En raison de la présence du chlorothalonil R471811, issu d’un pesticide interdit, l’agglomération de La Rochelle a coupé ses captages en eau potable.
Elle reste potable mais, d’ici la fin du mois, elle sera prélevée du fleuve Charente pour toute la population.

La Rochelle coupe ses robinets. L’agglomération a décidé de fermer des captages en eau potable, le temps d'évacuer un pesticide interdit en France. Selon France Bleu, cette décision est liée à la présence de résidus de chlorothalonil R471811.

Au total, les 15 captages situés dans la plaine d’Aunis vont être fermés. Un tiers de la population est concernée, mais de façon temporaire : d’ici la fin du mois d’octobre, les habitants vont être raccordés aux eaux du fleuve Charente. D'ici là, l’Agence régionale de santé indique qu’il n’y a pas de restriction de consommation d’eau du robinet, y compris pour les personnes fragiles.

Une substance présente sur l'ensemble du territoire

Interdit en 2019, le chlorothalonil est depuis plusieurs années dans le viseur des autorités. L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) avait déjà tiré la sonnette d'alarme en avril, dans un rapport soulignant la présence "dans plus d'un prélèvement sur deux" sur l'ensemble du territoire français du métabolite du chlorothalonil R471811. Ce fongicide, autorisé jusqu'en 2020, était utilisé pour traiter des cultures céréalières ou viticoles. Sa dégradation dans l'environnement a notamment produit le R471811 retrouvé dans les captages.

L’année de son interdiction, le chlorothalonil était le troisième pesticide le plus utilisé en Charente-Maritime. Les taux détectés cet été dans l'agglomération de La Rochelle ne dépassent pas le seuil de trois microgrammes par litre, à partir duquel la molécule est classée cancérigène. L'eau reste donc potable, a assuré à France Bleu le président de l'agglomération et maire de La Rochelle, Jean-François Fountaine.


T.G.

Tout
TF1 Info