La Martinique est confrontée à une "situation hydrique exceptionnelle", selon la préfecture de l'île.
Une situation qui a conduit les autorités à placer le département en "crise sécheresse", pour la première fois de son histoire.
Un arrêté interdit notamment les lavages de voitures et de bateaux.

Du jamais vu depuis des années. La Martinique fait face à une "situation hydrique exceptionnelle", poussant les autorités à placer pour la première fois l'île des Antilles en situation de "crise sécheresse". Depuis plusieurs semaines, le manque d'eau dans la région les a conduites à mettre en place un certain nombre de restrictions. Selon la préfecture du département, le contexte actuel "se rapproche de la situation record de 1973, année de référence la plus sèche qui ait été enregistrée".

De nombreuses restrictions mises en place

Il faut dire que l'aridité des sols ne devrait pas diminuer dans les prochaines semaines en Martinique. "En avril, le déficit de précipitations a été jusqu'à 70% inférieur à la moyenne de ces 30 dernières années" et "les tendances ne permettent pas d'envisager d'amélioration à court terme", ajoute le communiqué. Les météorologistes prévoient toutefois un retour de pluies "importantes" pour la fin du mois de mai ou début juin.

En réaction à cette situation, un arrêté préfectoral a été pris pour mettre en place de nouvelles limitations d'usage de l'eau. "Les débits réservés aux milieux sur l'ensemble des cours d'eau" sont ainsi supprimés : concrètement, cela signifie que les services de production et de distribution d'eau potable vont désormais pouvoir augmenter les prélèvements dans les rivières. L'arrêté interdit aussi les lavages de voitures et de bateaux, y compris par des professionnels. Autre décision : l'obligation d'une "réduction de 25% de la consommation d'eau" aux entreprises consommant plus de 1000 m³ par an.

Manque d'eau et records de chaleur

Depuis début avril, les Martiniquais, notamment ceux habitant dans le centre et le sud de l'île, doivent composer avec des coupures d'eau tournantes en raison de la baisse du débit des rivières. Une vingtaine d'écoles ont même dû fermer, faute de pouvoir assurer les conditions sanitaires d'accueil des élèves. Des distributions d'eau en bouteille ont aussi été organisées par les pouvoirs publics dans certaines zones. 

Au manque de pluie s'ajoutent des records de chaleur avec des températures "actuellement supérieures de 2°C des moyennes connues sur les cinq premiers mois de l'année", selon la préfecture. Mardi, le préfet de Martinique Jean-Christophe Bouvier avait déjà rappelé sur la radio locale RCI que 15 des 20 points de captage d'eau de surface du territoire étaient en grave déficit. Plus de 90% de la ressource en eau de Martinique provient des rivières, selon l'office de l'eau de Martinique.


T.A. avec AFP

Tout
TF1 Info