Rhône : des centaines de militants écologistes s'introduisent sur un site d'Arkema, classé Seveso, 8 interpellations

par JB avec AFP
Publié le 2 mars 2024 à 19h09

Source : TF1 Info

Plusieurs centaines de militants sont entrés dans le site du groupe de chimie Arkema à Pierre-Bénite dans le Rhône.
Des membres d'Extinction Rebellion et Youth for Climate manifestaient contre les perfluorés, ces polluants dits éternels.
Huit personnes ont été interpellées.

Plusieurs centaines de militants se sont introduits ce samedi sur le site du groupe de chimie Arkema à Pierre-Bénite, dans le Rhône. Membres d'Extinction Rebellion et de Youth for Climate, ils ont dénoncé la pollution aux perfluorés (PFAS), ces polluants quasi indestructibles qu'on qualifie d'"éternels".

Ils ont sectionné les grillages autour du site, puis ont déployé des banderoles affichant une tête de mort et le mot "poison". Ils ont tagué les murs de messages tels que : "Arkema nous empoisonne." Selon le porte-parole des organisateurs, ils étaient plus de 300 personnes, tandis que la préfecture du Rhône a comptabilisé 150 personnes.

Huit personnes interpellées

Des CRS et policiers sont intervenus, rapporte la préfecture du Rhône à TF1, ajoutant que "huit individus ont d'ores et déjà été interpellés". Les autres avaient quitté les lieux avant l'arrivée des forces de l'ordre, a constaté l'AFP.

"Nous condamnons un tel acte, qui non seulement perturbe fortement l’outil de travail de plus de 500 salariés, mais peut également faire courir des dangers aux salariés et aux manifestants, en raison de l’activité industrielle du site, qui est classé Seveso", a déclaré dans un communiqué le directeur du site Pierre Clousier. Il affirme qu'Arkema sera en mesure de fabriquer ses produits sans additifs fluorés d'ici la fin de l'année.

Plusieurs sites industriels dans la vallée de la chimie, au sud de Lyon, où se trouve l'usine d'Arkema, ont été ciblés par des plaintes collectives pour des "concentrations alarmantes" de PFAS. Des contrôles avaient été lancés par les autorités régionales après les révélations d'"Envoyé spécial" en 2022. L'action des militants intervient alors que le chimiste Daikin a récemment reçu l'autorisation de construire une nouvelle unité de production à Pierre-Bénite.


JB avec AFP

Tout
TF1 Info