Blocages, dégradations... Les coups d'éclat de militants écolos

Paris : le militant écologiste retranché en haut d'un arbre délogé

Publié le 24 septembre 2023 à 13h25, mis à jour le 24 septembre 2023 à 17h09

Source : JT 20h WE

Opposé à un projet d'autoroute, le militant écologiste Thomas Brail campait en haut d'un arbre à Paris depuis le 14 septembre.
Ce dimanche, alors qu'il poursuivait une grève de la faim, il a fini pas être délogé.
L'arbre sur lequel il s'est retranché est situé à un endroit symbolique : face au ministère de la Transition écologique.

Militant écologiste originaire du Tarn, Thomas Brail a tenté par tous les moyens de s'opposer au vaste chantier de l’autoroute A69 entre Toulouse et Castres. Déplorant les nombreux arrachages d'arbres prévus pour effectuer les travaux, il avait décidé d'entamer une grève de la faim début septembre, ainsi que s'établir en haut de plusieurs arbres. Dans le Tarn d'abord, puis à Toulouse, avant de s'établir à la mi-septembre dans un platane faisant face au ministère de la Transition écologique.

Délogé tôt ce dimanche matin

Alors qu'il s'apprêtait à ajouter une grève de la soif à sa grève de la faim, Thomas Brail a été délogé. Ce dimanche matin, une brigade d'intervention de la police est intervenue, secondée par des pompiers. "Le cabinet de Clément Beaune a donné l’ordre d’intervenir ce matin. Thomas a été évacué vers 8 heures quand les CRS ont bloqué la rue et ont utilisé une échelle de pompiers", a indiqué au Parisien le Groupe national de surveillance des arbres (GNSA).

La conseillère de Paris Chloé Sagaspe, présente sur les lieux ce matin, a partagé sur X (ex-Twitter) une vidéo. On y voit l'intervention et le déploiement d'une grande échelle de pompiers avec une nacelle.

La députée EELV Sandrine Rousseau a déploré cette intervention. Montée à la rencontre de Thomas Brail ces derniers jours en haut de son arbre, elle a indiqué qu'il avait été transporté à l'hôpital. L'un de ses camarades, perché lui aussi à ses côtés, aurait pour sa part été placé en garde à vue.

En début de semaine, le militant écologiste avait brièvement accepté de descendre de son platane. Il s'agissait alors de pouvoir échanger avec le ministre délégué de la Transition écologique, Clément Beaune, un entretien que Thomas Brail avait sollicité. Les discussions, peu fructueuses, se sont achevées au bout d'à peine une heure, sans qu'aucune issue ne soit trouvée. À l'issue de cette entrevue, le grimpeur était retourné dans son arbre. 

"La situation de grève de la faim prolongée ainsi que l'annonce d'une grève de la soif imminente faisait peser un danger majeur pour la santé et la vie même de M. Brail", a indiqué le ministère des Transports dans un communiqué. "Il est de notre responsabilité, comme de tous ceux qui l'entourent, de prêter assistance à une personne en danger et de protéger sa vie."


Thomas DESZPOT

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info