Biodiversité : qu'est-ce que la "6e extinction de masse" qui est en cours ?

par Aurélie LOEK
Publié le 7 décembre 2022 à 18h13
JT Perso

Source : JT 20h WE

La COP15 sur la biodiversité qui s'est ouverte le 7 décembre à Montréal, au Canada, est chargée de trouver un compromis pour protéger le monde vivant.
Une grande partie des espèces est fortement menacée par le réchauffement climatique.
Si bien que les scientifiques parlent de "6e extinction de masse".

"L'humanité est devenue une arme d'extinction massive." C'est avec ces mots durs que le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a ouvert la conférence de l'ONU sur la biodiversité qui se tient pendant deux semaines à Montréal, au Canada. Sœur jumelle de la COP27 sur le climat qui s'est tenue récemment en Égypte, la COP15 se concentre, elle, sur le monde vivant et vise à trouver un accord pour sauver les espèces et les milieux naturels, mis en danger par le réchauffement climatique.

Un million d'espèces sont menacées d'extinction, notamment à cause de la dégradation des terres et des océans et la disparition des sols fertiles. Si bien que de nombreux scientifiques avancent que la 6e extinction de masse a débuté, voire s'accélère ces dernières années.

Qu'est-ce qu'une "extinction de masse" ?

Les scientifiques considèrent qu'une "extinction de masse" a eu lieu lorsqu'au moins 75% des espèces, que ce soit sur Terre ou au sein des océans, disparaissent sur une courte période à l'échelle des temps géologiques, ce qui peut malgré tout prendre parfois plusieurs millions d'années. 

Cinq extinctions de masse se sont déjà produites sur Terre durant les 500 millions d'années écoulés. Les causes sont différentes selon les périodes et pour certaines, encore débattues. Ces crises biologiques peuvent ainsi être liées à un bouleversement climatique, à une période de grande glaciation ou encore au volcanisme. La troisième extinction, appelée "extinction du Permiens-Trias" est probablement la plus célèbre puisqu'elle a été provoquée par l'irruption d'une météorite sur Terre, provoquant notamment la disparition des dinosaures.

La première extinction de masse provoquée par l'Homme

Toutes ces périodes d'extinction ont néanmoins comme point commun d'être d'origine naturelle. Mais ce n'est pas le cas de celle qui serait en cours. La 6e extinction de masse est ainsi la première à être provoquée par l'activité humaine. En 2008 déjà, le paléobiologiste américain John Alroy observait ainsi que "les nombreuses causes anthropiques [causées par l'être humain, ndlr] de l'actuelle extinction de masse ne sont pas du tout liées aux causes connues des précédentes extinctions."

Sont mis en cause la dégradation des habitats, sous l'effet notamment de l'agriculture, de l'exploitation forestière, de l'urbanisation ou de l'extraction minière, mais aussi la surexploitation des espèces, la pollution, les espèces invasives, les maladies et enfin, le changement climatique, lui-même accentué par l'activité humaine.

Si cette extinction serait donc en train de se produire, les chercheurs Robert H. Cowie (Université d'Hawaï), Philippe Bouchet et Benoît Fontaine (chercheurs au Musée d'histoire naturelle à Paris) notaient dans une étude publiée en janvier 2022 dans Biological Reviews, que déjà 7,5 à 13% des espèces animales et végétales ont disparu dans le monde depuis l'an 1500, au lieu des 0,04% estimée jusqu'alors. Cela représenterait l'extinction de 150.000 à 260.000 espèces. Parmi elles, les invertébrés, tels que les escargots ou les limaces, sont surreprésentées.

Lire aussi

Par ailleurs, les chercheurs observent une accélération des disparitions d'espèces. Dans une étude publiée dans la revue Science Advances en juin 2015, Gerardo Ceballos (Université nationale autonome du Mexique) et Paul Ehrlich (Stanford) ont montré que les disparitions d’espèces ont été multipliées par 100 depuis 1900, un rythme sans équivalent depuis l’extinction des dinosaures il y a 66 millions d’années.

Or si cet anéantissement biologique se poursuit, cela aurait des conséquences catastrophiques pour les écosystèmes, avec des impacts écologiques, économiques et sociaux majeurs. Face à ce constat, les délégués de plus de 190 pays qui se réunissent lors de la COP15 doivent parvenir à adopter un nouveau cadre mondial décennal pour parvenir à sauvegarder la nature et ses ressources, toujours aussi indispensables à l'humanité.


Aurélie LOEK

Tout
TF1 Info