Les "méga-bassines" des Deux-Sèvres au cœur de la contestation

Mobilisation "anti-bassines" dans les Deux-Sèvres : les grilles du chantier forcées par des militants

A. Lo.
Publié le 28 octobre 2022 à 21h08
JT Perso

Source : JT 13h WE

Plusieurs milliers d'opposants à un projet de réserve d'eau pour l'agriculture sont attendus dans les Deux-Sèvres ce weekend.
Un arrêté d'interdiction de manifestation a été pris pour douze communes du département et la venue de toutes personnes de l'extérieur à ce secteur est proscrite.
Près de 1700 gendarmes étaient mobilisés ce samedi et des militants ont forcé la barrière du chantier.

La contestation monte dans les Deux-Sèvres. Face à un vaste projet de réserve d'eau pour l'agriculture, le collectif "Bassines non merci", soutenu par une cinquantaine d'associations environnementales, d'organisations syndicales et de groupes anticapitalistes, a appelé à une mobilisation dans la commune de Sainte-Soline.

Interdiction de manifester et restrictions de circulation

Le secteur est au cœur d'une bataille de l'eau entre agriculteurs, qui soutiennent la construction de 16 retenues d'eau, et différents acteurs, qui dénoncent un "accaparement de l'eau", qui est puisée dans les nappes phréatiques pour être stockée, et destinée à "l'agro-industrie". Le collectif a d'ores et déjà annoncé la présence de 10.000 personnes à cette manifestation qui devait commencer samedi 29 octobre à 10 heures. 

Les autorités estiment de leur côté qu'ils pourraient être "4000 à 5000", alors même qu'un arrêté d'interdiction de manifestation concernant au total douze communes du département a été pris en amont de la manifestation. La préfecture des Deux-Sèvres a également proscrit mercredi la circulation de personnes venues de l'extérieur de ce secteur du département. Seuls "les riverains pouvant justifier de leur domicile et les personnels soignants" pourront circuler ou stationner dans le périmètre défini autour de Sainte-Soline, a précisé la préfecture dans un communiqué.

En réponse, jeudi soir, dans une tribune publiée sur le site Libération, près de 200 élus, avocats ou professeurs ont dénoncé un manquement à "la liberté fondamentale de manifester". Parmi les signataires, des élus de la France Insoumise et EELV comme Mathilde Panot, Clémentine Autain, Alexis Corbière ou Yannick Jadot. Certains devraient participer à la manifestation ce week-end.

L'établissement d'une ZAD en préparation ?

En amont du weekend, un important dispositif policier a commencé à être déployé, alors que les autorités craignent l'établissement d'une ZAD dans le secteur. Dans un communiqué, le collectif "Bassines non merci" indiquait que depuis "mardi après-midi, une centaine de personnes s'est installée à quelques kilomètres du chantier de la méga-bassine" de Sainte-Soline.

Par conséquent, "samedi 1700 gendarmes seront sur place et 1600 dimanche", précisait auprès de TF1 et LCI une source proche du dossier. Outre l'interdiction de manifester, la "circulation d'engins agricoles isolés ou en cortège" est également proscrite entre samedi et lundi matin, tout comme "la vente, le transport et l'utilisation des artifices de divertissement, du carburant, des acides et produits inflammables, chimiques ou explosifs" ainsi que le "port et transport d'armes toutes catégories confondues", avait précisé, en début de semaine, la préfecture.

Sur place, quelque 4000 manifestants s'étaient répartis en trois cortèges, samedi après-midi, pour tenter de contourner le dispositif des forces de l'ordre. Des manifestants ont réussi à forcer la grille protégeant le chantier de la réserve d'eau et à parvenir à l'intérieur. 

Lire aussi

Le 26 mars dernier, une manifestation contre le même projet avait réuni entre 5000 et 7000 personnes à La Rochénard et avait été émaillée de heurts entre gendarmes et opposants aux réserves d'eau, sans faire de blessés. Des dégradations sur des installations agricoles avaient été également enregistrées. 


A. Lo.

Tout
TF1 Info