L'Asie du Sud-Est connaît une vague de chaleur historique, avec des pointes à 45°C.
Aux Philippines, les ruines d'un village englouti ont émergé dans un lac asséché.
Il avait été submergé par la construction d'un barrage dans les années 1970.

La croix d'une église et des dizaines de pierres tombales, le tout au milieu de ce qui était encore un lac il y a quelques semaines. Aux Philippines, la sécheresse frappe le pays depuis la fin du mois d'avril et révèle des secrets que la population avait presque oubliés. À 200 km au nord de la capitale, Manille, les ruines d'un village sont remontées à la surface car le lac de Pentabangan s'est complètement asséché.

La ville, dans la province de Nueva Ecija, avait été complètement engloutie lors de la construction d'un barrage entre 1971 et 1977, servant à irriguer les terres agricoles et à produire de l'énergie hydroélectrique. Le lac, faisant office de réservoir pour contrôler les crues, est l'un des plus grands d'Asie. Selon le ministère de l'Agriculture des Philippines, son niveau a maintenant baissé de près de 50 mètres.

Le lac devient une attraction touristique

La baisse du niveau d'eau a donc fait réémerger cette cité, vieille de plus de trois siècles. 1300 Philippins y habitaient avant l'édification du barrage. Les murs de l'église, datant du XIXe siècle, sont toujours debout. Ce n'est pourtant pas la première fois que Pantabangan refait surface. Selon la BBC, cela arrive même de plus en plus souvent. Cette année, les ruines ont commencé à être visibles dès mars avec le manque de pluies.

Malgré les 37°C quotidiens, les visiteurs affluent pour découvrir ces vestiges archéologiques, désormais classés patrimoine culturel. Les pêcheurs, privés de travail à cause de la sécheresse, peuvent donc se reconvertir en guides touristiques. L'entrée est payante, environ trois euros, et certaines règles doivent être respectées pour préserver le lieu, comme ne pas jeter ses déchets. "En ce qui concerne le tourisme, cette réapparition est favorable. Mais pour l'irrigation, beaucoup en profiteront si l'eau du barrage est à un niveau normal, en particulier nos agriculteurs", tempère Marlon Paladin, ingénieur de l'administration nationale de l'irrigation, interrogé par l'AFP.

Cette région de l'archipel des Philippines est normalement connue pour ses collines verdoyantes mais des records de chaleur sont battus depuis plusieurs jours. La température ressentie dépasse les 40°C et les cours ont été suspendues dans toutes les écoles du pays. Selon les Nations unies, l'Asie du Sud-Est est l'une des régions du monde se réchauffant le plus vite.


Zoe SAMIN

Tout
TF1 Info