Biodiversité : l’humanité est devenue une "arme d’extinction massive"

Dylan Veerasamy avec AFP
Publié le 7 décembre 2022 à 6h19
JT Perso

Source : TF1 Info

Antonio Guterres, patron de l'ONU, a prévenu mercredi que l'humanité est devenue "une arme d'extinction massive".
Une déclaration survenue à la veille de la COP15 sur la biodiversité.
Un nouveau rappel de l'ancien Premier ministre du Portugal, qui avait évoqué l'extinction humaine auparavant.

Une nouvelle déclaration forte d’Antonio Guterres sur l’avenir de l’humanité. À la veille de la COP15 sur la biodiversité, le secrétaire général de l’ONU a déclaré que l’humanité est devenue "une arme d'extinction massive", ce mardi 6 décembre.

Un patron de l'ONU engagé écologiquement

"Avec notre appétit sans limite pour une croissance économique incontrôlée et inégale, l'humanité est devenue une arme d'extinction massive", a-t-il martelé lors du lever de rideau de cette conférence à Montréal, qu'il voit comme "notre chance d'arrêter cette orgie de destruction".

En fonction depuis 2017, Antonio Guterres, ancien Premier ministre du Portugal, s’est concentré sur le changement climatique. Ses dénonciations enflammées lors de l'ouverture solennelle de la réunion COP15 montrent que le sort des plantes et des animaux et des milieux naturels menacés lui tient à cœur. 

Des milliards de pertes par an dues à la dégradation des écosystèmes

"Aujourd'hui nous ne sommes pas en harmonie avec la nature, au contraire nous jouons une mélodie bien différente", une "cacophonie du chaos jouée avec des instruments de destructions", a résumé le secrétaire général de l'ONU. "Et en fin de compte, nous nous suicidons par procuration", a-t-il ajouté. Les pertes économiques dues à la dégradation des écosystèmes, quant à elles, sont estimées à 3.000 milliards de dollars par an à partir de 2030.

Mais si le constat scientifique est peu discuté, les points de friction restent nombreux entre les membres de la Convention pour la diversité biologique (CDB) de l'ONU (195 Etats et l'Union européenne, mais sans les Etats-Unis, toutefois observateurs influents).

Lire aussi

Plus de 190 pays se réunissent du 7 au 19 décembre pour tenter de sceller un pacte décennal pour la nature et éviter ainsi une sixième extinction de masse. Mais l'issue des négociations, portant sur une vingtaine d'objectifs destinés à sauvegarder les écosystèmes d'ici 2030, reste incertaine.


Dylan Veerasamy avec AFP

Tout
TF1 Info