Sécheresse : 2022, une année historique

"Entre la sécheresse et la canicule, les volumes de vin vont être faibles"

Idèr Nabili
Publié le 11 août 2022 à 11h46
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Le monde du vin n'échappe pas aux conséquences de la sécheresse historique et des fortes chaleurs.
D'après Amélie Petit, spécialiste du secteur interrogée par TF1info, la récolte 2022 pourrait être faible en volumes.

Depuis plusieurs semaines, la canicule et la sécheresse s'abattent sur les vignes françaises, au plus grand désarroi des viticulteurs. Après une année 2021 marquée par un épisode de gel intense au printemps, le secteur craint désormais une récolte 2022 en demi-teinte en raison des conditions climatiques.

"La canicule est mauvaise pour les vignes", résume à TF1info Amélie Petit, responsable du développement au sein de l'association Vignerons Engagés, au moment où la France connaît sa quatrième vague de chaleur de l'été. "À cause des températures élevées, le raisin est mûr plus tôt, ce qui entraîne des décalages de maturité", explique-t-elle. "Les arômes, créés plus tard, n'ont dès lors pas le temps de se développer dans le raisin. Ce qui cause une perte de la qualité du vin."

"2022, l'illustration parfaite du réchauffement climatique sur nos vignes"

À cela s'ajoute une sécheresse qualifiée "d'historique" par Météo-France. "Elle agit en binôme avec la chaleur", poursuit Amélie Petit. "La canicule fait transpirer la vigne, qui va donc avoir besoin d'eau pour alimenter les raisins. Or, cette année, elle ne va pas en trouver dans les sols, très secs. Ce qui va tendre vers l'effet raisin sec, pour caricaturer."

Outre la qualité, la quantité de vin inquiète également. "Nos raisins ne sont pas gorgés d'eau et ne vont pas faire beaucoup de vin", s'inquiète Amélie Petit. "Nos volumes sont très faibles." La récolte pourrait toutefois être différente selon les régions. "Dans le Languedoc, le vignoble est assez habitué à la sécheresse, nous ne nous en sortons pas si mal. En revanche, d'autres vignobles, comme ceux de la Loire, pas du tout habitués à un temps aussi sec, connaissent plus de difficultés."

Lire aussi

Celles-ci s'ajoutent à une saison déjà perturbée par les phénomènes météorologiques. "Après une année 2021 très compliquée à cause du gel de printemps, 2022 est malheureusement l'illustration parfaite du réchauffement climatique sur nos vignes : du gel, de la grêle, des fortes chaleurs, de la sécheresse...", déplore l'ingénieure agronome de formation. "Tout cela ne fait pas beaucoup de vin."


Idèr Nabili

Tout
TF1 Info