Sécheresse : 2022, une année historique

Sécheresse : les Côtes-d'Armor bientôt privées d'eau potable ?

V. F - Reportage vidéo : Médéric Pirckher, Aurélie Janssens, Chloé Ebrel
Publié le 29 septembre 2022 à 14h15
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

La préfecture des Côtes-d'Armor vient d'avertir les habitants : l'eau potable pourrait manquer à la fin du mois d'octobre.
Dans les autres départements bretons, la situation est identique ou presque à cause de la sécheresse historique de ces derniers mois.
De nouvelles restrictions pour économiser l'eau viennent d'être mises en place.

La pluie de ces derniers jours en Bretagne n'aura rien changé : la terre est bien sèche dans les Côtes-d'Armor. Les précipitations ont juste humidifié la surface. "L'eau s'est infiltrée sur les dix premiers centimètres et en dessous, la terre sèche et souffre", témoigne Hubert Jacob, un maraîcher de la région, dans la vidéo du JT de 20H en tête de cet article. Ce dernier a enregistré 30% de déficit d'eau en septembre. Une situation rarissime qui lui rappelle la sécheresse de 1976. "À cette époque-ci, les premières pluies étaient arrivées et fin 1976, on avait réalimenté nos nappes", précise-t-il. 

Seulement 30 jours de réserves en eau potable

La Bretagne compte très peu de nappes phréatiques. L'approvisionnement se fait essentiellement par les cours d'eau et les barrages. L'un d'eux, le plus grand des Côtes-d'Armor, ne se remplit plus. Pire, il se vide de 300 litres par seconde. Michel Raffray, président du Syndicat départemental d'alimentation en eau potable, est inquiet : "D'habitude, à cette époque-ci, on ne voit pas la partie sablée, on est à moins deux mètres pratiquement."

Résultat, le département n'a plus que 30 jours de réserves en eau potable. "On a des réunions régulières tous les quinze jours à la préfecture et ça ne s'améliore pas ; ça continue à se détériorer. On arrive en période hivernale, on peut espérer quand même que l'eau revienne à un moment donné. Mais si ça ne s'améliore pas, on n'a pas de plan B, on ne sait pas faire", ajoute-t-il. 

Lire aussi

Alors, la préfecture maintient l'état de "crise sécheresse" dans le département et demande aux habitants de réduire leur consommation d'eau de 15 litres par jour. 

Certains, comme Philippe, ont décidé de multiplier les petits gestes pour économiser la précieuse ressource. "En attendant mon eau chaude, je prends mon eau froide et je la mets dans ma réserve de café. Si tout le monde fait comme ça, c'est un effort citoyen. Les petites gouttes d'eau remplissent les mers donc on va économiser pour tout l'hiver en attendant la pluie", explique-t-il. Ces efforts pourraient éviter un risque très élevé de coupure d'eau dans quelques semaines. Les Bretons attendent désormais avec impatience des pluies aussi longues qu'abondantes.


V. F - Reportage vidéo : Médéric Pirckher, Aurélie Janssens, Chloé Ebrel

Tout
TF1 Info