Présent sur quasiment l'intégralité du Japon, le raton laveur représente une sérieuse menace écologique et sanitaire.
Le nombre de ces rongeurs a quintuplé malgré les efforts du gouvernement japonais.
Leur adoption en masse comme animal de compagnie suite au succès d'un dessin animé des années 1970 est à la source du problème.

Une passion qui n'est pas sans conséquences. Les ratons laveurs, typiquement occidentaux, causent depuis des années des dégâts conséquents aux cultures et plantations rurales de la baie de Tokyo. Le ministère nippon de l'Agriculture évaluait leur montant à 450 millions de yens (plus de 2,5 millions d'euros) en 2022.

Le nombre de ces animaux aurait quintuplé en quelques années, malgré les efforts du gouvernement japonais pour stopper leur propagation. Plusieurs municipalités de l'ouest de Tokyo ont réagi en installant des pièges et en lançant des lignes d'assistance téléphonique pour alerter les habitants victimes des ratons laveurs. Ces rongeurs mettent par ailleurs aujourd'hui en péril une espèce menacée sur place, la salamandre de Tokyo. Malgré leur apparence inoffensive, ils représentent aussi un risque sanitaire important en étant porteurs de virus qui provoquent des maladies infectieuses.

Un dessin animé à l'origine de l'invasion

L’invasion du territoire par ces rongeurs est due à leur popularité en tant qu'animaux de compagnie. Celle-ci a été imputée au succès d’un dessin animé des années 1970, Rascal the Raccoon. La série aurait conduit à une augmentation des importations d'animaux, réputés comme étant agressifs en grandissant, expliquant beaucoup d’abandons par la suite. 

Le problème concerne aujourd'hui le Japon dans sa globalité. Des plaintes concernant les dommages occasionnés par les nuisibles ont été signalées dans presque toutes les 47 préfectures de l'archipel.


Axel JUIN

Tout
TF1 Info