"Prendre soin de la Terre, c'est prendre soin de soi" : devenez des héros écolos !

Publié le 6 mai 2023 à 6h00, mis à jour le 27 juin 2023 à 18h43

Source : Sujet TF1 Info

La réalisatrice Valérie Zoydo et l’experte de l’Agence de la transition écologique Valérie Martin lancent l’Assemblée citoyenne des imaginaires. Objectif, aider à comprendre les enjeux du réchauffement climatique, accompagner les citoyens vers la sobriété et les embarquer sans les culpabiliser. Elles expliquent leur projet dans le podcast "Expertes à la Une".

80 % des Français assurent que l’Homme provoque le changement climatique. On apprend également dans le baromètre des représentations sociales de l'effet de serre, diffusé en 2022 par l’Agence pour la transition écologique, que 51 % des interrogés déclarent avoir subi souvent ou parfois un événement climatique extrême. Moralité, les films catastrophes se multiplient, les rapports alarmants du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) s’enchaînent et les images de champs dévastés par la sècheresse ou la grêle font le tour des réseaux sociaux.

Valérie Zoydo , auteure-réalisatrice, storytelleuse du changement individuel et collectif, et Valérie Martin, cheffe du Service Mobilisation Citoyenne et Médias de l'ADEME, invitées du podcast Expertes à la Une de Christelle Chiroux, à écouter ci-dessous, reconnaissent que notre environnement culturel, médiatique et scientifique engendrent beaucoup d’anxiété. "On a toutes l'impression qu'on est en train de se faire engueuler", regrette la première. "Le discours consistant à dire 'attention, il va se passer ça", met fin à l'insouciance. Je ne suis pas d’accord. En revanche, on va vers une autre forme d’insouciance et une autre forme d’abondance. Et c'est ça que nous devons raconter."

Engagée, les deux femmes ne se considèrent pas pour autant comme des militantes. "Prendre soin de la Terre, c'est prendre soin de soi, des autres et de notre environnement", jure Valérie Martin comme en écho à ses envies d’enfant de devenir médecin. Avec le projet d'Assemblée citoyenne des imaginaires, développé avec l’ADEME, l’association Atmosphères 21 et Bluenove pour son expertise technologique et son savoir-faire en démocratie participative, elles ont choisi la fiction pour déconstruire les discours et montrer aux citoyens des chemins constructifs.

Comment fabriquer un contre récit moins anxiogène ?

Valérie Zoydo postule que la fiction convoque l’imaginaire et l’émotionnel. Pour elle, il faut jouer sur les émotions pour captiver les Français. "Nous allons sonder la compréhension du monde actuel des Français, voir avec eux les imaginaires qui leur parlent et déterminer les formes et les émotions qui les motivent à les mettre en mouvement. Il faudra ensuite former et inspirer les citoyens pour les pousser à écrire eux-mêmes et reprendre leur destin en main. Nous soumettrons enfin cette matière à des scénaristes qui écriront des synopsis." Les conceptrices du projet envisagent de projeter ces "nouveaux récits", proposant une forme de pédagogie douce et subtile à travers la psychologie des personnages, les éléments de décor ou les enjeux narratifs.

Beaucoup de militants écolos font plein de gestes, mais leurs colères ou leurs peurs prennent en otage les autres.
Valérie Martin, experte de l'ADEME

Surtout, elles veulent se sortir du piège consistant à vouloir convaincre. "Dans le langage des oiseaux, un convaincu, c'est un con vaincu. L’évangélisation ou le prosélytisme nous fait échouer aujourd’hui", déplore Valérie Zoydo. Valérie Martin confirme : "Beaucoup de militants écolos font plein de gestes, mais leurs colères ou leurs peurs prennent en otage les autres."

Elles cherchent donc d’abord à sortir le public des discours incompréhensibles. "Les experts délivrent des expressions ou des visions trop techniques : les tonnes de carbone équivalent CO2, par exemple, beaucoup ne comprennent pas ce que ça signifie. On oublie de raconter que l’on fait face à un problème sociétal et qu’il faut s’interroger en conscience", admet Valérie Martin. L’experte pour l’ADEME veut questionner nos besoins : un voyage long courrier, à l’autre bout du monde, est-ce que j'en ai besoin ? Est-ce que c'est nécessaire ? Je ne peux pas faire autrement ? J’essaie de mon côté de ne pas céder à l'impulsivité permanente ou à l'injonction." Valérie Zoydo ajoute : "Cette transition ne revient pas seulement à économiser du CO2. Il s’agit de comprendre le fonctionnement du vivant dans l'agriculture, l'énergie, les milieux urbains, autour des transports, au sein de la culture, etc."

Comment accompagner les citoyens ?

Interroger des modes de vie, questionner notre rapport au bonheur et au matérialisme, aspirer à mieux manger, etc. Le projet entend offrir à chacun des chemins à parcourir. "Sommes-nous plus heureux en achetant un produit conseillé par les influenceurs ?" se demande Valérie Martin. Elle reconnaît une vocation positive au projet, mais rejette tout angélisme et lance ces objectifs : "Donner envie, montrer des chemins concernant à suivre et aider à devenir un héros écologique en prenant à témoin des éléments du quotidien."

Valérie Zoydo et Valérie Martin ambitionnent d’embarquer toute la société. "Si nous laissons des personnes sur le bord de la route, nous aurons échoué", prévient la seconde. Pour elles, il ne faut pas créer une nouvelle fracture dans la société. Ce sujet nous concerne tous et au premier chef les jeunes issus des milieux populaires. "Ce que je trouve formidable, c’est que ces jeunes nous disent qu’ils ont envie de participer. Ils cherchaient juste un prétexte pour se lancer. Mais ils ne veulent pas qu’on leur parle sur un ton moralisateur."

Pour créer un mouvement, il faudra compter sur une approche collective, avertissent l’experte et la réalisatrice. Elles espèrent que les consommateurs redécouvriront qu’ils sont d’abord des citoyens. Valérie Martin n’y va pas par quatre chemins : "Il y a beaucoup de choses à faire. Il faut accélérer pour que notre monde soit plus sobre, plus juste, plus viable. Il faut que chacun d'entre nous s'y mette pour pouvoir construire un monde en cohérence avec les limites planétaires et dans lequel nous voulons vivre." Valérie Zoydo aspire à ce que notre monde se transforme : "J’espère que les personnes retournent à leur juste place, connectée à elle-même, aux autres et aux vivants."


Geoffrey LOPES

Tout
TF1 Info