Une sécheresse hivernale historique frappe la France.
Quatorze départements sont en vigilance ou en alerte.
La rédaction de TF1info fait le point sur la situation.

Une situation inédite et inquiétante. Les nappes phréatiques de l'ensemble de la France sont, à la fin de l'hiver, à des niveaux sous les normales, ce qui laisse augurer d'une probable sécheresse dans les prochains mois, alerte le Bureau des recherches géologiques et minières (BRGM), dans son dernier bulletin publié ce lundi 13 mars. 

L'organisme souligne que les pluies de l'automne et de l'hiver, période de recharge essentielle pour la reconstitution des stocks, ont été très insuffisantes pour compenser les déficits accumulés durant l'année 2022. En conséquence, les préfets sont appelés à prendre au plus vite des arrêtés pour économiser l'eau, en prévision de l'été. 

Actuellement, 15 départements français sont déjà en vigilance, alerte ou alerte renforcée sécheresse, en totalité ou partiellement, selon le site gouvernemental Propluvia, qui répertorie les arrêtés sécheresse et informe les internautes des mesures de restrictions d'eau en vigueur dans leur département. 

Ainsi, la totalité des Alpes-Maritimes est désormais en alerte sécheresse, qui représente le deuxième stade sur un maximum de quatre. C'est également le cas depuis mi-février de la majorité du département voisin du Var. Depuis ce mercredi 14 mars, les Bouches-du-Rhône sont en état de "vigilance sécheresse" (niveau 1), tout comme le Gard depuis le 11 mars. 

Le secteur de l'Huveaune, couvrant 17 communes des Bouches-du-Rhône, dont certains arrondissements de Marseille, a lui été placé en état "d'alerte renforcée" (niveau 3), au même titre que les Pyrénées-orientales et une partie de l'Ain et de l'Isère. 

Ministère du Développement durable

Le mois de février, qui selon Météo-France a été le quatrième le plus sec en France depuis 1959 avec notamment une série record de 32 jours sans précipitations entre le 21 janvier et le 21 février, a été particulièrement dommageable, souligne le BRGM, dans un communiqué.

BRGM

D'après l'organisme, la recharge pourrait reprendre dans certains secteurs en mars mais "les prochaines pluies auront probablement peu d'impact", dans la mesure où dès courant avril, la reprise de la végétation absorbera la majeure partie de l'eau.


M.D.

Tout
TF1 Info