"Un hiver exceptionnellement sec et chaud a affecté le sud et l'ouest de l'UE", a assuré ce lundi la Commission européenne.
Selon le Centre commun de recherche (CCR) de l'instance, les pluies de ces prochaines semaines seront cruciales pour éviter un nouvel été "extrême".

Au premier jour du printemps, la Commission européenne tire (déjà) la sonnette d'alarme concernant la sécheresse. Selon le Centre commun de recherche (CCR) de la Commission, "la plupart des pays du sud et de l'ouest de l'Union européenne sont touchés par une sécheresse naissante". Et la situation pourrait s'aggraver en l'absence de pluie ces prochaines semaines.

"En raison d'un hiver exceptionnellement sec et chaud, l'humidité du sol et le débit des rivières présentent des anomalies déjà importantes, notamment en France, en Espagne et dans le nord de l'Italie", précise le CCR dans un communiqué. Et les experts de détailler leurs inquiétudes : "Dans la région des Alpes, l'accumulation de neige a été bien inférieure à la moyenne et est même inférieure à celle de l'hiver 2021-2022. Cela conduira à une forte réduction de la contribution de la fonte des neiges aux débits des rivières dans la région périalpine au printemps et au début de l'été 2023."

En raison de ce constat inquiétant, "les précipitations des prochaines semaines seront cruciales pour déterminer l'évolution de la sécheresse actuelle et de ses impacts." Et le CCR de prévenir : "L'Europe et la région méditerranéenne pourraient connaître un été extrême cette année, similaire à 2022. Le rapport recommande une surveillance étroite et une utilisation appropriée de l'eau ainsi que la mise en œuvre de stratégies d'adaptation sectorielles ciblées et d'une coopération renforcée, car ces modèles climatiques et météorologiques devraient être plus fréquents à l’avenir."


T.G.

Tout
TF1 Info