Les importateurs souhaitant vendre certains produits dans l'Union européenne devront désormais s'assurer qu'ils ne sont pas issus de la déforestation.
Ce règlement, adopté mercredi, a pour objectif de freiner la disparition de forêts à l'autre bout du monde.

Freiner la déforestation. Et ainsi lutter contre le changement climatique. C'est l'objectif que veut atteindre l'Union européenne, laquelle a adopté un règlement ce mercredi. Dans leur viseur : les importateurs, qui devront s'assurer que leurs produits ne sont pas issus de la déforestation.

Concrètement, l'importation dans l'UE de cacao, de café, d'huile de palme, de soja, de bois, de caoutchouc, de charbon de bois ou de viande bovine sera interdite si ces produits sont issus de terres déboisées après décembre 2020. Les entreprises devront aussi s'assurer qu'ils ont été produits dans le respect des droits humains et des droits des populations autochtones.

Un certain "fardeau administratif"

En outre, la Commission classera les pays selon un risque faible ou élevé dans les 18 mois suivant l'entrée en vigueur de la législation. Les produits provenant de pays à risque faible seront soumis à une procédure simplifiée, tandis que les contrôles seront renforcés dans les pays à risque élevé. Les entreprises devront fournir des informations telles que les coordonnées de géolocalisation pour déterminer le lieu de production exact. Des contrôles seront aussi effectués par le biais d'outils de surveillance satellite et des analyses ADN.

Le rapporteur du texte, Christophe Hansen (PPE, droite), l'a reconnu, le texte implique un certain "fardeau administratif" et il est indispensable que les petits producteurs puissent bénéficier d'une "assistance technique et financière". Ce nouveau dispositif est néanmoins une nécessité : à l'origine de 16% de la déforestation mondiale par le biais de ses importations (majoritairement de soja et huile de palme, chiffres de 2017), l'UE est le deuxième destructeur de forêts tropicales derrière la Chine, selon le WWF. 

C'est la "première loi au monde qui va mettre fin à la déforestation importée", s'est félicité l'eurodéputé Pascal Canfin (Renew, libéraux)."Toutes les études d'opinion montrent que les Européens ne veulent pas contribuer à la déforestation mais ils n'avaient pas la possibilité de savoir, lorsqu'ils prennent une tasse de café le matin ou un tasse de chocolat qu'en fait, ils sont complices de la déforestation importée", a-t-il avancé lors des débats lundi soir.


T.G.

Tout
TF1 Info