Vingt-cinq clichés sont en lice pour le Prix du public 2023 du Wildlife Photographer of the Year, un prestigieux concours organisé par le Muséum d’histoire naturelle de Londres.
Les votes sont ouverts en ligne jusqu'au 31 janvier 2024.
Voici quelques-unes de ces superbes photos de nature.

La nature dans tous ses états. Seulement 25 des 49.957 clichés soumis à la 59e édition du Wildlife Photographer of the Year, en provenance de 95 pays, ont été retenus pour le Prix du public. Dans le ciel, sur terre ou en mer, boules de poil ou maîtres des airs, les photographes ont redoublé d'imagination et de créativité pour ce prestigieux concours chapeauté par le Muséum d’histoire naturelle de Londres (Royaume-Uni). Certains clichés se distinguent par leur beauté simple, d'autres par leur froide brutalité, questionnant sur l'impact délétère de l'homme sur la faune et la flore. 

Les votes, qui peuvent être réalisés sur le site du concours, sont ouverts jusqu'au 31 janvier, à 14 heures. Le gagnant sera annoncé le 7 février. 

Le Wildlife Photographer of the Year est organisé par le Natural History Museum de Londres. L'intégralité des résultats est à retrouver dans un ouvrage paru aux Éditions Biotope

Aurora jellies, Audun Rikardsen

Aurora Jellies.
Aurora Jellies. - ©Audun Rikardsen, Wildlife Photographer of the Year

Des méduses lunaires dans les eaux fraîches d'un fjord à proximité de Tromsø, dans le nord de la Norvège. Le tout sous la lumière éphémère d'une aurore boréale. "Abritant son équipement dans un boîtier étanche qu'il a lui-même fabriqué, le photographe a utilisé une seule exposition ainsi que son propre système de réglage de la mise au point et de l'ouverture pendant l'exposition", précisent les organisateurs. 

Starling murmuration, Daniel Dencescu

Starling murmuration.
Starling murmuration. - ©Daniel Dencescu, Wildlife Photographer of the Year

Des étourneaux tourbillonnant de façon à former un oiseau géant dans le ciel de Rome (Italie). Chaque jour, ces oiseaux, en quête de nourriture, se rassemblent en grand nombre. Des moments connus sous le nom de "murmurations".

Ice bed, Nima Sarikhani

Ice bed.
Ice bed. - ©Nima Sarikhani, Wildlife Photographer of the Year

Un ours polaire s’est taillé un lit dans un petit iceberg avant de s’endormir dans le Grand Nord, au large de l’archipel de Svalbard, en Norvège. Après avoir passé trois jours en quête d’ours polaire, dans un épais brouillard, des photographes sont tombés sur deux spécimens, un vieux et un plus jeune. Ils ont suivi les deux animaux durant huit heures. Peu avant minuit, le plus jeune s'est aidé de ses puissantes pattes pour grimper sur ce petit iceberg, avant de sombrer dans un profond sommeil. 

Incoming cuckoo wasp, Frank Deschandol

Incoming cuckoo wasp
Incoming cuckoo wasp - ©Frank Deschandol, Wildlife Photographer of the Year

Image figée d'une guêpe coucou en pleine tentative de pénétrer dans le terrier d'argile d'une abeille maçonne, près de Montpellier, en France. Elle utilise l'eau et sa salive pour ramollir l'argile afin de pouvoir creuser dans le terrier scellé de l'abeille. Une fois entrée, elle pond son propre œuf, puis referme le terrier. Lorsque l'œuf de la guêpe coucou éclot, il se nourrit des larves d'abeilles maçonnes à l'intérieur du terrier.

Bull in a garbage, Brent Stirton

Bull in a garbage.
Bull in a garbage. - ©Brent Stirton, Wildlife Photographer of the Year

Un éléphant mâle en quête de nourriture dans une décharge à Tissamaharama, au Sri Lanka. Sur la partie supérieure de sa patte avant gauche, il porte la cicatrice d'une blessure par balle. D'autres stigmates sur le dos de l'animal démontrent la difficile cohabitation avec les locaux.

Tough negociation, Ayala Fishaimer

Tough negociation.
Tough negociation. - ©Ayala Fishaimer, Wildlife Photographer of the Year

Debout sur un rocher dans les contreforts de Judée, en Israël, un renardeau roux croise le regard de la musaraigne qu'il avait traquée puis lancée en l'air quelques instants plus tôt. Un moment aussi magnifique que cruel. 


M.G

Tout
TF1 Info