Orque morte dans la Seine : une balle d'arme à feu retrouvée à la base de son crâne

MM avec AFP
Publié le 6 juillet 2022 à 14h44
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Une orque est morte fin mai dans la Seine.
Selon l'autopsie, une balle a été retrouvée à la base du crâne du cétacé.
La préfecture de Seine-Maritime précise qu'un décès par inanition reste privilégié.

De quoi est morte l'orque ? La question se pose au regard de l'information révélée ce mercredi 6 juillet : une munition a été découverte à la base du crâne de l'animal, décédé fin mai dans la Seine, selon l'autopsie, qui privilégie toutefois un décès par inanition, indique la préfecture de Seine-Maritime.

Une munition a été découverte à la base du crâne du mammifère marin, mais "aucune certitude ne peut être tirée à ce stade" sur un lien entre cette balle et la mort de l'animal, selon le communiqué. Il "n'est pas possible de dater le moment où la balle a pénétré le corps de l’animal", ajoute la préfecture. Le procureur de la République de Rouen a été informé de cette découverte et "déterminera les suites qu’il souhaite y donner", selon le communiqué.

Sea Shepherd porte plainte

De son côté, l'association Sea Shepherd France a annoncé sur twitter son intention de déposer "plainte contre X pour tentative de destruction d'espèce protégée". "Si la cause exacte du décès n’est pas connue, les éléments recueillis indiquent que sa mort n'est pas directement liée à son passage dans la Seine", ajoute la préfecture dans son communiqué.

Les premiers résultats des examens post-mortem "amènent à privilégier l’hypothèse selon laquelle l’animal est mort d’inanition (état de faiblesse causé par le fait que l’animal ait cessé de s’alimenter)", selon le communiqué. Cet état de faiblesse pourrait s'expliquer par l'isolement du cétacé, qui évolue habituellement en groupe.

Lire aussi

La nécropsie - un examen post-mortem réalisé sur un animal - effectuée le 31 mai confirme la "mauvaise condition physique" de l'orque, une femelle "immature" de plus de quatre mètres et de 1100 kg, peu avant sa mort. D'autres résultats d'analyses sont attendus dans les prochains mois. Le squelette sera ensuite préparé et rejoindra la réserve des mammifères marins du Muséum national d'histoire naturelle. 


MM avec AFP

Tout
TF1 Info