Opération sauvetage pour un béluga coincé dans la Seine

Eure : l'animal repéré dans la Seine serait un béluga

La rédaction de TF1info
Publié le 3 août 2022 à 19h43, mis à jour le 10 août 2022 à 11h01
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Un nouvel animal inhabituel a été observé dans la Seine, mardi.
Selon la préfecture de l'Eure, il s'agirait d'un béluga.
Cette espèce protégée de cétacé vit habituellement dans les eaux froides de l'Arctique.

Après l'orque, voici le béluga de la Seine. Alors qu'un animal marin a été repéré mardi dans le fleuve, la préfecture de l'Eure a annoncé, ce mercredi, qu'il s'agirait d'un béluga. D'après l'étude des premiers clichés, "l’animal serait un béluga", "une espèce protégée de cétacé vivant habituellement dans les eaux arctiques, subarctiques et dans l’estuaire du Saint-Laurent au Québec", indique la préfecture dans un communiqué, sans préciser dans quel secteur de la Seine l'animal a été vu, pas plus que la taille de l'individu. 

À l'âge adulte, un béluga mesure environ quatre mètres. Il est également connu sous le nom de baleine blanche ou dauphin blanc. Le travail d’identification a été mené conjointement par les services de l’Office Français de la Biodiversité et de la Direction Départementale de la Protection des Populations.

Ne pas s'approcher

Pour le moment, peu d'information ont été publiées. Le cétacé aurait remonté le fleuve durant une longue période sans jamais être repéré. Les experts n'ont pas pu déterminer s'il s'agissait d'un mâle ou d'une femelle. 

"Une évaluation de son état de santé est en cours afin de prendre les mesures adaptées pour optimiser ses chances de survie", ajoute le communiqué, précisant qu'"il arrive à des individus isolés d’errer dans des eaux plus méridionales". Ainsi, contrairement à l'orque, le béluga peut"survivre temporairement en eau douce". La préfecture demande à la population de ne pas se déplacer sur le site ni tenter d'approcher le béluga afin de "ne pas stresser l’animal pendant la phase de collecte d’information".

Lire aussi

Elle souligne que les services de l'État "sont mobilisés pour la préservation de la faune sauvage et poursuivent leur surveillance continue de la population". Début juin, une orque avait été observée dans la Seine, entre Rouen et Le Havre. L'animal avait finalement été retrouvé mort et une autopsie avait privilégié un décès par inanition. 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info