Loto de la biodiversité : voici les 20 sites que vous pourrez soutenir

Publié le 18 octobre 2023 à 7h28

Source : JT 13h Semaine

"Mission Nature", le nouveau ticket à gratter de la Française des Jeux, permettra de soutenir une vingtaine de projets.
Le jeu sera disponible dès le 23 octobre, sur le modèle du Loto du patrimoine, mais moins cher : 3 euros.
Parmi les sites retenus : le Mont-Saint-Michel, le Cap Taillat dans le Var ou les Monts d'Arée en Bretagne.

Un ticket à gratter pour préserver la nature en France ? C'est l'idée du Loto de la biodiversité, conçu sur le même modèle que le Loto du patrimoine. Seule différence, le prix : le ticket à gratter, dévoilé mercredi et disponible chez les buralistes à partir du 23 octobre, sera vendu 3 euros, contre 15 euros pour sa version "monuments". Il n'y aura pas non plus d'ambassadeur – quand le patrimoine avait Stéphane Bern – autre que la secrétaire d'État à la Biodiversité, Sarah el-Haïry.

Sur chaque ticket, l'État prendra 43 centimes d'euros pour les reverser à l'Office français de la biodiversité. Vingt projets vont être ainsi soutenus financièrement ; et nous avons pu consulter la liste. L'objectif est de vendre 14 millions de tickets et de récolter ainsi 6 millions d'euros. Les joueurs, eux, pourront empocher jusqu'à 30.000 euros de gain.

Voici la liste des 20 projets, soutenus par des associations, des collectivités ou des institutions.

Dans le Var, réhabiliter l'habitat des tortues Hermann détruit par les incendies 

En 2017, le Cap Taillat, entre Ramatuelle et la Croix-Valmer, a été ravagé par un incendie. Depuis, des travaux de restauration écologique sont en cours. Il s'agit notamment de réhabiliter la zone pour faire revenir les tortues Hermann, qui est la seule tortue terrestre de France. En voie d'extinction, elle fait l'objet d'un Plan de restauration national.

Entre les Alpes et les Pyrénées, le retour du plus grand rapace d'Europe

Après sa disparition de France, le Gypaète barbu, plus grand rapace d'Europe, a fait l'objet de programme de réintroduction dans les Alpes, les Préalpes et le Massif central. On compte 80 couples en France, c'est peu. Le projet vise à restaurer cette population en renforçant les échanges entre les massifs des Alpes et des Pyrénées.

Des herbiers, des tourbières et un square

Dans la Meuse, faire d'un champ de bataille un refuge de biodiversité

Sur les champs de bataille de Verdun, sur le plateau de Douaumont, l'Office national des forêts restaure les pelouses calcaires pour faire revenir papillons et orchidées, typiques de ce paysage.

Les posidonies, le poumon de la Méditerranée

En Méditerranée, l'herbier de Posidonie a perdu entre 10 et 30% de sa surface en un siècle, notamment à cause des ancres de bateaux de plaisance jetées en mer. Or, cette plante a un rôle majeur dans l'écosystème : oxygénation de l'eau, nurserie pour les poissons, etc. Le WWF met en place des plans de balisages adaptés.

Dans les Vosges, le retour des tourbières

Les tourbières, autrefois exploitées, ont été abandonnées. Mais leur dégradation produit des émissions de CO2. Le Conservatoire d'espaces naturels des Vosges veut réhabiliter ces zones humides qui préservent des inondations, améliorent la qualité des eaux et stockent du carbone en grande quantité. Les tourbières de la planète captent deux fois plus de carbone que toutes les forêts du monde. 

Préserver les Monts d'Arée, en Bretagne

Durant l'été 2022, plus de 2200 hectares de landes, de tourbières et de boisements ont brûlé sur les Monts d'Arée, signe du déplacement géographique des incendies sous l'effet du changement climatique. Le projet prévoit de restaurer les lieux mais aussi de prévenir les feux.

Creuser des mares au Mont-Saint-Michel

Dans le parc du Mont-Saint-Michel, les zones humides s'assèchent et le travail de restauration mené jusqu'ici est menacé. Le projet vise à les restaurer, pour permettre la reproduction des amphibiens et préserver la ressource alimentaire pour les oiseaux.

Défendre la nature en ville, avec un square à Vitry-sur-Seine

Pour défendre l'idée de la biodiversité en ville, ce projet situé à Vitry-sur-Seine, dans le Val-de-Marne, a été retenu dans la liste des 20 finalistes : il s'agit de transformer le square rue Vilmorin avec des petits espaces sportifs en matériaux drainant répondant aux besoins des habitants du quartier, des carrés potagers, une fresque urbaine sur le thème de la biodiversité, etc.

Parmi les autres dossiers sélectionnés se trouvent un projet sur les milieux humides dans la Nièvre, les tourbières alcalines dans la Somme, les bocages au sud de l'Indre, les haies et les mares en Vendée, les forêts du littoral en Martinique et à Mayotte, une écozone dans la Loire, les forêts de Haute-Marne, les mangroves de Mayotte et en Martinique, les plaines de Charente-Maritime et les chauves-souris dans les gorges de la Siagne, en Provence.

Ce jeu, inscrit dans la Loi de finances 2023 après l'utilisation de l'article 49.3 de la Constitution, avait été jugé "trop addictif pour les jeunes" par le régulateur du secteur des jeux et sa création avait même été rejetée par le Sénat en novembre 2022. Mais pour le secrétariat d'État à la Biodiversité, il s'inscrit dans une stratégie de "sensibilisation du grand public sur la préservation de la biodiversité".


Marianne ENAULT

Tout
TF1 Info