Sécheresse : 2022, une année historique

Incendie dans l'Aveyron : 700 hectares brûlés et 3000 personnes évacuées, mais le feu ne progresse plus

A Lo.
Publié le 10 août 2022 à 7h39
JT Perso

Source : TF1 Info

Un incendie débuté en fin de journée, lundi 8 août en Lozère, a gagné l'Aveyron voisin vers 23h, parcourant au moins 700 hectares.
3000 personnes ont été évacuées.
Mercredi matin, le feu était maitrisé mais pas fixé.

Aucun département n'est épargné. Alors que les départs de feux se multiplient en France, favorisés par une sécheresse record, un nouvel incendie s'est déclaré lundi 8 août en fin de journée. Parti du Massegros en Lozère, l'incendie s'est ensuite étendu à Mostuéjouls, en Aveyron, avait constaté un journaliste de l'AFP. 

Dans la nuit de mardi à mercredi, le feu avait cessé de progresser sans pour autant être maîtrisé. L'évolution de l'incendie restait incertaine en raison du vent. Une partie du feu, situé sur des barres rocheuses, était toujours inaccessible aux pompiers.

Un feu favorisé par un contexte de grande sécheresse

Selon la préfecture de l'Aveyron, les évacuations de 3000 personnes des villages de Rivière-sur-Tarn et de Mostuéjouls, et de campings, sont intervenues toute la nuit de lundi à mardi. Mardi en fin de journée, la préfecture de l'Aveyron a averti que les personnes évacuées ne pouvaient pas retourner chez elles ou dans leurs hébergements de vacances.

Les pompiers, jusqu'à 600 au plus fort de la mobilisation, estiment qu'il leur faudra encore trois jours pour éteindre le feu. Deux d'entre eux ont été légèrement blessés.

Le feu a démarré à cause d'un engin agricole dont un élément, en raclant le goudron très chaud de la route, a embrasé une partie d'une départementale près du Massegros, au nord de Montpellier, selon les pompiers.

Lire aussi

Avec déjà plus de 47.000 hectares brûlés depuis le début de l'année, la France a connu dès juillet un record de surfaces incendiées, selon le Système européen d'information sur les feux de forêt, qui tient des statistiques comparables depuis 2006. Cela ne devrait pas aller en s'arrangeant. Selon les scientifiques, la multiplication des phénomènes météorologiques extrêmes (canicule, sécheresse, incendies, etc.) est une conséquence directe du réchauffement climatique, les émissions de gaz à effet de serre augmentant à la fois leur intensité, leur durée et leur fréquence.


A Lo.

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info