l'Union européenne et le Mercosur proposée vendredi par le président français Emmanuel Macron, a indiqué samedi la présidence du gouvernement espagnol dans un message reçu par l'AFP. "L'Espagne a été à la pointe du dernier effort pour la signature de l'accord UE-Mercosur qui va ouvrir des opportunités énormes pour les deux blocs régionaux", a indiqué Madrid dans ce message, rejetant un "blocage de la ratification" du traité de libre échange.


L'accord a été signé fin juin après 20 ans de tractations. La France avait conditionné sa validation au respect par le Brésil de certains engagements environnementaux qui avaient été notamment discutés pendant le sommet d'Osaka (Japon) du G20, instance dont est membre le Brésil. 

NOUVELLES IMAGES


Ces images aériennes des incendies en Amazonie sont impressionnantes. Elles ont été tournées ce vendredi 23 août.

Images aériennes des incendies en Amazonie tournées le vendredi 23 aoûtSource : Sujet JT LCI
JT Perso

CONVERGENCE ENTRE LA FRANCE ET LES ETATS-UNIS


Emmanuel Macron et Donald Trump se sont entretenus ce samedi, au cours d'un déjeuner en tête-à-tête de deux heures, avant l'ouverture du sommet du G7 à Biarritz.


Les deux chefs d'Etat ont évoqué la situation en Amazonie : "Nous avons des éléments de convergence importants", a estimé Emmanuel Macron. Le Président de la République a également assuré qu'il ne voulait pas "faire une politique anti-Bolsonaro mais une politique utile". 

PÉTITION


La pétition "Stoppons l'incendie de la forêt amazonienne!" lancée il  y a trois jours a récolté plus de 3 800 000 signatures ce samedi. 


Un avocat de Rio Branco est à l'origine de cette pétition : "Je suis ici pour demander à toutes les autorités au Brésil de se mobiliser pour nous aider à mettre fin à l'incendie de l'Amazonie ! Nous demandons aux autorités d'ouvrir une enquête afin de déterminer les causes de l'augmentation des incendies dans cette région et de demander des comptes aux coupables".

RAONI VEUT LE DÉPART DE BOLSONARO "LE PLUS VITE POSSIBLE"


Le chef indien Raoni demande le départ de Bolsonaro "le plus vite possible". "C'est une catastrophe ce qu'il est en train de faire avec nous", a déclaré ce dernier à l'AFP depuis Rio, faisant référence au discours brutal du président à l'encontre des peuples autochtones et aux invasions qui se multiplient sur leurs terres depuis son élection. Le chef en a appelé à une mobilisation internationale pour éteindre les feux qui sévissent toujours dans la forêt amazonienne. 


"Il veut en finir avec la forêt, avec nous (les indigènes), c'est vraiment  terrible ce qu'il fait", poursuit le chef du peuple kayapo. "C'est (lui) qui excite ces gens, comme les fermiers. Ils l'écoutent. Il  pensent qu'ils ont tous les droits et se mettent à brûler les forêts" (pour les  cultures), ajoute le chef de 89 ans qui se bat inlassablement pour le respect  des droits des communautés indigènes.

"Il en va ainsi pour les coupeurs de bois, les chercheurs d'or. Ils se  lâchent tous car sa parole les pousse à détruire la forêt beaucoup plus vite",  a-t-il accusé.

Le chef indien Raoni appelle à la destitution de Jair BolsonaroSource : TF1 Info
JT Perso

1663 NOUVEAUX FEUX ALLUMÉS ENTRE JEUDI ET VENDREDI


Des centaines de nouveaux incendies de forêts faisaient rage samedi à travers le Brésil, selon les dernières données officielles.


Les dernières données officielles indiquent que 78.383 incendies ont été enregistrés depuis janvier, soit un record depuis 2013. Les experts indiquent qu'ils sont essentiellement dus à la déforestation, aggravée par la saison sèche qui se poursuivra en septembre.


