Les Pyrénées-Orientales en "crise sécheresse" : ce qui est désormais interdit dans le département

par Y.R.
Publié le 9 mai 2023 à 18h59, mis à jour le 10 mai 2023 à 9h34

Source : JT 20h Semaine

En raison de la sécheresse dans les Pyrénées-Orientales, le département a été placé en situation de crise, le plus haut niveau d'alerte.
Un arrêté entrant en vigueur mercredi 10 mai acte de nouvelles restrictions afin d'économiser les ressources en eau potable.

Les Pyrénées-Orientales ferment les vannes. Confronté à une sécheresse précoce "historique dont l'intensité et la durée n'ont pas d'équivalent depuis le début des relevés météorologiques (1959) et, probablement, bien au-delà", le département frontalier avec l'Espagne multiple les mesures "de crise" pour préserver les ressources naturelles. 

"En dépit des pluies relevées sur certains secteurs et de celles qui pourraient intervenir dans les prochaines heures, le déficit de pluviométrie reste très exceptionnel (entre -60% et 65% sur les 12 derniers mois) et les niveaux constatés dans les cours d'eaux, dans les barrages et dans les nappes souterraines restent particulièrement problématiques", constate la préfecture locale dans son arrêté, pris mardi 9 mai.

Un flot d'interdictions va entrer en vigueur

À partir du mercredi 10 mai, et jusqu'au 13 juin, une grande partie des Pyrénées-Orientales basculera en situation de "crise sécheresse", le plus haut niveau d'alerte. Cela concerne les bassins versants de l'Agly et de la Têt, où se concentre l'activité agricole, et les nappes des Aspres, une zone montagneuse, et de la bordure côtière, où se situent les stations balnéaires d'Argelès-sur-Mer, Collioure ou Canet-en-Roussillon. En conséquence, un flot d'interdictions va frapper les communes et les particuliers pour donner la priorité à l'usage de l'eau potable et à la sécurité incendie. 

Dans le détail, sont désormais interdits : l'arrosage des pelouses, des ronds-points, des espaces verts, des jardins d'agrément, des massifs fleuris et jardinières, publics ou privés, des plants d'arbres et d'arbustes (sous condition), des potagers, des espaces sportifs de toute nature ou des terrains de golf (sous réserve). Il est en de même pour le nettoyage des terrasses, des façades, toitures et voiries, ainsi que le lavage des véhicules, "en dehors des stations de lavages professionnelles équipées d’un système de recyclage de l’eau (minimum 70% d'eau recyclée"), et de tous les véhicules nautiques, "sauf impératif sanitaire".

Outre le renforcement des restrictions d'irrigation agricole, avec des usages sous surveillance, le remplissage des piscines, bassins et plans d'eau sont aussi proscrits. Alors qu'il est interdit d'acheter une piscine hors-sol ou de remplir un bassin existant dans les Pyrénées-Orientales, l'arrêté va encore plus loin : il est illicite de remettre à niveau l'ensemble des piscines et bassins à usage privé (maison individuelle, gîte, copropriété, meublé de tourisme) ou d'utiliser des jacuzzis et spas, "dès lors qu'ils ne sont pas raccordés à un système de récupération totale et de ré-usage des eaux".

Dans son communiqué, la préfecture met l'accent sur un "juste partage de l'effort entre tous les usages : agriculture, autres activités économiques, vie quotidienne, débits dans les rivières" et "un effort collectif".


Y.R.

Tout
TF1 Info