Gaz russe : l'Europe sous pression

Électricité, gaz... Se dirige-t-on vers un black-out énergétique cet hiver ?

Idèr Nabili
Publié le 7 août 2022 à 14h12
JT Perso

Source : TF1 Info

Avec des centrales nucléaires à l'arrêt et des menaces sur l'approvisionnement en gaz, la France prépare un hiver incertain.
Le risque de black-out est-il réel ?

Les vagues de chaleur se multiplient, la sécheresse concerne l'ensemble du territoire national, et pourtant, la France se projette déjà sur l'hiver prochain. Car si les températures estivales ne cessent de grimper, la fraîcheur de l'hiver a de quoi donner des sueurs froides. Entre la guerre en Ukraine et ses conséquences sur le gaz russe, et l'arrêt de plusieurs centrales nucléaires pour des problèmes de corrosion, le pays se trouve face à la menace d'un black-out.

Pour l'éviter, les industriels ont été mis à contribution. Plusieurs grandes enseignes ont pris des mesures de "sobriété énergétique", comme l'extinction des lumières à l'extérieur des magasins ou la réduction de l'éclairage, voire de la température. Suffisant pour éviter toute coupure d'électricité ? "S'il fait très froid cet hiver, cela ne suffira probablement pas", prévient sur LCI Fabien Choné, consultant énergie et co-fondateur de Direct Énergie.

La consommation instantanée en cas de grand froid inquiète

Toutefois, les entreprises les plus consommatrices pourraient subir les contraintes pour limiter tout risque de pénurie pour les particuliers. "Les plus grosses entreprises électro-intensives ont des contrats avec le gestionnaire de réseau (RTE) qui permettent à RTE d'interrompre très rapidement leur approvisionnement pour éviter ces fameux black-out", explique Fabien Choné. Il faudrait pour cela "un hiver froid et que nos centrales nucléaires ne repartent pas, ou en tout cas pas en assez grand nombre", nuance sur LCI Michèle Pappalardo, ancienne présidente de l'Agence de la Transition écologique (Ademe) (voir vidéo en tête de cet article).

Les importations sont également menacées, notamment si les Allemands "n'ont pas suffisamment de gaz pour approvisionner leur propre industrie", poursuit Fabien Choné. "S'il y a des problèmes sur les importations, il faudra alors mettre en œuvre d'autres dispositions exceptionnelles, dont la baisse de tension d'environ 5% sur le réseau", indique-t-il. Une mesure qui toucherait tous les Français, mais qui serait "quasiment insensible pour les consommateurs".

Gaz, électricité... Y aura-t-il des coupures cet hiver ?Source : TF1 Info
JT Perso

Des coupures d'électricité pour les ménages n'interviendront qu'en dernier lieu, notamment en cas de pic momentané. "Même si nos stocks de gaz sont à 100%, s'il devait y avoir une très forte vague de froid, la consommation ponctuelle, instantanée, va être telle que nous pourrions potentiellement ne pas avoir la capacité de fournir tout le monde", avertit le co-fondateur de Direct Énergie (voir vidéo ci-dessus). Cela provoquerait alors "des délestages tournants, jusqu'à 2 heures de coupure chez les consommateurs particuliers" fournis en électricité.

Lire aussi

Cette hypothèse, la plus pessimiste, n'est toutefois pas la plus probable. Il y a de "très fortes chances" que la France passe l'hiver sans encombre sur le plan électrique, estimait mi-juillet devant le Sénat Marc Benayoun, directeur exécutif d'EDF chargé du pôle clients, services et territoires. "Si les stocks de gaz sont normalement remplis - et cela se présente bien -, il faut savoir que les températures de déclenchement, celles qui amènent le système électrique [...] à des risques, sont quand même de -4°C degrés pendant plusieurs jours." Pour éviter une panne générale, chacun reste malgré tout invité à réduire sa consommation d'énergie.


Idèr Nabili

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info