Plus de la moitié de ces feux sont situés en Amazonie et quelque 1.663 nouveaux incendies ont démarré entre jeudi et vendredi, selon l'Institut national brésilien de recherche spatiale (INPE).

CONFLIT DE LA LANGOUSTE 


Le Brésil et la France connaissent la plus grave crise diplomatie depuis le 'conflit de la langouste', estiment des diplomates auprès du quotidien Folha S. Paulo. Ce différend avait opposé les deux pays au début des années 60 au sujet de la pêche à la langouste, à la suite d'une décision brésilienne d'interdire ses eaux aux navires français. Après une brève escalade militaire, le conflit purement juridique s'est résolu de manière apaisée.

REVUE DE PRESSE


"Bolsonaro l'incendiaire" à la une de Libération ce matin.

AILLEURS DANS LE MONDE


L'Amazonie en feu, mais pas que. Comme le rapporte la RTBF, de nombreux incendies touchent actuellement d'autres régions du monde. C'est le cas de l'Afrique subsaharienne où ces feux sont habituels en cette période de l'année, selon la NASA. L'agence en expliquait les causes, en juin dernier.

HOMMAGE


En hommage à l'Amazonie en feu, une minute de silence a été respectée par les militants de la France Insoumise, lors de leur congrès d'été. 

INCENDIES


Selon la Nasa, 500 incendies sont toujours en cours ce samedi dans la forêt amazonienne. Explications en images. 

Incendies en Amazonie : 500 incendies toujours en cours ce samediSource : TF1 Info
JT Perso

ALLOCUTION DE MACRON 


"Nous devons répondre à l'appel de l'océan et de la forêt qui brûle", a estimé Emmanuel Macron qui s'est adressé aux Français avant l'ouverture du sommet du G7 à Biarritz. "Nous sommes Amazoniens", a-t-il poursuivi, avant de promettre de lutter contre les feux en cours dans la forêt tropicale et d'investir dans sa reforestation, en partenariat avec les pays d'Amazonie. 

"ACT FOR THE AMAZON"


C'était hier dans le monde entier : des milliers de citoyens se sont réunis devant les ambassades du Brésil, en soutien à l’Amazonie en flammes. Pour l’occasion, le ministère brésilien des relations extérieures avait renforcé la sécurité de ses ambassades, rapporte UOL Noticias

"PUISSANCE AMAZONIENNE"


La France est "une puissance amazonienne" de par sa présence sur le continent sud-américain "à travers le territoire guyanais", a déclaré Emmanuel Macron à Biarritz, à quelques heures de l’ouverture du G7. C’est ainsi que le président a justifié que le sujet de l'Amazonie soit mis sur la table lors du sommet.

RÉACTION


"Le président brésilien y est surement pour quelque chose" mais les responsables, "c'est nous", a estimé Nicolas Vanier sur le plateau de LCI, pointant du doigt la surconsommation de viande notamment. L'écrivain et réalisateur a relancé l'idée d'un "référendum mondial sur l'environnement", qu'il réclame depuis plusieurs années. 

MANIFESTATIONS


À Rio, deux mille personnes, dont des membres de la communauté indienne, se sont rassemblées sur une place du centre de la ville vendredi soir. Comme le relate le quotidien Estadao, d'autres rassemblements pour dénoncer la politique de Bolsonaro ont eu lieu dans le pays, à Salvador ou à Bahia. 

MANIFESTATIONS 


Des milliers de Brésiliens se sont réunis vendredi soir à Sao Paulo. Un rassemblement à l'initiative des mouvements Extinction Rebellion et "Friday for Future", avec des chants et slogans comme "Amazonie reste, Bolsonaro va-t-en !". 

INCENDIES 


Le point sur la situation ce matin en vidéo. 

Amazonie : l'armée brésilienne déployéeSource : TF1 Info
JT Perso