Orque morte dans la Seine : Sea Shepherd offre 10.000 euros pour savoir qui a tiré sur le cétacé

LC.
Publié le 17 juillet 2022 à 10h42
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Une orque est morte fin mai dans la Seine.
Selon l'autopsie, une balle a été retrouvée à la base du crâne du cétacé.
L’association Sea Shepherd offre 10.000 euros à quiconque permettra d’identifier l’auteur du tir.

Comment la balle est-elle arrivée dans son corps ? Le 30 mai dernier, une orque juvénile a été retrouvée, inanimée, flottant dans la Seine. Alors qu'un tel animal n'avait encore jamais été observé dans le fleuve, les résultats de la nécropsie ont révélé la présence d'une munition humaine dans ses tissus. Cette dernière, retrouvée à "la base du crâne" de l'orque, ne serait toutefois pas la cause de sa mort, les enquêteurs privilégiant la piste d'un état de grande faiblesse.

L'hypothèse d'un tir de pêcheur

Mais la présence du projectile intrigue. L'ONG Sea Shepherd fait savoir au Parisien qu'elle offre 10.000 euros de récompense contre toute information pour en identifier l'auteur. Une stratégie déjà payante dans le Finistère, assure Lamya Essemlali, la présidente de l'organisation, au quotidien francilien. Car l'acte est totalement interdit et passible d’une peine jusqu’à trois ans d’emprisonnement ainsi que d’une amende pouvant atteindre 150.000 euros.

En 2019, l'association avait ainsi pu retrouver deux marins-pêcheurs, tous deux responsables de la décapitation de plusieurs phoques à Concarneau et Trégunc. Ils ont depuis été condamnés à une amende de 1500 € chacun. Dans le cas du cétacé, "l’hypothèse la plus probable est celle d’un tir de pêcheur. La pratique est méconnue, mais souvent orques, dauphins, phoques se font tirer dessus, à cause de la compétition pour la pêche", indique au Parisien la patronne de l'association.

Lire aussi

D'autres résultats d'analyses attendus dans les prochains mois devraient apporter de nouvelles réponses. Le squelette, de plus de quatre mètres, sera ensuite préparé et rejoindra la réserve des mammifères marins du Muséum national d'histoire naturelle. 


LC.

Tout
TF1 Info