Les effets du changement climatique sont de plus en plus subis par les Français.
Une très large majorité déclare ressentir son impact dans leur vie de tous les jours, selon une étude.
Face à cela, ils réclament des mesures plus strictes pour en limiter les conséquences.

Le ressentez-vous dans votre vie ? Après un été marqué par les vagues caniculaires, les incendies dévastateurs et la sécheresse historique, qui se poursuit en cet automne, le réchauffement climatique est désormais dans toutes les têtes. 

Huit Français sur 10 déclarent ressentir son impact sur leur vie quotidienne, selon une étude BVA pour la Fondation Jean Jaurès et la Banque européenne d'investissement, publiée jeudi 27 octobre et menée en ligne du 8 au 31 août auprès de 1000 personnes représentatives selon la méthode des quotas. Soit une hausse de 9 points sur un an (71%). 

Des mesures plus strictes souhaitées

De plus en plus conscients des effets du changement climatique, les Français sont critiques. Ils jugent insuffisantes les actions mises en place par le gouvernement. Dans leurs rangs, un certain découragement prédomine même : 61% des sondés estiment que la France ne sera pas en mesure de tenir ses engagements de réduction d'émissions carbone d'ici 2030. 

Pas moins de 87% pensent que les pouvoirs publics sont trop lents à agir. 88% se montrent aussi sévères envers les entreprises et les citoyens, considérant qu'ils "ne sont pas vraiment disposés à changer la façon dont ils produisent et consomment". "La déconnexion entre la perception d'un danger extrêmement grave et imminent et l'absence de réponse politique et collective à la hauteur est donc extrêmement forte", note le directeur de l'Observatoire de l'opinion Antoine Bristielle, chercheur en sciences sociales à la Fondation Jean Jaurès. Pour cette raison, 87% des Français réclament des mesures plus strictes. 

Parmi celles-ci, le développement des énergies renouvelables (54%), mais d'abord une taxation plus forte sur la consommation d'énergie ayant un fort impact sur l'environnement, comme le transport aérien ou les véhicules SUV (68%), vus comme des gros pollueurs. Plus de six sur dix (63%) seraient également favorables au fait d'indexer le prix de l'énergie sur la consommation de chaque ménage. En revanche, à peine plus d'un Français sur deux (53%) est prêt à consentir à une limitation de la vitesse sur autoroute, tandis que seuls 40% veulent bien baisser la température à 19 ou 20°C, et 23% à moins de 19°C. 

"La question environnementale se couple indéniablement à un enjeu de justice sociale", met en lumière Antoine Bristielle. Les mesures prises devront être équitables "et toucher en premier lieu les plus aisés" pour être acceptées.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info