Opération sauvetage pour un béluga coincé dans la Seine

"L'urgence est de le retrouver" : le béluga égaré repéré près d'une écluse, d'importants moyens mobilisés

SM avec AFP
Publié le 4 août 2022 à 14h44, mis à jour le 10 août 2022 à 11h01
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

L'association Sea Shepherd se mobilise pour retrouver l'animal égaré dans la Seine, identifié comme un béluga.
Repéré par la préfecture de l'Eure mardi, le cétacé peut "survivre temporairement en eau douce".

Objectif : retrouver le cétacé pour "l'aider à se nourrir et à repartir vers la mer". L'association Sea Shepherd France est sur le pont, ce jeudi, pour retrouver le beluga égaré dans la Seine. L'organisme annonce mobiliser son bateau et des drones pour venir en aide le spécimen repéré mardi par la préfecture de l'Eure. "Il arrive à des individus isolés d’errer dans des eaux plus méridionales", avait noté la préfecture, précisant que ceux-ci peuvent "survivre temporairement en eau douce". 

Ce jeudi matin, l'animal - une espèce protégée vivant habituellement dans les eaux froides - a été localisé "à plus d’une trentaine de kilomètres de sa localisation d’hier, à proximité d’une écluse", indique la préfecture dans un communiqué. Selon l'AFP, il se trouve "aux environs de Vernon", à environ 70 km de la Paris, "Une manœuvre de maintien dans le bassin de l’écluse va être menée dans l’après-midi" afin de "faire les observations nécessaires", ajoutent les autorités. 

De son côté, Sea Shepherd appelle à une "cohésion efficace entre toutes les personnes concernées" pour maximiser les chances de survie du cétacé. 

"Ne pas stresser l’animal"

La préfecture indique encore qu'une "évaluation de son état de santé était en cours afin de prendre les mesures adaptées pour optimiser ses chances de survie".  Elle demande à la population de ne pas se déplacer sur le site ni tenter d'approcher le béluga. Le but ? "Ne pas stresser l’animal pendant la phase de collecte d’information." Des consignes également relayées par Sea Sheperd, qui demande au public de "garder ses distances" avec le cétacé. "L'intérêt de l'animal prévaut sur la curiosité", prévient l'association sur Twitter. 

Lire aussi

Début juin, une orque avait été observée dans la Seine, entre Rouen et Le Havre. L'animal avait finalement été retrouvé mort et une autopsie avait privilégié un décès par inanition. "Faisons tout pour éviter que l'histoire ne se répète", écrit encore Sea Shepherd. 


SM avec AFP

Tout
TF1 Info